Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Les élections européennes 2019

Élections européennes : le Rassemblement national en tête devant La République en marche, percée des Verts

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le Rassemblement national a remporté les élections européennes en France. Selon les résultats définitifs, la liste du parti d'extrême-droite (23,31%) arrive devant celle de La République en marche (22,41%) et celle des écologistes (13,47%).

La tête de liste du Rassemblement national, Jordan Bardella, dimanche soir après sa victoire.
La tête de liste du Rassemblement national, Jordan Bardella, dimanche soir après sa victoire. © AFP - Bertrand GUAY

Paris, France

Selon les résultats définitifs, publiés parle ministère de l'Intérieur ce lundi matin, le Rassemblement national sort gagnant des élections européennes en France, ce dimanche. La liste menée par Jordan Bardella totalise 23,31% des voix, devant celle de Nathalie Loiseau pour La République en marche (22,41%).

Troisième avec 13,47%, la liste Europe Ecologie Les Verts menée par Yannick Jadot. Les Républicains sont pointés à 8,48%, devant La France insoumise (6,31%) et PS/Place Publique (6,19%) qui sont au coude-à-coude. Le taux de participation est de 50,12%.

Pas d'eurodéputés pour les autres

Sous le seuil fatidique des 5%, en dessous duquel il est impossible d'avoir des élus au Parlement européen : les listes de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et de Benoît Hamon (Génération.s) recueillent respectivement 3,51% et 3,27% des voix.

Suivent, derrière, la liste de Jean-Christophe Lagarde (UDI) avec 2,5%, devançant celle de Ian Brossat (PCF), avec 2,49%. Hélène Touy (Parti animaliste) arrive ensuite avec 2,17%, devant Dominique Bourg (GE/MEI) et François Asselineau (UPR), qui recueillent respectivement 1,82% et 1,17%. Nathalie Arthaud (LO) recueille 0,7%, devant Florian Philippot (Patriotes) avec 0,6%. Francis Lalanne (Alliance Jaune) est dernier avec 0,6%. 

Première projection dans l'hémicycle

En terme de sièges, le RN récolterait 23 à 25 sièges, la liste LREM/Modem suivrait avec 22 à 24 sièges au Parlement européen. Les écologistes d'EELV auraient 12 à 14 sièges. Les Républicains décrocheraient 8 à 9 sièges. La liste Place publique/PS 6 à 7 sièges, ex-aequo avec la France insoumise.

À l'échelle européenne, le Parlement européen diffuse des projections du nouveau rapport de force politique au sein de l'Assemblée européenne. Le parti populaire européen (PPE) reste toujours le premier groupe, devant les sociaux-démocrates et les centristes/libéraux. Les écologistes sont le quatrième groupe, devant les trois actuels groupes nationalistes/patriotes qui pourraient toutefois se recomposer pour être moins divisés qu'il ne le sont actuellement.

Le détail, pays par pays

Dans le détail, voici les estimations/résultats qui sont disponibles dans les autres pays européens. Cette carte se met à jour automatiquement au fur et à mesure que les résultats nous parviennent.

En Allemagne, le centre-droit d'Angela Merkel signe avec 28% des voix le plus mauvais score de son histoire, même s'il reste le premier parti. Son partenaire social-démocrate au gouvernement subit une véritable débâcle avec 15,5%, se faisant doubler par des Verts, au-delà de 20%, là aussi un record.

En Hongrie, le parti souverainiste du Premier ministre hongrois Viktor Orban est crédité d'une victoire écrasante, avec 56% des suffrages, devançant de plus de 45 points l'opposition de centre gauche et d'extrême droite, selon un sondage réalisé auprès des électeurs durant la journée de dimanche. Le parti national-conservateur Fidesz de Viktor Orban améliore encore son score des élections européennes de 2014  (51%) et distance très largement deux partis de centre gauche donnés au coude à coude à 10% des suffrages et le parti d'extrême droite Jobbik, en recul à 9% des suffrages, selon l'enquête réalisée par l'institut Nezopont.

En Italie, la Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini est arrivée en tête avec un score compris entre 27 et 31% des voix, selon deux sondages sortie des urnes rendus publics par les télévisions italiennes. Le  Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème), l'autre composante de la  majorité gouvernementale au pouvoir, réalise un score compris entre 18,5 et 23% des voix, selon ces estimations, derrière le Parti  démocrate (PD, centre-gauche) qui réalise un score compris entre 21 et  25%.

En Espagne, les socialistes du chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez ont remporté une large victoire avec près de 33% des voix. Les conservateurs du Parti Populaire (PP) n'obtiennent qu'environ 20% des voix, selon 85% des bulletins dépouillés, tandis que l'extrême droite de Vox a obtenu environ 6%.

En Autriche, le parti conservateur du chancelier Sebastian Kurz arrive largement en tête du scrutin européen, devançant les sociaux-démocrates et le parti d'extrême droite FPÖ.

Au Royaume-Uni, le parti pro-Brexit arrive largement en tête avec 31,5%, selon les premiers résultats portant sur plus de 10% des votes. Le  scrutin semble en revanche avoir durement sanctionné le Parti conservateur de la Première ministre Theresa May, relégué à la 5e place avec 7,5% des voix, payant ainsi son incapacité à mettre en oeuvre le Brexit. Il était précédé par le parti europhile des Libéraux-Démocrates avec quelque 20% des voix, le Parti travailliste à 16,6% puis les Verts à 11,6%, selon ces premiers résultats.

En Grèce, les conservateurs du parti Nouvelle démocratie ont remporté les élections aux dépens du parti de gauche Syriza du Premier ministre Alexis Tsipras, selon un sondage sortie des urnes effectué par cinq chaînes de télévision privées. L'enquête crédite Nouvelle démocratie de 32 à 36% des voix contre 25 à 29% pour Syriza, au pouvoir depuis 2015.

Aux Pays-Bas, le Parti travailliste est crédité de plus de 18% des voix, soit deux fois plus qu'en 2014, alors qu'il n'arrivait qu'en troisième position dans les intentions de vote.

En Slovaquie, la coalition libérale Slovaquie progressiste et Ensemble a remporté les élections avec 20,1% des suffrages, suivie par la coalition de gauche du parti Smer (au pouvoir), avec 15,7%, selon les résultats officiels. L'extrême-droite est troisième avec 12,1%.

En Bulgarie, les conservateurs des Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (au pouvoir) arrivent en tête avec des estimations allant de 30,5% à 32,7% des voix, selon deux sondages sortie des urnes. Ils devancent le Parti socialiste bulgare (23,2-25,4%) et le Mouvement des droits et des libertés (12,8-13,6%).

En Roumanie, le Parti social démocrate (PSD) de la Première ministre Viorica Dancila était au coude-à-coude avec l'opposition des conservateurs du Parti national à 25,8%, selon des sondages sortie des urnes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu