Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections européennes 2019

Elections européennes : mairies girondines recherchent panneaux électoraux désespérément

-
Par , France Bleu Gironde

La campagne officielle des élections européennes débute ce lundi à minuit. Toutes les communes sont obligées de prévoir des panneaux électoraux pour afficher les 34 listes. Un casse-tête pour les maires girondins. Surtout que des fournisseurs sont en rupture de stock.

La campagne officielle commence ce lundi 13 mai à minuit.
La campagne officielle commence ce lundi 13 mai à minuit. © Maxppp - Bruno Levesque

Gironde, France

Quinze jours avant les élections européennes du 26 mai débute ce lundi la campagne officielle. 34 listes se présentent cette année : c'est un record. Mais pour beaucoup de mairies, c'est un casse-tête. Elles sont légalement obligées de prévoir un espace devant chaque bureau de vote pour afficher les 34 listes. Et elles s'arrachent les cheveux pour trouver suffisamment de panneaux électoraux.

Du jamais-vu

"Les problèmes de manque de panneaux électoraux sont fréquents en campagne électorale, mais là, c'est du jamais-vu !" souligne Emmanuel Prouveurt, président de Direct Collectivités à Cenon près de Bordeaux. Cette entreprise girondine de neuf salariés, spécialisée dans la fourniture de matériel et de mobilier pour les communes partout en France, est en rupture de stock

"On est en rupture de stock" - Emmanuel Prouveurt président de l'entreprise Direct Collectivités à Cenon

Depuis le 4 mai, date de la publication des listes au Journal officiel, le téléphone de l'entreprise n'a pas arrêté de sonner : "On leur disait qu'on ne pouvait pas leur fournir ces panneaux. Même si nos fournisseurs avaient eu du stock, logistiquement on était incapable de livrer entre le 6 et le 13 mai des panneaux dans toute la France. Aucune commune n'a 34 panneaux, c'est une évidence, ils en ont 10 ou 12, 18 tout au plus." Le problème est d'autant plus grand que le nombre de panneaux à fournir est proportionnel au nombre de bureaux de vote : il en faut 68 par exemple s'il y a deux bureaux dans la commune. "Aujourd'hui on n'a même plus d'appels car les mairies ont compris qu'elles doivent se débrouiller par elles-même, par exemple en achetant du contreplaqué", poursuit-il.

Des panneaux fait maison, avec des tables sorties des granges

Beaucoup ont en effet eu recours au système D, notamment à Castelmoron-d'Albret, à l'ouest de la Gironde. C'est la plus petite commune de France en superficie. "Pour nous c'est un casse-tête, on n'a que huit panneaux électoraux. Or un panneau coûte minimum 120 euros, explique la maire, Caline Alami. On va donc va aller chercher dans les grandes communales des vieilles tables en bois qui pèsent chacune vingt ou trente kilos. On va les installer sous la grange pour permettre à chaque candidat de mettre son affiche."

Caline Alami, la maire de Castelmoron-d'Albret, plus petite commune de France !

Mi-amusée, mi-blasée, elle ajoute que lors des dernières élections législatives, aucun candidat n'était venu afficher sa liste sur les panneaux prévus à cet effet. Beaucoup de travail pour rien, "mais on le fera, il n'y a pas de souci" promet-elle. Autre détail caustique : dans cette commune il y a 52 habitants, dont 34 inscrits sur les listes électorales, exactement donc le nombre de listes déposées aux européennes. Chaque habitant peut donc voter pour un candidat différent de son voisin !