Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Elections européennes : qui sont les Corses en lice ?

-
Par , France Bleu RCFM

Le scrutin européen aura lieu du 23 au 26 mai, dans l’ensemble des 27 états membres. En France, ce sera le dimanche 26 mai que nous choisirons les députés qui siègeront au Parlement européen. Près d’une trentaine de listes sont en lice, à ce stade.

Les élections européennes auront lieu le 26 mai en France
Les élections européennes auront lieu le 26 mai en France

Corse, France

Autant de listes qui devront désormais s'imposer à l'échelle nationale et non plus régionale comme avant. Les sièges d’eurodéputés seront en outre attribués en fonction du nombre d’habitants dans chaque pays. En 2019, La France aura ainsi 79 députés. En tout, ils seront 705 représentants des citoyens européens et non plus 751 comme en 2014, et ce, en raison de la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne… si le Brexit est bel et bien confirmé.

Un seul Corse en position éligible

Et sur cette trentaine de listes, neuf hébergent un représentant insulaire. D’abord, ceux qui ont, mathématiquement, le plus de chance d'être élu. Il s’agit d'abord d'Henri Malosse, l'ancien président du CESE, le Conseil Economique Social Européen de 2013 à 2015, qui sera 5è sur la liste "Urgence Ecologie" de Nicolas Hulot. François Alfonsi, ensuite, maire d'Osani et ancien eurodéputé. Il est en 9e position sur la liste du Parti Vert Européen (Europe Ecologie Les Verts et Région et Peuples Solidaires).

Les autres insulaires ne sont pas a priori en position éligible. Ainsi, à droite, Livia Graziani-Sanciu, jeune diplômée de droit, sera 26e sur la liste du Parti Populaire Européen, porté en France par Les Républicains. 

Dominique Agostini, ancien maire de Castellare di Mercurio, est en 15e position sur la liste du PFE, le Parti Fédéraliste Européen.

Anne-Marie Luciani... enseignante, ancienne conseillère municipale, ancienne tête de liste de gauche aux dernières municipales ajacciennes sera 28e sur la liste de Génération.S de Benoît Hamon. 

Alexandra Maïnetti, podologue installée à Bastia est, elle, 40e sur la liste portée par le Rassemblement National

Didier Medori, qui a fait une partie de sa carrière dans le secteur de l'économie sociale et solidaire, sera 48e sur la liste Renaissance de LREM.

Le conseiller territorial Michel Stefani, sera lui, 55e sur la liste du Parti Communiste Français.

Enfin, cas particulier. Celui de la tête de liste de la France Insoumise, Marion Aubry qui ne vit pas en Corse mais revendique ses origines insulaires : elle avait d'ailleurs lancé sa campagne européenne dans l'Extrême-Sud.

Autres listes... 

A cette dizaine de listes de premier plan, portées par des partis ou personnalités politiques s'ajoutent beaucoup d'autres, très variées... allant du Mouvement des gilets jaunes à l'Alliance Royale en passant par le Parti de la Jeunesse (réservé aux moins de 30 ans), ou le Parti de la Décroissance. Sans oublier, le Parti Animaliste, le libertaire « Parti Pirate » ou l'énigmatique et très droitière « Dissidence Française ».

Choix de la station

France Bleu