Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Unieux : coup de projecteur sur la commune de l'Ondaine

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Dans la commune de l'Ondaine, l'une des rares villes françaises encore détenue par le parti communiste. Deux candidats sont en lice : le maire sortant Christophe Faverjon, clairement étiqueté Parti communiste français, et face à lui Bernard Chapelon, divers droite.

La mairie d'Unieux
La mairie d'Unieux © Radio France - Yves Renaud

Un duel en perspective pour les élections municipales à Unieux, commune de 8975 habitants située dans l’Ondaine. Duel entre le maire communiste sortant Christophe Faverjon, et son challenger divers droite Bernard Chapelon. 

La géographie de la commune n’est pas vraiment simple, il n y a pas de vrai centre et la difficulté de la mairie, c’est de fédérer une unité des quartiers. Christophe Faverjon, le maire sortant, explique que ça apporte des atouts sur l'identité forte des quartiers, mais qu'en revanche il est difficile de structurer les activités commerciales.

Christophe Faverjon, le maire communiste sortant
Christophe Faverjon, le maire communiste sortant © Radio France - Yves Renaud

Son opposant Bernard Chapelon fait le même constat. Il estime en revanche que le maire sortant a failli dans cette mission de regroupement.  Les deux comptent en tout cas sur le dynamisme du mouvement associatif pour compenser ce handicap.

Bernard Chapelon,  candidat divers droite
Bernard Chapelon, candidat divers droite © Radio France - Yves Renaud

Le lourd héritage des emprunts toxiques

Au cours de cette campagne on parle beaucoup des fameux emprunts toxiques. Ils avaient été contractés auprès de Dexia avant 2008, par la municipalité en place, à laquelle appartenait Bernard Chapelon, mais il n’était pas aux finances à cette époque. Bernard Chapelon, qui reproche au maire sortant de ne pas avoir assez négocié avec les banques et d'avoir du recourir à une augmentation des impôts locaux en 2015. "Ces emprunts  pouvaient être renégociés chaque année, ce qui n'a pas toujours été fait et nous en 2015, on est arrivé au mur." 

Une augmentation des impôts qu’assume Christophe Faverjon, qui estime avoir fait au contraire le maximum pour désendetter la commune. "De 2008 à 2015, on s'est battu pour en sortir et la bataille qu'on a menée nous a permis d'obtenir beaucoup des banques." Même si ils ont été renégociés au cours du mandat par le maire sortant, les emprunts toxiques vont encore peser jusqu’en 2033 sur les finances communales.  

Ce qui oppose les deux candidats dans cette élection, c’est le style qu’ils veulent appliquer dans la gestion de la commune. Bernard Chapelon, le challenger, estime que la gestion d’Unieux est beaucoup trop marquée par des considérations politiques liées à l’étiquette du maire. Les deux candidats ne sont pas du tout d’accord non plus sur la politique intercommunale.

Débat autour d'un colistier ancien élu FN

Bernard Chapelon reproche au maire de s’opposer systématiquement à toutes les décisions de l’intercommunalité, alors que Christophe Faverjon estime lui que la Métropole a bien trop de pouvoir et qu il faut revenir à plus de proximité. Mais ce qui met du piment dans la campagne, c’est la présence d’un ex élu Front national sur la liste de Bernard Chapelon. Et cette présence de Frédéric Battie, conseiller municipal sortant, élu en 2014 sous l’étiquette FN, révolte Christophe Faverjon, le maire sortant d'Unieux. "Je dénonce cette alliance, parce que c'est extrêmement grave, le conseiller municipal du Front national avait porté une motion "ma commune sans migrants." 

De son côté, Bernard Chapelon est plutôt clair avec la présence de Frédéric Battie sur sa liste Divers Droite. "Monsieur Battie a cessé ses activités au Front national en 2017, donc je donne un droit à l'erreur aux gens et je connais des gens à gauche qui sont plus intolérants que lui." 

En dehors de l’affrontement classique sur des thèmes purement municipaux, cette composition de liste à droite apporte en tout cas une intensité particulière à la campagne dans la commune d'Unieux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess