Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Elections municipales 2020 : le maire d'Avranches David Nicolas se représente

-
Par , France Bleu Cotentin

L'actuel maire d'Avranches dévoile ses intentions pour les municipales de 2020 : avec une grande partie de ses adjoints et de la liste qu'il a conduite en 2014, il souhaite briguer un deuxième mandat.

David NICOLAS, président de la Communauté d'Agglomération Mont-Saint-Michel Normandie
David NICOLAS, président de la Communauté d'Agglomération Mont-Saint-Michel Normandie - CA Mont St Michel Normandie

Avranches, France

Serez-vous à nouveau candidat à la mairie d’Avranches ?
Au sein de l’équipe municipale, il y a un beau noyau dur qui est prêt à se lancer à nouveau dans une campagne et à briguer un deuxième mandat. On est une liste classée dans la catégorie divers, avec des gens de sensibilités différentes. On s’est aperçu au cours des cinq années qui viennent de s’écouler que cela fonctionnait, qu’une liste citoyenne, d’ouverture avec des gens capables de travailler ensemble sur des sujets concrets, c’était franchement une réussite. Donc on s’est dit que cela serait vraiment idiot de ne pas prolonger ce qu’on a commencé à mettre en place et puis il y a des dossiers qu’on a initié et qu’on aimerait voir aboutir sur un 2e mandat.

Vous pensez à quels projets en particulier ?
Notamment dans le champ de l’urbanisme. On a beaucoup travaillé sur certains quartiers qui étaient vieillissants, sur des projets d’embellissement urbain, des espaces publics, des jardins, mais aussi les équipements à vocation de loisirs ou de service, de façon à ce qu’il fasse bon vivre dans notre ville. Et on a envie d’aller encore plus loin.

Quel bilan faites-vous de ces 5 ans ? Qu’est-ce qui vous a marqué ?
Il est fondé sur quelque chose que tous les élus connaissent bien, la longueur des procédures pour aboutir à un projet, depuis les études, le diagnostic jusqu’à la réalisation. Et c’est vrai que six ans, à l’échelle de la vie d’une collectivité comme Avranches, c’est très court.  Ce mandat aura aussi été marqué par la loi Notre, avec une refonte communautaire assez brutale. On n’a pas chômé dans ce domaine. Au-delà de tous les projets menés, il a fallu assumer ces mutations profondes, à la fois à l’échelle communale avec la commune nouvelle formée au 1er janvier 2019 avec Saint-Martin-des-Champs et à l’échelle communautaire, avec une communauté d’agglomération où il y a de forts enjeux économiques notamment et la nécessité de repenser Avranches comme un lieu d’habitation pour des populations qui vont forcément venir dans les mois et années qui viennent.

Quel sera votre programme, vos orientations ?
Dans le domaine de l’urbanisme, certaines choses seront engagées à la fin de l’année, qu’il faudra poursuivre comme la rénovation de la place Carnot dans le centre avec des problématiques de circulation, touristiques et d’aménagement urbain. Dans la même veine, on travaillera sur le quartier St-Gervais, où il y a le plus fort potentiel de renouvellement urbain et sur celui de la Turfaudière, où l’on travaille déjà avec le bailleur Manche Habitat pour renouveler l’offre locative de HLM.  Et puis nous voulons également créer une cantine pour nos écoles, qui compte près d’un millier d’élèves, pour avoir une vraie offre de restauration qui fasse appel aux filières courtes. 

Si vous êtes réélu, souhaitez-vous conserver la présidence de la communauté d’agglomération ?
Dans EPCI, il y a coopération intercommunale et j’y tiens. Le président d’un EPCI n’est pas là pour décider tout, tout seul. On est quasiment une trentaine dans ce noyau qu’on appelle le comité d’orientation et je ne fais que présider les débats. Alors pourquoi briguer une présidence dès à présent. Il s’agit surtout de constituer une équipe dans laquelle demain, je pourrai jouer un rôle de vice-président ou de président, je ne le sais pas encore.