Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Municipales : le vote, mode d’emploi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Les 15 et 22 mars 2020, les Français sont appelés aux urnes pour les élections municipales. Comment sont élus les conseillers municipaux et les maires, quel est le mode de scrutin suivant la commune où vous habitez ? France Bleu vous donne le mode d’emploi du vote.

Les élections municipales ont lieu les 15 et 22 mars 2020
Les élections municipales ont lieu les 15 et 22 mars 2020 © Maxppp - Cédric Meravilles

Tous les électeurs sont appelés à voter pour les élections municipales les 15 et 22 mars 2020, que ce soit en métropole ou outre-mer. Lors de ces deux tours, les Français vont élire pour six ans plus de 500.000 conseillers municipaux, qui désigneront ensuite leur maire. Pour voter le jour J, il faut avoir 18 ans ou plus et être inscrit sur les listes électorales de sa commune. 

Comment sont élus nos maires ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, on ne vote pas directement pour le maire de sa commune lors des élections municipales. On élit les membres du conseil municipal. Leur nombre dépend de la taille de la commune. Ce sont ensuite les conseillers municipaux qui vont désigner le maire. Dans la plupart des cas, c’est le chef de file de la liste qui remporte l’élection qui est élu maire. 

Le vote dans les communes de moins de 1.000 habitants

Le mode de scrutin des élections municipales dépend de la population de la commune : si elle compte moins ou plus de 1.000 habitants. Il y a aussi des spécificités pour Paris, Lyon et Marseille. 

Dans les communes de moins de 1.000 habitants, ce qui représente 72% des communes, le scrutin est plurinominal et majoritaire. Dans ces villages, les candidats se présentent sur des listes que les électeurs peuvent modifier ou panacher (c’est à dire ajouter des noms appartenant à une liste concurrente), rayer certains noms ou ajouter des candidats. Au moment du dépouillement, le calcul se fait candidat par candidat et non par listes. Les listes n’ont pas besoin d’être complètes et ne sont pas obligées de respecter la parité hommes-femmes.

Pour être élu au premier tour dans les communes de moins de 1.000 habitants, il faut obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés et le vote d’au moins le quart des inscrits. Un second tour est organisé pour le reste des sièges à pourvoir. Les candidats qui obtiennent le plus grand nombre de voix complètent les sièges non pourvus au premier tour. En cas d’égalité parfaite entre deux candidats, le plus âgé l’emporte.

 Au moment du dépouillement dans les communes de moins de 1.000 habitants, le calcul se fait candidat par candidat et non par listes. - AFP
Au moment du dépouillement dans les communes de moins de 1.000 habitants, le calcul se fait candidat par candidat et non par listes. © AFP - Pascal Pavani

Le vote dans les communes de plus de 1.000 habitants

Dans les communes de plus de 1.000 habitants, c’est un scrutin proportionnel avec prime majoritaire. Les listes doivent être composées d’autant de femmes que d’hommes et ne peuvent pas être modifiées. 

Au premier tour, si une liste obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, elle remporte la moitié des sièges du conseil municipal. C’est ce qu’on appelle la prime majoritaire. L’autre moitié est répartie à la proportionnelle entre toutes les listes qui ont obtenu plus de 5% des suffrages exprimés, y compris celle arrivée en tête.

S’il y a un second tour, il faut déjà obtenir 10% pour pouvoir se maintenir. Les listes ayant recueilli entre 5 et 10% sont autorisées à fusionner avec celles qui se maintiennent. C’est la liste arrivée en tête qui obtient la moitié des sièges. L’autre moitié est répartie à la proportionnelle entre toutes les listes qui ont obtenu au moins 5% des suffrages. 

A Paris, Lyon et Marseille, des modes de scrutin différents

Dans les trois plus grandes villes de France, les élections municipales se font par secteurs. A Lyon et Paris, un secteur correspond à un arrondissement (sauf pour le secteur 1 qui réunit les quatres premiers arrondissements parisiens), quand les secteurs à Marseille en regroupent deux. L’élection des conseillers municipaux et des conseillers d’arrondissement se fait en même temps, sur la même liste. Ce sont sinon les mêmes règles que pour les communes de plus de 1.000 habitants, avec un scrutin de liste, à la proportionnelle avec prime majoritaire. Le maire est ensuite élu à bulletins secrets par les conseillers municipaux.

Les conseillers communautaires élus en même temps

Depuis 2014, les électeurs élisent avec le même bulletin de vote, les conseillers municipaux et communautaires. Pour les communes de moins de 1.000 habitants, les élus de l’intercommunalité sont les membres du conseil municipal, dans l’ordre : le maire, le premier adjoint, puis le deuxième, etc. Pour celles de plus de 1.000 habitants, le bulletin de vote de chaque liste comprend la liste des candidats au conseil communautaire qui doivent être aussi candidats au conseil municipal. Les deux listes sont élues en même temps. 

→ Retrouvez toute l'actualité des Municipales sur francebleu.fr

- - Aucun(e)
- - -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu