Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Elections municipales à Nantes : Johanna Rolland veut recruter 70 policiers municipaux de plus

-
Par , France Bleu Loire Océan

La maire de Nantes, Johanna Rolland, a présenté mercredi 8 janvier ses propositions concernant la sécurité dans le cadre de la campagne pour les élections municipales. Parmi les mesures, le recrutement de 70 policiers municipaux supplémentaires et un renforcement du dispositif de sécurité la nuit.

La maire sortante de Nantes Johanna Rolland a présenté mercredi 8 janvier ses mesures de sécurité en vue des élections municipales du mois de mars.
La maire sortante de Nantes Johanna Rolland a présenté mercredi 8 janvier ses mesures de sécurité en vue des élections municipales du mois de mars. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Nantes, France

La maire de Nantes, Johanna Rolland, a présenté mercredi 8 janvier son programme de sécurité pour les élections municipales de mars 2020. "Est-ce que l'insécurité s'est développé à Nantes ? La réponse est oui", a posé en préambule la maire sortante, évoquant "un sujet sensible, éminent et important". La socialiste a donc décidé d'en faire la priorité de sa campagne. "Je ne vais pas me cacher derrière mon petit doigt", affirme celle qui dirige la Ville depuis près de six ans. Elle se dit "absolument déterminée à ne rien lâcher". Johanna Rolland a ainsi proposé un "contrat nantais de sécurité", avec sept axes et 23 mesures. Les deux principales concernent le recrutement de 70 policiers municipaux et le renforcement des effectifs et des moyens la nuit

Faire de Nantes la 2e ville de France en nombre de policiers municipaux

La mesure phare de Johanna Rolland concerne le recrutement de 70 policiers municipaux. Cela porterait leur nombre à 190 au total. C'est une augmentation considérable puisque la municipalité en a recruté 20 pendant le mandat 2014-2020. Avec ces nouveaux effectifs, Nantes deviendrait la deuxième ville de France la plus dotée en policiers municipaux (par habitant et à taille comparable). 

Parmi les 70 policiers, 24 seraient affectés à une brigade spécialisée dans l'"îlotage", c'est-à-dire qu'ils interviendraient dans des quartiers précis. Cela leur permettrait, selon la maire, de mieux connaître les habitants, les problèmes du quartiers, les lieux les plus à risque... D'autres parmi les effectifs seraient affectés dans deux postes mobiles de police municipale. Ces postes seraient déployés dans les endroits où les besoins sont les plus importants. 

Pour autant, selon Johanna Rolland, "il faut que l'Etat s'engage". Ainsi, la maire de Nantes envoie dès mercredi soir un courrier au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, pour lui demander de mettre en face les mêmes moyens : 70 policiers nationaux. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que la maire sortante demande des effectifs supplémentaires. De la même manière, elle a réitéré sa demande de voir s'installer dans la cité des Ducs un service régional de police judiciaire (SRPJ). 

La nuit, axe de travail majeur

La maire de Nantes a également décidé d'axer ses mesures sur l'insécurité de nuit. Ainsi, les nouveaux policiers municipaux qui seront recrutés permettront d'augmenter l'amplitude horaire des rondes : jusqu'à 2h du matin, contre minuit pour l'instant. Johanna Rolland ne veut pas étendre plus leurs vacations : d'une part, cela nécessiterait selon elle leur armement - ce à quoi elle est opposée - et d'autre part, elle estime que ces patrouilles de nuit relèvent de la mission de la brigade anti-criminalité (BAC), qui appartient à la police nationale. 

Autre mesure : la généralisation des plans de sécurité mis en place sur les gros événements. Regroupant la police municipale, la sécurité civile et des effectifs de sécurité privée, elle souhaite qu'ils soient mis en place tous les jeudis, vendredis et samedis soir. Ils seront déployés du Hangar à bananes à la place Bouffay.

Réorganiser l'action municipale

La maire socialiste de Nantes compte changer d'organisation pour améliorer la lutte contre l'insécurité. Ainsi, elle souhaite qu'un diagnostic précis et ciblé soit opéré par les services de police et de justice. Ce diagnostic serait donc demandé et piloté par l'Etat. Une base sur laquelle elle voudrait s'appuyer pour orienter plus précisément ses actions.

Ensuite, Johanna Rolland promet de consacrer une réunion du conseil municipal à la sécurité, chaque année. Le préfet de Loire-Atlantique serait convié à cette réunion pour renforcer le lien entre la politique de la ville et les services de l'Etat. Enfin, la maire sortante de Nantes souhaite qu'un élu soit nommé "référent sécurité" dans chaque quartier de la ville, afin de pouvoir faire remonter au mieux les problèmes. 

Tous ces moyens auront forcément un coût. Ainsi, rien que pour le recrutement des 70 policiers municipaux, la Ville devra dépenser 5,2 millions d'euros. Même si Johanna Rolland compte s'affranchir des limites budgétaires imposées par l'Etat aux collectivités locales, il faut s'attendre à des arbitrages sur les autres postes. Lesquels ? Réponse (peut-être) lors de la présentation du projet globale de la candidate.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu