Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Élections municipales : un bus pour les inscriptions sur les listes tente de séduire les étudiants à Nantes

-
Par , France Bleu Loire Océan

Un "bus civique" itinérant mis en place par la mairie de Nantes propose aux habitants de s'inscrire sur les listes électorales. Chaque jour, il est positionné dans un quartier différent. Mercredi 15 janvier, il faisait étape à l'université pour tenter de séduire les étudiants.

Le "bus civique" de la Ville de Nantes était installé sur le campus de l'université, mercredi 15 janvier.
Le "bus civique" de la Ville de Nantes était installé sur le campus de l'université, mercredi 15 janvier. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Nantes, France

La mairie de Nantes est à la recherche de ses habitants pas encore inscrits sur les listes électorales. En vue des élections municipales, la Ville a mis en place un "bus civique" itinérant qui propose aux citoyens de les inscrire pour le scrutin du mois de mars. Mercredi 15 janvier, il stationnait sur le campus de l'université, juste à côté du Pôle étudiant. Les jeunes n'ont globalement pas semblé séduits par l'initiative.

Un manque d'intérêt

Ce gros camion gris et bleu n'est pas forcément très identifiable à première vue. "Ici, on peut s'inscrire sur les listes électorales", précise un panneau. Pas de quoi convaincre Dimitri : "J'ai déménagé, je n'ai pas changé de liste et je ne compte pas le faire", affirme ce jeune que la politique n'intéresse pas. "Je m'en fiche honnêtement." Pourquoi ce désintérêt ? "On est trop détachés et pas assez intégré dans la politique", estime-t-il, assurant que ce n'est en rien lié à l'âge. 

Le "bus civique" était présent sur le campus de l'université de Nantes, mercredi 15 janvier. - Radio France
Le "bus civique" était présent sur le campus de l'université de Nantes, mercredi 15 janvier. © Radio France - Clémentine Vergnaud

"Sans vous, il manque une voix" : la photo d'un retraité sur une affiche à l'arrière du bus semble destinée à attirer les jeunes. Raté ! "Je ne pense pas que j'habite Nantes. Dans ma tête, j'habite encore chez mes parents", justifie Coline. "Pour moi, j'ai juste un logement ici parce qu'il faut que je fasse mes études." 

Une démarche qui paraît trop complexe

Les portes du bus sont fermées, personne n'est présent à l'extérieur pour expliquer l'initiative aux étudiants : pas sûr que l'accueil suffise à faire entrer Elise, originaire des Côtes-d'Armor. "Je vais rester sur les listes là-bas et demander à mes parents qu'ils votent pour moi", détaille la jeune femme. "C'est une démarche de plus à faire. Ça me paraît plus pratique que ce soit mes parents qui prennent ça en charge." Une démarche qui nécessitait un justificatif de domicile. Difficile de croire que les étudiants en ont toujours un dans leur sac de cours alors qu'ils sont en pleine semaine de partiels. "Vu qu'on est en partiels, je ne pense pas du tout à ça. Ce n'est absolument pas ma priorité !", confirme Emma. Les inscriptions sur les listes électorales sont ouvertes à Nantes jusqu'au 7 février.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu