Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en Occitanie : qui pour battre Carole Delga ?

Les élections régionales devraient être reportées au mois de juin. La présidente sortante de la région Occitanie, Carole Delga, est candidate à un nouveau mandat. Antoine Maurice ira pour les écologistes. Dans les autres partis, les décisions seront prises en décembre ou janvier.

Carole Delga dans les studios de France Bleu Occitanie
Carole Delga dans les studios de France Bleu Occitanie © Radio France - France Bleu Occitanie

"Les discussions sont en cours, la décision va tomber prochainement". Les partis politiques sont eux aussi bringuebalés par la crise sanitaire. Alors que les choses semblaient s'accélérer au début de l'automne, le report quasi-certain des élections régionales de mars à juin change la donne. Le Parlement devrait confirmer, dans les prochaines semaines, le report des scrutins régionaux et départementaux qui étaient prévus en mars. En Occitanie, la présidente socialiste sortante, Carole Delga, est officiellement candidate à sa succession. Elle est l'invitée de France Bleu Occitanie ce vendredi à 8h10. La grande question maintenant, c'est donc de savoir qui elle aura en face, notamment à droite chez Les Républicains.

Des candidats  qui ne se bousculent pas ou qui travaillent dans l'ombre

Les candidats auraient-ils peur d'y aller ? C'est vrai que la bataille s'annonce rude et qu'il faut bien se préparer. De l'aveu même d'un député LREM de la région : "C'est une épreuve de force, de la haute montagne même, il faut avoir envie". Tout le monde est d'accord pour dire que la première présidente de la grande région Occitanie a un bilan, qu'on l'approuve ou pas. Si le Rassemblement national pourrait bien arriver en tête du premier tour comme en 2015, Carole Delga semble être la favorite de ce scrutin.

En face, LREM aura son candidat. Pas Nicole Belloubet, pas un parachuté selon nos informations. Le nom de l'ancienne ministre de la justice, qui a des attaches à Toulouse, avait été un temps cité. Alors qui pour la majorité présidentielle ? Christian Teyssèdre peut-être. La sortie du maire de Rodez (Aveyron), proche d'Emmanuel Macron, cette semaine à propos de la Bosch, n'était sans doute pas innocente. Il avait disputé l'investiture à Carole Delga il y a cinq ans, et il n'a pas bien digéré l'épisode. Depuis une opposition forte existe entre l'ancien socialiste et le présidente socialiste.

A droite chez Les Républicains, deux noms reviennent : le député de Millau Arnaud Viala et surtout celui du Lot, Aurélien Pradié. Très en vue dans les médias, ce dernier est poussé par de nombreux responsables régionaux et nationaux.

Au Rassemblement National, Julien Sanchez le maire de Beaucaire (Gard) et conseiller sortant, a un concurrent sérieux en la personne de Jean-Paul Garraud député européen de Gironde, originaire de Toulouse. Ancien membre de l'UMP et de LR, il a rejoint Marine Le Pen en 2019 et c'est un proche de Louis Aliot le maire RN de Perpignan. Marine Le Pen devrait trancher courant janvier.

Et puis il y a les écologistes qui sont déjà en course. Antoine Maurice, le candidat déçu des municipales à Toulouse, battu au deuxième par Jean-Luc Moudenc alors que beaucoup de grandes villes passaient au vert, est aujourd'hui le seul candidat officiellement investi face à Carole Delga. La gauche part donc divisée.

Aurélien Pradié pour refaire le coup des législatives au régionales ?

Des tous ces candidats potentiels, celui d'Aurélien Pradié, secrétaire général de LR et député du Lot, est celui qui fait le plus parler. Pour espérer prendre ce bastion du parti socialiste, il faut un nom, une personnalité qui porte les couleurs de la région et qui est capable de déjouer le pronostics. Aurélien Pradié, en prenant un fief de la gauche dans le Lot aux dernière législatives (2017), et en occupant largement la scène médiatique nationale depuis trois ans, est un candidat presque naturel. Il est poussé à y aller par beaucoup d'élus LR, dans la région et en France.

A la rentrée, il était dans les starting-blocks et devait faire connaitre sa décision début octobre. La situation sanitaire a changé la donne et Aurélien Pradié prend son temps. D'abord parce qu'il en a plus, le scrutin va être reporté. Et puis parce que ce calendrier rapproche les régionales des prochaines législatives et la question du choix entre les deux mandats se pose de manière plus forte.

"Dans tous les cas, je m'investirai" dit Aurélien Pradié. Proche de Christian Jacob de par ses fonctions à LR, une seule chose semble à peu près sûre. S'il veut y aller, il aura l'investiture. Il fera connaître sa décision avant Noël.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess