Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élections régionales et départementales : une abstention record qui inquiète la classe politique

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le premier tour des élections régionales et départementales a été marqué par une abstention inédite lors d'une élection sous la Ve République. Elle atteint 66,74%, selon les chiffres publiés par le ministère de l'Intérieur ce lundi. Un niveau alarmant, qui inquiète la classe politique.

Dans un bureau de vote de Grenoble, ce dimanche.
Dans un bureau de vote de Grenoble, ce dimanche. © AFP - Jean-Christophe Monnier/Hans Lucas

C'est le chiffre qui aura marqué le scrutin qui s'est déroulé ce dimanche : 66,74% des électeurs, selon les chiffres publiés ce lundi par le ministère de l'Intérieur, ne sont pas allés voter pour le premier tour des élections départementales et régionales. L'abstention dépasse les 65% dans neuf des treize régions métropolitaines, soit un record tous scrutins confondus en France hors référendum. La Corse fait figure d'exception, avec 57% de participation. 

Mais au niveau national donc, moins d'un Français sur trois s'est rendu aux urnes. Un record qui pose de nombreuses questions, sur la légitimité des candidats qui seront élus, mais aussi sur la campagne électorale, et l'organisation de la vie politique et du débat d'idées dans le pays.

Une abstention record 

Jamais les Français n'ont autant boudé les urnes pour une élection, hors référendum : moins d'un tiers d'entre eux ont voté ce dimanche. Jusqu'à présent, l'abstention la plus élevée pour un premier tour des régionales datait de 2010, avec 53,67%. L'abstention record, tous scrutins confondus, avait été atteinte lors du référendum sur le quinquennat en 2000, avec 69,8% d'abstention.

Cette participation très faible inquiète la classe politique dans son ensemble. L'opposition charge l'exécutif, et l'accuse d'être responsable de la mauvaise organisation du scrutin, et des couacs relevés ce dimanche, comme par exemple la mauvaise distribution de la propagande électorale, des bulletins de vote manquants ou des bureaux de vote fermés à Marseille.

Des résultats éloignés de la réalité du pays ? 

Avec un tel niveau de désaveu, "il n'est pas évident" que le résultat "corresponde à une réalité du pays. C'est la part la plus légitimiste de l'électorat français, très souvent un électorat plus âgé que la moyenne", qui s'est déplacée, estime ainsi Stéphane Zumsteeg, de l'institut Ipsos, auprès de l'AFP.

Plus de huit personnes de moins de 35 ans sur 10 n'ont pas voté

Selon le sondage Ipsos-Sopra Steria pour Radio France et France Télévision publié dimanche, 87% des 18-24 ans ne se sont pas déplacés aux urnes, et 83% des 25/34 ans. À l'inverse, les 70 ans et plus ont été 40% à s'abstenir (56% des 60/69 ans, 56% des 50/59 ans, 71% des 35/49 ans).

Les raisons de l'abstention : désintérêt et mécontentement 

Selon ce sondage, la principale raison pour expliquer cette abstention record réside dans le désintérêt pour ces régionales et départementales. 39% des sondés estiment que ces élections ne changeront rien à leur vie quotidienne. Ils sont 23% à déclarer que l'abstention est un moyen de manifester son mécontentement à l'égard des hommes politiques en général.

Une abstention "abyssale", reconnaît le gouvernement

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a déploré, dimanche soir, une "abstention abyssale". Il a  imputé cette faible participation à la crise sanitaire du Covid-19, qui a empêché le tenue d'une campagne électorale en bonne et due forme. Une explication rejetée par l'opposition, de gauche comme de droite. Une explication qui paraît aussi peu fréquente chez les abstentionnistes d'après note sondage : seuls 14% d'entre eux ne se sont pas rendus aux runes en raison du Covid-19.  

Le Premier ministre Jean Castex a lancé "un appel solennel" à tous les Français à se rendre aux urnes dimanche pour le second tour. "Faire gagner l'abstention, c'est faire perdre la démocratie. Nous devons tous, collectivement, la combattre. Ce n'est pas une formule mais une exigence républicaine", a-t-il tweeté.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"L'échec de tous", les "modes de gouvernance" en question 

Mounir Mahjoubi, député LREM de Paris, a estimé ce lundi sur franceinfo que cette abstention était "très grave". "C'est l'échec de tous. C'est l'échec de la majorité. C'est l'échec des partis d'opposition. Les Français n'ont pas trouvé nécessaire d'aller voter hier. Cela pose beaucoup de questions sur la démocratie.", a-t-il précisé.

Peut-être qu'on a gâché la politique" Mounir Mahjoubi, député LREM de Paris

"Est-ce que c'est utile de participer? Est-ce que ce serait mieux si on ne votait pas? Peut-être qu'on a gâché la politique. Est-ce qu'on a, à ce point-là, été si mauvais pour que les gens n'aient pas envie de voter? Je pose très sérieusement la question des modes de gouvernance et des modes d'écoute des Français. Je crois que notre système ne marche pas. Je crois que la façon qu'on a de se donner rendez-vous à ces grands moments électoraux ne fonctionne pas", a-t-il confié.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les Républicains chargent l'exécutif

L'exécutif "a une responsabilité énorme", a dénoncé le patron des Républicains Christian Jacob sur TF1 ce dimanche. Il a jugé "indignes d'une grande démocratie" les problèmes d'acheminement des professions de foi et propagandes électorales.

Les sujets de la campagne très éloignés des élections, pour La France insoumise 

"Le tsunami, c’est l’abstention", a alerté Eric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, également sur franceinfo. Le député en profite pour appeler à la VIe République, qui figure dans le programme de la France insoumise : "Ça montre une chose, c'est que si on ne change pas de régime, si on n'en finit pas avec la Ve République qui confine la démocratie, si, en plus de ça, on a un gouvernement qui a complètement failli en termes d'organisation de ces élections, si enfin, on ne passait pas des mois et des mois à discuter de sujets très éloignés de ces régionales et départementales, notamment dans les débats sur les médias : sécuritaire, identitaire, religion, immigration, rien sur les transports, à un moment donné, la démocratie ne peut pas continuer comme ça avec une telle rupture entre le peuple et le suffrage universel", a-t-il estimé. 

Le parti de Jean-Luc Mélenchon demande une commission d’enquête parlementaire, "pour comprendre ce qui s'est passé pour ces élections", a rappelé Eric Coquerel.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Un schisme entre les Français et leurs politiques" pour Yannick Jadot 

L'eurodéputé EELV Yannick Jadot s'est inquiété d'une "forme de schisme qui s'installe", selon lui, "entre la classe politique et les Françaises et les Français". Sur France 2, l'écologiste a expliqué la forte abstention par "une incroyable incompréhension de ce que sont aujourd'hui nos collectivités".

Une "abstention de dingue" pour le PCF 

Du côté du PCF, l'adjoint à la maire de Paris Ian Brossat a évoqué une "abstention de dingue". "Pas une seule élection depuis 2017 avec plus de 50% de participation. Quand on pense que Macron voulait "réenchanter la politique"...", a-t-il ironisé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un "désastre civique" pour Marine Le Pen 

Pour la présidente du RN  Marine Le Pen, il s'agit d'un "désastre civique", qui donne "une vision trompeuse des forces politiques en présence". Pour elle, "la distorsion des intentions de vote mesurées par les sondages avec les votes réels n'a qu'une seule explication : nos électeurs ne se sont pas déplacés". Marine Le Pen appelle "au sursaut tous ceux qui veulent exprimer leur opposition à l'action de ce gouvernement", en vue du deuxième tour dimanche prochain.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'abstention a atteint un niveau record dimanche.
L'abstention a atteint un niveau record dimanche. © Visactu - Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess