Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Elections régionales : Jean Rottner (LR) veut "écarter la menace du Rassemblement National" dans le Grand Est

L'actuel président de la région Grand Est appelle à la mobilisation au second tour pour écarter la menace du Rassemblement National. Sa liste est arrivée en tête, 10 points devant le RN lors du premier tour des élections régionales.

Jean Rottner, l'actuel président LR de la région Grand Est est arrivé en tête au 1er tour des élections régionales
Jean Rottner, l'actuel président LR de la région Grand Est est arrivé en tête au 1er tour des élections régionales © Maxppp - Laurent REA

Une élection est gagnée ou perdue à l'issue du second tour, c'est la leçon que ne veut pas oublier l'actuel président de la région Grand Est, Jean Rottner (LR). Sa liste arrive largement en tête du premier tour des élections régionales avec 31,15 % des voix. A dix points derrière, c'est la liste du Rassemblement National qui est aux yeux de Jean Rottner, le principal adversaire. Il appelle les électeurs qui ont boudé les urnes dans le Grand Est à se mobiliser pour "écarter la menace du Rassemblement National dans la région Grand Est". 

Le rassemblement National, principal adversaire

Dans la région Grand Est, plus de 70% des électeurs ne sont pas allé voter. Il reste donc du monde à convaincre pour le second tour des élections régionales qui se profile. Pour le chef de file de LR, Jean Rottner, qui a décidé de repartir avec la même liste qu'au premier tour, sans faire d'alliance, l'adversaire désigné est le Rassemblement National.

"Nous nous battrons jusqu'au deuxième tour pour qu'effectivement, la menace du Rassemblement National soit écartée de la région. Ils n'ont rien proposé à part de séparation. Il n'y a rien dans leur programme qui soit véritablement positif, et construit, qui permette à l'ensemble de nos territoires de se relever après cette crise terrible que nous venons de vivre." 

Pour Jean Rottner, veut appuyer sur la différence fondamentale qui l'oppose au Rassemblement National : "la différence entre celles et ceux qui ne parlent que de ce que j'appelle politique du rétroviseur, c'est à dire qu'ils regardent en arrière. Moi, j'ai décidé de regarder en avant, de construire, de protéger, d'accompagner et de promouvoir tous les territoires dans ce qu'ils ont de plus positifs.

La politique de la clarté 

Jean Rottner explique son avance importante tout comme celle des présidents de régions en place par une politique et des choix politiques clairs. Ceux qui sont en tête  "ont démontré la clarté de leurs et de leurs choix politiques, de leurs lignes et surtout du service qu'ils adressent au quotidien à leurs administrés".

"Tout ça, ce sont des engagements du quotidien extrêmement fort", ajoute-t-il.

Le rejet d'une liste d'alliance à droite

Sur l'alliance avec son adversaire à droite, il explique qu'il n'est pas question de changer sa liste. Il ne veut pas non plus faire d'alliance avec la liste de Brigitte Klinkert, la candidate de la majorité présidentielle qui a choisi de se maintenir au second tour. 

"Vous savez, chacun de ses choix en conscience. Moi, mon choix, c'est la lutte contre le Rassemblement National. Brigitte Klinkert est visiblement dans une démarche qui n'est pas véritablement celle là", ajoute-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess