Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élections régionales : Loïg Chesnais-Girard l’emporte en Bretagne, mais sans majorité absolue

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Le président sortant de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard Girard (PS/PCF/DIVECO) est sorti vainqueur dimanche du second tour des régionales. Mais avec un score de près de 30 % des voix, cela ne lui permet pas d'assurer la majorité absolue.

Loïg Chesnais-Girard vainqueur en Bretagne
Loïg Chesnais-Girard vainqueur en Bretagne © AFP - Martin Bertrand

Loïg Chesnais-Girard, le président sortant du conseil régional, arrive en tête avec 29,84% des voix, dimanche 27 juin, au second tour. Faute d'accord entre la liste du président sortant Loïg Chesnais-Girard et celle de l'ex-PS Thierry Burlot, soutenu par LREM, l'élu PS obtient donc une courte victoire. Il reste le "plus jeune président de France". "Cette victoire, je la dois aux Bretonnes et aux Bretons" s'est réjoui le sortant PS.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

En début de semaine, le président sortant avait préféré fusionner avec l'ancien maire anti-pesticides de Langouët Daniel Cueff et sa liste apartisane "Bretagne ma vie" . 

Un héritier de Jean-Yves Le Drian

Le socialiste Loïg Chesnais-Girard est élu pour la première fois à seulement 18 ans, au sein du conseil municipal de Liffré. Il devient maire de la commune d'Ille-et-Vilaine en 2008, poste qu'il occupe pendant neuf ans. En 2010, il entre au Conseil régional de Bretagne, aux côtés de Jean-Yves Le Drian, qui lui confie les affaires économiques. Loïg Chesnais-Girard abandonne son emploi de cadre bancaire pour se consacrer exclusivement à ses fonctions d'élu.

En 2015, il est désigné premier vice-président chargé de l'économie. Suite à la démission de Jean-Yves Le Drian, nommé ministre des Affaires étrangères dans le premier gouvernement d'Emmanuel Macron, le socialiste prend la tête de la région le 22 juin 2017. A seulement 40 ans, il devient alors le plus jeune président de région en France.

Dans cette quinquangulaire, la liste du président sortant devance celle de la LR Isabelle Le Callennec (21,98 %), de la candidate écologiste Claire Desmares-Poirrier (20,22 %), du LREM Thierry Burlot (14,75 %) et du RN Gilles Pennelle (13,22 %).

Une union impossible

L'ancien vice-président de la région Bretagne Thierry Burlot avait choisi de s'émanciper, et avait été démis de ses fonctions de vice-président de la région en charge de l'environnement.
En 2015, lors des élections régionales, Loïg Chesnais-Girard et lui figuraient sur la liste victorieuse menée par Jean-Yves Le Drian. A bientôt 62 ans, cet élu local depuis les années 80 puis régional depuis 2004 avait effectué toute sa carrière politique sous l'aile du PS. Jean-Yves Le Drian avait exhorté à plusieurs reprises ses deux héritiers, à se rassembler au soir du premier tour des régionales.

Avec ses 14,8 % des suffrages, Thierry Burlot veut s’inscrire dans une "opposition constructive" et non "systématique".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une position similaire à celle d’Isabelle Le Callennec (LR). La Maire de Vitré et présidente de Vitré communauté depuis un an veut elle aussi, être dans une "opposition constructive mais très extrêmement exigeante".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un score historique pour l’écologie

En Bretagne, les écolos réalisent une percée avec environ 20% pour Claire Desmares-Poirrier, insuffisant pourtant pour rivaliser avec le socialiste sortant. Malgré tout, c’est "un score historique pour l'écologie" a réagi l’élue écologiste. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Si la liste de Loïg Chesnais-Girard est arrivée en tête de ce second tour, cette victoire ne lui permet pas d’obtenir une majorité au conseil régional. Il devrait obtenir un quart des sièges à pourvoir, soit 21 sièges. En l'absence de volonté d'union avec les Verts, LREM, les délibérations risquent d’être compliquées. "On verra comment on maintient le rapport de force au sein de l'institution" estime La tête de liste EELV Claire Desmares-Poirrier

Les prochains élus régionaux auront un mandat total de 6 ans et 9 mois. Un peu plus long que le mandat précédent. Ils resteront aux affaires dans la région jusqu’à fin en mars 2028. Un mandat plus long en raison des élections présidentielle et législatives prévues en 2022 et 2027.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess