Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Elections régionales: Maider Arosteguy (LR) veut faire coup double contre Rousset et Macron

Les candidats Les Républicains du Pays Basque et du Béarn aux élections régionales écartent toute alliance avec LREM au second tour, défendent la LGV jusqu'à Dax et l'abandon du projet de ligne Bedous-Canfranc

Présentation des candidats LR en campagne à Berenx.
Présentation des candidats LR en campagne à Berenx. © Radio France - Iban Etxezaharreta

"Respiration démocratique", "changement" et "alternance". La liste LR aux élections régionales des 20 et 27 juin veut incarner les trois. Contre Alain Rousset le président PS sortant de la région Nouvelle-Aquitaine "qui a les mêmes projets depuis 23 ans" souligne le Bordelais Nicolas Florian qui mène la liste aux régionales, venu lundi soutenir et présenter les candidats des Pyrénées-Atlantiques. Une liste départementale emmenée par la maire de Biarritz Maider Arostéguy avec le maire d'Ogeu Marc Oxibar. "Nous ne sommes pas favoris mais nous pouvons changer le cours de choses" veut croire l'ancien maire de Bordeaux. "Moi non plus je n'étais pas favorite à Biarritz" appuie la chef de file départementale Maider Arostéguy.

De g. à d. au premier rang Pascal Ondarts, Kattalin Quentin, Marc Oxibar, Maider Arosteguy, Nicolas Florian et Claire Dutaret Bordagaray.
De g. à d. au premier rang Pascal Ondarts, Kattalin Quentin, Marc Oxibar, Maider Arosteguy, Nicolas Florian et Claire Dutaret Bordagaray. © Radio France - Iban Etxezaharreta

Côté tactique, les candidats de "la droite et du centre" veulent aussi envoyer au message au gouvernement "qui met pas moins de 10 ministres candidats dans les différentes régions". Pas question de s'allier à LREM, le parti du président Macron, au second tour avertit Maider Arostéguy qui annonce que la liste se maintiendra telle quelle au second tour. Interrogée sur l'alliance de la droite, du centre et du parti du gouvernement pour les élections départementales qui ont lieu le même jour, les candidats LR précisent qu'elle n'est que locale et autour du président centriste Jean-Jacques Lasserre. Une alliance préexistante à la création du parti En Marche "qui a une politique du coucou" pique Marc Oxibar "en plaçant une poignée de candidat". Mais là, il s'agit des régionales, "un scrutin plus politisé, avec une dimension nationale".

La LGV oui mais jusqu'à Dax

La liste LR met dans ses priorités "la question de l'insécurité, ce n'est pas un sentiment mais une réalité" avec la proposition d'un "Pacte régional de sécurité". Si la sécurité n'est pas une compétence de l'entité régionale, "elle a la possibilité d'installer de la vidéosurveillance aux abords et dans les lycées et dans les Trains Express Régionaux, et c'est ce que nous ferons".

Dans le domaine ferroviaire, compétence particulière de la Région en l'occurrence, Les Républicains défendent la création d'une nouvelle Ligne à Grande Vitesse entre Bordeaux et Dax mais, à la différence d'Alain Rousset, avec l'aménagement des voies existantes entre Dax et Bayonne. Maider Arostéguy veut en outre développer des TER à hydrogène comme il en existe en Allemagne, et abandonner "la gabegie" de la ligne Bedous-Canfranc qui coûterait plus de 400 millions d'euros "qui seront mieux employés ailleurs".

Dans le domaine économique, la liste LR veut se consacrer "à la relance", au "rebond" attendu en sortie de crise sanitaire, en "s'appuyant sur le modèle économique du Pays Basque sud" plaide la maire de Biarritz "et sur les marchés transfrontaliers : il n'y a pas que l'aéronautique, le tourisme et un peu de services au milieu".

Enfin, le "jacobinisme" de Bordeaux est fustigé, "une proximité de la Région" revendiquée avec l'annonce de désignations de vice-président.es territoriaux. Chaque vice-président.e représentera un département.  "Une autre gouvernance", et "la fin d'une politique de guichet, pour une politique de projets" selon les mots de la cheffe de file départementale.

La listes des candidat.es LR dans les Pyrénées-Atlantiques

  1. Maider Arosteguy, maire de Biarritz, 56 ans
  2. Marc Oxibar, maire d'Ogeu-les-Bains, 43 ans
  3. Sylvie Durruty, 1ère adjointe au maire de Bayonne, 58 ans
  4. Eric Saubatte, adjoint au maire de Pau, 50 ans
  5. Claire Dutaret Bordagaray, maire d'Uhart-Cize, 41 ans
  6. Yves Larrouturre, adjoint au maire de Berenx, 63 ans
  7. Kattalin Quentin, maire d'Audaux, 43 ans
  8. Louis Hauret étudiant en droit, Biarritz
  9. Christine Duhart, adjointe au maire de St Jean de Luz, 66 ans
  10. Thierry Rambaud Platon, avocat à Pau et professeur des Universités, 45 ans
  11. Vanessa Horrod, adjointe au maire de Lons, 48 ans
  12. Baptiste Irigoin, étudiant en droit, Béguios, 19 ans
  13. Sybille Jost, conseillère municipale d'Arcangues, 55 ans
  14. Marc Labat, maire d'Igon, 52 ans
  15. Isabelle Péguilhé, maire de Mazerolles, 54 ans
  16. Henri Levréro, conseiller municipal d'Urrugne, 58 ans
  17. Valérie Labastie, conseillère municipale d'Anglet, 45 ans
  18. Hugo Couchinave, étudiant en droit, St Goin, 21 ans
  19. Victoria Ebrard, étudiante en droit, Pau, 23 ans
  20. Pascal Ondarts, ancien international de rugby, Biarritz, 65 ans
  21. Julie Strzalkowski, conseilère municipale d'Ustaritz, 38 ans
  22. Jean Gougy, ancien député, Pau, 82 ans
  23. Alexa Lauriol, adjointe au maire de Pau, 49 ans
Choix de la station

À venir dansDanssecondess