Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Elections régionales : que se cache-t-il derrière l'enveloppe ?

mardi 1 décembre 2015 à 10:52 Par Yacine Sahnoune, France Bleu Vaucluse

Cette année deux prestataires locaux ont été choisis pour assurer la mise sous pli et l'acheminement des enveloppes électorales jusqu'à votre boîte aux lettres.

Près de 400 000 enveloppes ont été envoyées dans le Vaucluse pour ces régionales
Près de 400 000 enveloppes ont été envoyées dans le Vaucluse pour ces régionales © Radio France

84000 Avignon, France

L'enveloppe est remplie de professions de foi des candidats aux régionales. Sur sa devanture, la mention : "Urgent élections". Derrière ces deux mots se cache un immense système de distribution qui a, cette année, profité à deux prestataires vauclusiens.

Onze millions de documents

Les deux sociétés de routage (Edit Routage et Rouage Service), qui emploient sept sous-traitants, reçoivent, d'un coup, près de onze millions de professions de foi par palettes.

Les papiers sont de différente qualité et de différents formats, étant donné que chaque candidat doit s'occuper de l'impression de ses documents. C'est là que les sociétés de routage se mettent en branle.

"Il faut trier, plier, mettre sous enveloppe et envoyer les 400 000 courriers par La Poste. Le tout, en 7 jours."

Pour le second tour, les sociétés de routage devront effectuer la même opération avec 2,5 millions de professions de foi. Cette fois-ci en seulement 24 heures. 

Les explications de Samia Belbachir