Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Élisabeth Borne remplace François de Rugy au ministère de la Transition écologique

-
Par , France Bleu

Empêtré dans des affaires de frais de représentation et de coûteux dîners, François de Rugy a rendu sa démission ce mardi 16 juillet. Il a été remplacé dans la foulée par Élisabeth Borne, qui garde en parallèle son portefeuille aux Transports.

Déjà aux transports, Élisabeth Borne récupère le portefeuille d'un François de Rugy démissionnaire.
Déjà aux transports, Élisabeth Borne récupère le portefeuille d'un François de Rugy démissionnaire. © Maxppp - Jérôme Fouquet

France

L'annonce de la succession de François de Rugy n'a pas tardé, ce mardi 16 juillet. Quelques heures après que l'ex-numéro deux du gouvernement, empêtré dans des affaires de frais de représentation et de coûteux dîners révélés la semaine par Mediapart, a annoncé sa démission sur sa page Facebook, Élisabeth Borne a confirmé le remplacer au ministère de la Transition écologique et solidaire.

Quasiment au même moment, le compte officiel de l'Élysée a publié un communiqué pour acter ce remplacement.

Comme le laisse entendre le communiqué, en revanche, Élisabeth Borne ne récupère pas le titre de ministre d'État qu'avait son prédécesseur. De plus, l'ancienne préfète de la région Poitou-Charente conserve en parallèle son portefeuille au ministère des Transports, qu'elle occupe depuis un peu plus de deux ans.

"Lynchage médiatique"

Un remplacement au pied levé après une semaine de tempête pour François de Rugy, visé par plusieurs enquêtes de Mediapart. Dîners fastueux lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale en 2017 et 2018, loyers préférentiels, frais de représentation élevés ... Des révélations en cascade au cours de la semaine dernière, que le principal intéressé a taxées plusieurs fois de "lynchage médiatique", de "ragots et d'approximations." Il a d'ailleurs annoncé porter plainte mardi matin pour diffamation à l'encontre du média.

Cette démission est également survenue à quelques instants d'une séance de questions au gouvernement, prévue ce mardi 16 juillet dans l'après-midi au Parlement : François de Rugy y était attendu (de pied ferme, notamment par certains alliés LREM très remontés) pour défendre le projet de loi énergie et climat. Ce sont aujourd'hui la nouvelle ministre Élisabeth Borne et les secrétaires d'État Emmanuelle Wargon et Brune Poirson qui se chargent de mener ce projet. Il devrait toujours passer devant la commission mixte paritaire (CMP) le 25 juillet.

  - Visactu
© Visactu -