Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Elle veut devenir la première sénatrice rom de France

lundi 31 juillet 2017 à 6:00 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris et France Bleu

Candidate déclarée aux élections sénatoriales en Seine-Saint-Denis, Anina Ciuciu est née en Roumanie dans une famille rom. Arrivée en France à l'âge de 7 ans, elle a surmonté bien des obstacles, des camps de réfugiés jusqu'aux bancs de La Sorbonne.

Anina Ciuciu, le 28 juillet 2017 à Paris.
Anina Ciuciu, le 28 juillet 2017 à Paris. © Radio France - Nicolas Olivier

Île-de-France, France

Son parcours, elle en a fait un livre autobiographique paru en 2013 : "Je suis tzigane et je le reste". A l'époque, elle entrait en Master de droit à la prestigieuse université de la Sorbonne. Naturalisée Française depuis, Anina Ciuciu est un véritable modèle d'intégration. Pourtant le chemin n'a pas été facile -c'est un euphémisme, de la ville de Craiova où elle est née, jusqu'à l'école du barreau de Paris. Sa famille a connu l'exclusion sociale dans son pays, les camps insalubres aux portes de nos villes, l'indifférence de tous. Ou presque. Un jour où comme beaucoup Anina et les siens tendent la main pour survivre, ils font la rencontre qui fait basculer leur destin. Une institutrice de Bourg-en-Bresse les prend sous son aile. Les filles auront droit à une scolarité normale, les parents trouveront des papiers et du travail. Il y a 5 ans, Anina Ciuciu monte à Paris. Elle qui ne supporte pas l'injustice a trouvé sa vocation : défendre les plus faibles.

Le Sénat comme porte-voix

Désormais élève-avocate, elle ne rêve pas d'une carrière en politique. Mais lorsque la sénatrice sortante de Seine-Saint-Denis Aline Archimbaud (EELV) lui parle d'une candidature pour les sénatoriales de septembre, elle n'hésite pas longtemps. Elle y voit un moyen de porter la voix de ceux que la société rejette : les migrants, les jeunes de banlieue, les détenus... Très engagée dans le milieu associatif, la jeune femme de 27 ans doit maintenant convaincre le milieu politique. Elle postule pour figurer sur la liste d'Europe Ecologie Les Verts en Seine-Saint-Denis, la formation la plus proche de ses valeurs. Sa candidature a fait émerger une vague de soutien : plus de 200 personnalités du 93 ont signé un appel publié par Le Bondy Blog. Les signataires demandent aux partis de gauche de lui accorder une place éligible. La décision est attendue début septembre. D'ici là, les tractations vont bon train dans les états-majors. Si elle est choisie, le plus dur commencera : faire campagne auprès des grands électeurs. Persuadée que ses origines -dont elle est très fière- sont une force, Anina Ciuciu trouve l'étiquette forcément réductrice, et ne veut pas jouer "la Rom de service". Sénatrice ou pas, elle ne cessera pas de sitôt de se battre pour ses valeurs.

Anina Ciuciu est soutenue par 200 personnalités de Seine-Saint-Denis. - Radio France
Anina Ciuciu est soutenue par 200 personnalités de Seine-Saint-Denis. © Radio France - Nicolas Olivier

"Je sais ce que c'est que de vivre dans un bidonville"

Sénatoriales 2017, mode d'emploi

170 sièges sur 348 seront renouvelés le 24 septembre 2017. - Maxppp
170 sièges sur 348 seront renouvelés le 24 septembre 2017. © Maxppp - François Lafite/Wostok Press

Le Sénat est renouvelé par moitié tous les trois ans, au suffrage universel indirect. Le dimanche 24 septembre, 170 sièges sur 348 seront à pourvoir. La totalité des 53 sièges d'Ile-de-France sont concernés. Chaque département francilien possède 5 à 7 sénateurs, sauf Paris qui en a 12. En tout, quelque 75.000 grands électeurs participeront au scrutin (députés, sénateurs, conseillers régionaux, conseillers départementaux, et délégués désignés par les conseils municipaux). Le vote est obligatoire aux sénatoriales. En Ile-de-France, comme chaque département a plus de 3 sièges, l'élection se déroule à la proportionnelle. Les partis politiques devront présenter des listes départementales avec deux noms de plus qu'il y a de sièges à pourvoir, et une stricte alternance homme-femme. Les sièges seront attribués au prorata des suffrages exprimés, selon des modalités complexes. Les listes devront être officiellement déposées entre le 4 et le 8 septembre.

Il faut avoir 24 ans minimum pour être éligible au Sénat. Le sénateur FN du Var David Rachline, élu en 2014 à l'âge de 26 ans et 8 mois, est le plus jeune élu de l'histoire de la Haute Assemblée.