Politique DOSSIER : Les élections législatives avec France Bleu Isère

Émilie Chalas et Caroline Abadie, deux nouvelles députées à la découverte de l'Assemblée

Par Simon De Faucompret, France Bleu Isère mardi 20 juin 2017 à 9:17

Émilie Chalas (à gauche, 3e circonscription de l'Isère) et Caroline Abadie (à droite, 8e circonscription) découvrent ensemble l'Assemblée demain après-midi.
Émilie Chalas (à gauche, 3e circonscription de l'Isère) et Caroline Abadie (à droite, 8e circonscription) découvrent ensemble l'Assemblée demain après-midi. © Radio France - Simon de Faucompret

Elles sont toutes deux sorties en tête de leur duel électoral dimanche dernier, à l'issue des élections législatives en Isère. Les nouvelles députées Caroline Abadie, 40 ans, et Émilie Chalas, 39 ans, témoignent de l'euphorie de la victoire et du sang-froid dont elles doivent désormais faire preuve.

Deux jours après la victoire et l'obtention d'une majorité à l'Assemblée nationale pour le mouvement La République en Marche, les nouvellement élues Émilie Chalas et Caroline Abadie faisaient part de leurs émotions ce mardi 20 juin 2017, sur France Bleu Isère. "La journée d'hier [lundi, lendemain des résultats, NDLR] a été une journée de tourbillon", expose Caroline Abadie, 40 ans, députée iséroise de la 8e circonscription dans la zone de Vienne. "Nous avons été ultra sollicitées. Nous l'étions de plus en plus dans les dernières semaines, quand le résultat se faisait progressivement pressentir." Un résultat des plus satisfaisants pour les soutiens d'Emmanuel Macron : neuf des dix nouveaux députés isérois sont issus d'une investiture de la République en Marche.

Esprit d'équipe

Cette euphorie suivant la victoire a été une prise de conscience : "J'ai pris un peu de temps pour m'isoler hier", témoigne Caroline Abadie. "Pour prendre la mesure de la tâche qui nous attend, du poids sur les épaules."

La découverte de l'Assemblée nationale et de la nouvelle vie qui les attend se fera néanmoins en équipe. "On y va ensemble, à quatre ou cinq députés de la République en Marche, dès demain après-midi [mercredi 21 juin, NDLR]", précise Émilie Chalas. "Le collectif fonctionne toujours."

Toutes deux expriment leur impatience d'intégrer l'hémicycle et de commencer à travailler. "Je ne suis jamais allée à l'Assemblée", ajoute Émilie Chalas. "J'ai donc très hâte, pour visiter mais surtout pour faire." Caroline Abadie non plus n'a jamais pénétré dans l'enceinte du palais Bourbon : "Il y a 6 mois ou un an, être députée n'était pas du tout un objectif de carrière ! Mais aujourd'hui, c'est devenu un engagement."

Meilleure représentativité

Un engagement motivé par un désir d'agir, commun aux deux femmes. "J_'étais jusqu'alors fonctionnaire à la mairie de Moirans , cela me permettait d'être au contact d'élus locaux comme Gérard Simone_t [maire de Moirans depuis 2001, NDLR]. Mais ce n'est pas tant cela qui m'a poussé à me lancer", juge Émilie Chalas. "C'est plutôt l'appel d'Emmanuel Macron en janvier, il m'a donné envie d'y répondre."

L'appel du président, alors candidat à la présidentielle, était en particulier destiné aux femmes et aux jeunes, afin de diversifier les profils politiques et d'améliorer la représentativité des citoyens en politique. La nouvelle assemblée, et notamment les élus investis par la majorité présidentielle, sera teintée de ces changements : la moyenne d'âge des députés LREM est de 43 ans, et 47% de ces députés sont des femmes. "Cet appel fait aux femmes était un moteur", confesse Caroline Abadie. "Il y avait enfin un parti qui allait les chercher, nous avions le devoir de montrer l'exemple en candidatant."

"Je suis également très satisfaite de cette grande représentativité à l'Assemblée", a ajouté Émilie Chalas. "Et en même temps, c'est d'une normalité incroyable !" Pour rappel, 224 femmes en tout siégeront dans l'hémicycle pour les cinq prochaines années. Un record historique, qui supplante largement celui de 155 députées, établi en 2012.