Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Toulouse : "Il n'y a jamais de victoire définitive en matière de sécurité"

-
Par , , France Bleu Occitanie

Emilion Esnault, l'adjoint à la sécurité à la mairie de Toulouse est l'invité de France Bleu Occitanie ce mercredi alors que des renforts de police, tant municipaux que nationaux, se mettent en place dans différents quartiers de la ville rose, qui a encore connu un blessé par balles.

Emilion Esnault, adjoint à la sécurité à la mairie de Toulouse
Emilion Esnault, adjoint à la sécurité à la mairie de Toulouse © Radio France - Jeanne-Marie Marco

En octobre dernier, le Premier ministre, Jean Castex, signait le premier "contrat de sécurité intégrée" pour Toulouse et promettait l'arrivée de111 policiers dans la ville rose d’ici la fin 2022. Finalement, 41 sont déjà là, et 70 devraient être déployés d'ici la fin de l'année 2021. Invité de France Bleu Occitanie ce mercredi, Emilion Esnault, l'adjoint à la sécurité à la mairie de Toulouse réagit à ces annonces et aux récents coups de feu près d'une école toulousaine.

Des coups de feu hier en pleine journée, à la Faourette, avec un homme blessé aux jambes : on n'arrive toujours pas à protéger les Toulousains ?

Ecoutez, c'est toujours compliqué en matière de sécurité. Il n'y a jamais de victoire définitive mais il y a des batailles. Les faits relèvent de la police nationale et Jean-Luc Moudenc s'est battu pour avoir des policiers nationaux en plus et on est en train de les avoir. 

Mais cela s'est passé près d'une école maternelle...

Toulouse connaît une augmentation comme beaucoup d'autres villes, des crimes et délits. Cela confirme ce qu'on disait : il manque des policiers nationaux. C'e pour cela que l'on a signé le contrat de "sécurité intégrée" avec l'arrivée de 11 policiers d'ici 2022, mais aussi 30 personnels de la justice dont trois magistrats supplémentaires.

Ces effectifs sont en partie arrivés. Ils arrivent plus vite que prévu ? 

L'Etat tient ses engagements. On avait demandé des remplacements des départs et des mutations car des annonces d'effectifs nouveaux on en a déjà connu à Toulouse et c'était en fait des remplacements de départs anticipés.  On a eu des remplacements en septembre dernier, 13 policiers nouveaux arrivés en janvier et 28 en mai. L'Etat tient s parole, on peut s'en réjouir. Hier, avec Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, le procureur, le Préfet on est allé à la rencontre des ces policiers ainsi que ceux déjà présents, aux Izard, à Borderouge, leur témoigner notre marque de soutien, les remercier, leur souhaiter la bienvenue.

Expliquez-nous, que font les policiers municipaux sur le terrain ?

Ils font de la proximité, ils font respecter les arrêtés du maire, sur l'interdiction de consommer de l'alcool par exemple, ils échangent avec les gens, sécurisent par leur présence. Mais c'est une police de constatation, qui ne fait pas d'enquête, et ne peut que remettre à la police judiciaire si a constaté elle-même les faits.

Elle interpelle tout de même ... Y-a-t-il eu plus d'interpellations concernant le trafic de drogue par exemple ?

Oui il y a de plus en plus d'interpellations en matière d'usage. On a fait une sortie VTT avec policiers pendant 1h et on a interpellé une personne qui consommait aux yeux de tout le monde. Mais les policiers municipaux ne font malheureusement pas d'enquête.

La place Belfort inquiète les commerçants et les habitants qui disent avoir peur des trafics. Comment aider ces habitants ?

On y est passé hier et on constante une présence oppressante sur la place Belfort. La stratégie en matiere de sécurité c'est occuper positivement l'espace, en soutenant le marché par exemple. On a mis une présence d'un équipage de police municipale pendant tout le marché.

La police municipale est-elle présente le soir, car les trafiquants ne sont pas là à l'heure du marché... ?

Elle fait un point une heure le soir, mais ce ne sont pas que des dealers, il y a une présence parfois pesante, avec parfois du trafic et du deal, mais pas que cela.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess