Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDEO - Emission spéciale Grand débat sur France Bleu et France 3 : quelle place pour les services publics en Limousin ?

samedi 9 février 2019 à 12:31 Par France Bleu Limousin, France Bleu Limousin et France Bleu Creuse

Quelle place pour les services publics dans le Grand débat national ? C'est le thème de l'émission spéciale que vous proposent France Bleu et France 3 en Limousin. Santé, transports mais aussi éducation, nos invités font un état des lieux et évoquent les perspectives.

On parle des services publics au sein du Grand débat national dans notre émission spéciale France Bleu-France 3 ce week-end.
On parle des services publics au sein du Grand débat national dans notre émission spéciale France Bleu-France 3 ce week-end. © Maxppp - Stéphane Montagne

Limousin, France

Dans le cadre du Grand débat national France Bleu et France 3 vous propose une émission spéciale consacrée à la place des services publics en Limousin. Autour de la table pour débattre, plusieurs invités :

  • Christine de Neuville, maire de Vicq-qur-Breuilh (1.300 habitants) en Haute-Vienne, 
  • Patrick Porée, commercial en Creuse et membre des Gilets jaunes depuis le début du mouvement, 
  • Marie-Claude Carlat, présidente de l'Udaf de la Corrèze (Union départementale des associations familiales),
  • Bernard Thalamy, maire d'Aureil (1.000 habitants) en Haute-Vienne

L'émission spéciale en intégralité

Le Grand débat en Limousin 

Le Grand débat initié depuis janvier et jusqu'en mars par le Président de la république s'articule autour de quatre grands thèmes, la transition énergétique, la fiscalité et les dépenses publiques, la démocratie et la citoyenneté et l'organisation de l'État et des service publics. En Limousin, selon les chiffres fournis part les préfectures il y a déjà eu 61 débats officiellement comptabilisés, 25 en Creuse, 22 en Haute-Vienne et 14 en Corrèze. Une bonne initiative pour Christine de Neuville, maire de Vicq-sur-Breuilh qui l'a organisé dans sa commune, "le débat est toujours nécessaire. Moi le petit regret que j'ai par rapport à ça c'est que ce à quoi j'ai assisté à Vicq, c'est plus une série de revendications ou une série de déclarations plutôt qu'un débat." 

Ce n'est pas la position de Bernard Thalamy, le maire d'Aureil qui a été clair devant ses administrés; "je n’organiserai pas, moi, en tant que maire, parce que je ne trouve pas que j'ai une légitimité particulière après une posture présidentielle vis à vis des maires qui a été un petit peu éloignée par diverses mesures." Mais le maire d'Aureil admet que cette consultation était nécessaire même si il y a beaucoup à en dire, "il y a un besoin d'expression qui est extrêmement fort mais dans le contenu il y a des choses qui ne vont pas, on va parler de ras-le-bol fiscal et moins j'aimerais mieux qu'on parle de justice fiscale parce qu'il faut de l'impôt (...) sur le fond il y a des thèmes qui sont complètement absents, le travail, la rémunération du travail (...) sur la méthode, qu'est ce qu'on va faire, qui va trancher ?"

Les attentes sur le terrain

Les associations se mobilisent aussi pour faire entendre leur voix dans ce Grand débat, c'est la cas de l'Udaf de la Corrèze qui organise un débat début mars. "Le sujet de la présence des services publics sur le territoire est pour nous primordial (...) ils veulent faire remonter ce qu'ils attendent des élus et de l'État sur le territoire." Chaque débat et ce qui en ressort dépend aussi de la nature des participants comme le souligne Christine de Neuville pour celui auquel elle a assisté où "compte tenu de l'âge des participants ça a tourné beaucoup autour des questions de retraites, des questions de CSG." 

Pour Patrick Porée, commercial en Creuse et membre des Gilets jaunes, l'issue de ce débat reste trop incertain pour être positif, "moi, honnêtement je sais qu'il faut faire l'effort de dialoguer, travailler en commun pour essayer de co-construire parce que la vie de notre pays nous intéresse (...) si on en fait pas quelque chose aujourd'hui qui va le faire pour nous ? (...) après je ne crois pas à la finalité, il y a trop d'intérêts, les moyens de l'état ne vont pas permettre d'engager énormément de réformes." Les demandes qui remontent sont en tout cas très différentes, variées et parfois antagonistes selon les élus qui s'en inquiètent, d’autant plus que l'attente est grande de la part de tous les participants. 

Quels services publics demain ? 

Un thème en particulier revient très souvent dans les revendications des gilets jaunes et des citoyens, il fait partie des quatre thèmes imposés, ce sont les services publics, les trains, les hôpitaux, l’éducation ou encore la Poste. Et les difficultés sont récurrentes sur un territoire comme le Limousin. Bernard Thalamy, le maire d'Aureil aimerait que l'État sorte d'une logique comptable en la matière "c'est un peu l'idée de sortir, de prendre d’autres critères que les chiffres, que les nombres et de regarder l’intérêt de petites communes." 

Un sentiment partagé par Patrick Porée qui constate que la création des grandes régions a encore accentué le sentiment d'abandon des habitants des territoires ruraux. C'est d'ailleurs un des combats menés par l’association des maires ruraux à laquelle Christine de Neuville appartient, je crois beaucoup à la définition de la France périphériques, je pense que nous avons des territoires périphériques qui sont laissés de côté."  L'association voudrait que les particularités de leurs territoires soient mieux prises en compte "On tient compte du nombre d'habitants bien sûr, c'est une donnée mais en plus il y a la donnée territoriale et nous tenons beaucoup les maires ruraux à ce que la donnée territoriale soit inscrite dans la Constitution." 

►►Réécoutez cette émission spéciale en intégralité

Le Grand Débat National : état des lieux en Limousin

Cette émission spéciale présentée par Annaïck Demars et Jérôme Edant et diffusée ce samedi à 12h sur France Bleu Limousin et France Bleu Creuse, est à retrouver ce dimanche à 11h25 sur France 3 Limousin.

Grand débat : faites vos propositions sur francebleu.fr

*Notre démarche étant indépendante de celle du gouvernement, vos propositions n'ont pas vocation à être communiquées aux autorités.