Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Emmanuel Macron à Valence : un débat avec des élus locaux, mais en comité restreint

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Grand débat national. Cette visite présidentielle dans la Drôme n'a rien à voir avec celles dans l'Eure et dans le Lot, où le chef de l'Etat a débattu pendant plusieurs heures avec 600 maires. Une soixantaine d'invités sont autour de la table. Réactions de trois maires qui n'y seront pas.

A Valence, les rencontres d'Emmanuel Macron se dérouleront uniquement en préfecture.
A Valence, les rencontres d'Emmanuel Macron se dérouleront uniquement en préfecture. © Radio France - Diane Sprimont

Les maires des trois plus grandes villes de la Drôme rencontrent le président de la République à Valence ce jeudi à l'occasion de son passage dans le département : Nicolas Daragon, pour Valence, Marie-Hélène Thoraval pour Romans et Franck Reynier pour Montélimar. Les autres édiles sont quant à eux représentés par leurs présidents d'association.

Pas de grand oral donc devant les maires drômois prévu pour cette visite présidentielle, inscrite pourtant dans le cadre du grand débat national, comme ça a été le cas dans l'Eure et dans le Lot. Mais un entretien avec le président de la Région Laurent Wauquiez, suivi d'un déjeuner-débat avec une soixantaine d'invités, notamment les préfets, les parlementaires drômois ainsi que la présidente du Conseil départemental, et les présidents des associations des maires des douze départements d'Auvergne-Rhône-Alpes.

"Ça crée une frustration, évidemment"

Fabrice Larue, le maire de Clérieux, parle lui de frustration. "Il y a une discordance entre le discours et les actes puisqu'on demande aux maires de faire remonter les souhaits, les attentes et les besoins de la population. Le jour où le chef de l'Etat vient dans la région, il n'y a pas possibilité de le rencontrer !

Fabrice Larue, maire de Clérieux

S'il avait pu interpeller Emmanuel Macron, il lui aurait fait remonter le fait que ses administrés sont en attente d'actes forts et symboliques en faveur du pouvoir d'achat.

"C'est dommage, mais il ne peut pas rencontrer tous les maires de France"

Laurent Combel, le maire de La Motte Chalancon, lui se dit "surpris par ce changement de format", mais comprend aussi que le président de la République ne peut pas venir à la rencontre de tous les maires de France. Il estime aussi que beaucoup de questions peuvent être les mêmes, d'une région à l'autre. 

Laurent Combel, le maire de La Motte Chalancon

Face à Emmanuel Macron, il aurait parler des retraites : "C'est un sujet sur lequel il ne faut pas toucher, parce que ça risquerait d'exploser encore une fois sinon.

"C'est une autre forme ; dont acte"

Pour le maire de Crest Hervé Mariton, le débat ne se limite pas aux élus et aux maires et le président est libre de rencontrer qui il souhaite. Pour lui toutefois, les débats dans l'Eure et dans le Lot face à plusieurs centaines de maire ont permis de "dire les choses" et le modèle aurait très bien pu être reproduit dans la Drôme. 

Hervé Mariton, le maire de Crest

Hervé Mariton aurait évoqué deux enjeux face à Emmanuel Macron : la simplification de la vie des citoyens et des collectivités, et ce qu'il appelle l'incarnation du service public, en prônant un lien humain en direct entre les services publics et les administrés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu