Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Emmanuel Macron annonce la suppression de l'ENA, remplacée par l'Institut du service public

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Emmanuel Macron a confirmé ce jeudi 8 avril la suppression de l'ENA, école nationale d'administration, qui va être remplacée par l'Institut de service public, une nouvelle école "plus ouverte à la diversité".

Emmanuel Macron veut remplacer l'ENA par une nouvelle école "plus ouverte à la diversité" (illustration).
Emmanuel Macron veut remplacer l'ENA par une nouvelle école "plus ouverte à la diversité" (illustration). © AFP - Abdesslam MIRDASS / Hans Lucas

La mesure, évoquée en 2019 à l'issue du "grand débat" organisé après la crise des Gilets jaunes, est symbolique. Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi la suppression de l'Ecole nationale d'administration (ENA), dont il est lui-même issu, lors d'une visioconférence avec les principaux dirigeants de la haute fonction publique, selon les informations de franceinfo. 

L'ENA sera remplacée par une nouvelle école : l'Institut du service public (ISP), qui sera également situé à Strasbourg. L'Elysée assure qu'il ne s'agit pas d'un simple changement de nom. "L'ISP formera tous les élèves administrateurs de l'Etat et intégrera un tronc commun à 13 écoles de service public", "une révolution profonde en terme de recrutement" dans la fonction publique, a précisé le chef de l'Etat devant 600 fonctionnaires réunis lors de cette visioconférence. Objectif affiché : diversifier le recrutement, l'enseignement et ainsi favoriser l'égalité des chances et le mérite. 

Le classement sera maintenu à la sortie mais la "botte", ce ticket d'entrée pour les meilleurs élèves vers "les grands corps" comme l'Inspection des finances, le Conseil d'Etat ou la Cour des comptes sera supprimée. Désormais, les élèves fonctionnaires intègreront tous un seul et même corps, celui des administrateurs de l'Etat, avant d'effectuer cinq à six ans d'expérience "sur le terrain" en Préfecture, puis, éventuellement, d'intégrer ces grands corps. 

"Fin de la rente à vie"

Selon l'entourage du chef de l'Etat, les prochains objectifs seront : la fin de la rente à vie pour les fonctionnaires, leur évaluation régulière, la fin des promotions à l'ancienneté au profit des promotions au mérite ou encore une plus grande mobilité des fonctionnaires. 

Lors d'un déplacement à Nantes le 11 février, Emmanuel Macron avait insisté sur la nécessité d'ouvrir les voies d'accès à des prestigieuses écoles de l'administration à des jeunes d'origine modeste afin que plus "aucun gamin dans notre République se dise : 'ce n'est pas pour moi'". Il avait alors dressé un constat sombre de "l'ascenseur social" français, qui "fonctionne moins bien qu'il y a 50 ans" car la mobilité "est très faible"

Créée en 1945 par le général de Gaulle, l'ENA a été fortement critiquée pendant la crise des Gilets jaunes pour sa formation d'élites "hors sol". Quatre des six derniers chefs de l'État ont été formés dans cette école, installée à Strasbourg.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess