Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron appelle le Conseil français du culte musulman à "combattre le communautarisme et l'islamisme"

-
Par , France Bleu

Emmanuel Macron a échangé avec les représentants du culte musulman ce lundi à l'Elysée. Il a notamment demandé au Conseil français du culte musulman (CFCM) une "parole forte sur la place du voile, les femmes et l'école républicaine".

Emmanuel Macron et le président du  Conseil français du culte musulman Dalil Boubakeur lundi 28 octobre.
Emmanuel Macron et le président du Conseil français du culte musulman Dalil Boubakeur lundi 28 octobre. © AFP - LUDOVIC MARIN

France

Alors qu'une nouvelle polémique sur le port du voile a été relancée au mois d'octobre, Emmanuel Macron a rencontré lundi 28 octobre les représentants du Conseil français du culte musulman (CFCM). Le président de la République a notamment demandé au CFCM de "combattre, aux côtés de l'Etat, le communautarisme et l'islamisme", a expliqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner à l'AFP. 

La crainte d'un "amalgame" 

Lors de cet entretien à l'Elysée, Emmanuel Macron a appelé les représentants à lutter contre une "ambiguïté" qui contribuerait selon lui à nourrir l'amalgame entre islam et terrorisme. Christophe Castaner, qui a assisté à la réunion, a ainsi fait part des craintes du chef de l'Etat : "Le président est très inquiet d'une confusion des esprits qui mélange la religion, la culture et l'islam politique" a t-il déclaré. Il dénonce aussi  "un amalgame, une surenchère démagogique".

Il faut un discours clair pour ne pas laisser perdurer l'ambiguïté. - Emmanuel Macron

Pour le président de la République, le CFCM doit avoir "une parole forte sur la place du voile, les femmes, l'école républicaine". Il faut un discours clair pour ne pas laisser perdurer l'ambiguïté dont s'alimentent les radicaux", a ajouté le ministre de l'Intérieur, citant Emmanuel Macron. "Les Français qui croient dans une religion, sans que l'on cherche quel est leur niveau de croyance, doivent respecter les lois de la République", a insisté le président. 

Des "annonces très fortes" sur la question du voile

De son côté, le Conseil Français du culte musulman a déclaré qu'il ferait des "annonces très fortes" sur les questions du voile et de la détection de la radicalisation. Une réunion exceptionnelle de son conseil religieux doit avoir lieu mardi. "Il faut une parole très forte et très claire sur la question du voile et c'est ce qui sera fait demain", a assuré ce lundi le vice-président Anouar Kbibech. 

Le conseil religieux sera également saisi "pour travailler sur les signes avant-coureurs de radicalisation religieuse vus par les musulmans" : "Jusqu'à maintenant, les signes qui nous sont avancés sont les signes d'un regain de religiosité", a-t-il ajouté. L'instance cultuelle veut toutefois réaffirmer les différences entre la pratique soutenue de l'islam et les signes de radicalisation. "Aller à la mosquée, porter une barbe, jeûner le ramadan avec ferveur, ce ne sont pas des signes de radicalisation et cela contribue à un amalgame honteux entre islam, islamisme et terrorisme", a insisté Anouar Kbibech.

Aller à la mosquée, porter une barbe, jeûner le ramadan avec ferveur, ne sont pas des signes de radicalisation. - Conseil français du culte musulman

Emmanuel Macron et les représentants du culte musulman ont également convenu de se revoir d'ici la fin du mois de novembre pour échanger autour d'un "programme de lutte contre le communautarisme". En effet, le ministre de l'Intérieur a expliqué que sa feuille de route était d'associer le CFCM "à une réflexion sur le renforcement de la lutte contre la radicalisation". Des propositions seront ensuite faites au Premier ministre dans un mois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu