Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron au 13h de TF1 : "c'est important d'avoir la parole présidentielle" pour la référente LREM en Moselle

jeudi 12 avril 2018 à 9:17 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord

Emmanuel Macron répondra aux questions de Jean-Pierre Pernaut, ce jeudi, journal télévisé spécial diffusé sur TF1 et LCI depuis une petite école de l'Orne. Alors que les motifs de contestation sociale pullulent, la référente LREM en Moselle défend sur France Bleu la politique du chef de l'État.

Emmanuel Macron livrera sa 3eme interview depuis son élection en mai 2017.
Emmanuel Macron livrera sa 3eme interview depuis son élection en mai 2017. © Maxppp - Christophe Morin.

Alors que la SNCF va vivre ce vendredi son 5eme jour de grève, alors que les étudiants de Metz ont décidé de durcir leur mouvement, alors que les avocats viennent d'organiser une nouvelle journée justice morte, le président de la République sera ce jeudi l'invité du journal de 13h de TF1.

Béatrice Agamennone, référente La République en Marche en Moselle, se félicite de cette interview télévisée : "beaucoup d'explications sont données par les représentants de notre mouvement, mais c'est important d'avoir la parole présidentielle. On arrive à un an de mandat et c'est bien de réaffirmer que toutes les réformes aujourd'hui mises en œuvre sont les siennes."

Logique globale dans l'action de Macron

"Le but est d'expliquer pourquoi on agit comme ça, poursuit Béatrice Agamennone. Par exemple pour la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes, il y a une vraie volonté de rupture. On se rend compte qu'on a trop de morts en France et les routes secondaires sont les plus accidentogènes. Et quoi qu'on pense ce sont les trajets du quotidien qui le sont le plus. Donc baisser la vitesse, ça peut sembler cosmétique. Mais tout le monde se souvient du passage de 60 à 50 dans les villes, tout le monde trouve ça aujourd'hui normal alors qu'à l'époque c'était une vraie révolution."

La référente départementale défend en fait la politique de réformes du président en expliquant qu'il faut les voir dans leur totalité : "Il y a une logique globale dans ce qu'a proposé Emmanuel Macron. C'est relancer l'économie en redéployant des emplois."