Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Emmanuel Macron dit comprendre que les caricatures puissent "choquer" mais dénonce la violence

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Dans un entretien à la chaîne Al Jazeera diffusé ce samedi, Emmanuel Macron a expliqué comprendre que des musulmans puissent être "choqués" par les caricatures de Mahomet. Mais selon le chef de l'Etat français, elles ne justifient pas la violence.

Emmanuel Macron donne un entretien à Al-Jazeera pour apaiser les tensions.
Emmanuel Macron donne un entretien à Al-Jazeera pour apaiser les tensions. © AFP - STR / AFP

Emmanuel Macron a accordé un entretien à la chaîne Al Jazeera, diffusé ce samedi à 17h. Le chef de l'Etat français a déclaré comprendre que des musulmans puissent être "choqués" par les caricatures de Mahomet mais "je n'accepterai jamais qu'on puisse justifier la violence". "Nos libertés, nos droits, je considère que c'est notre vocation de les protéger", a déclaré Emmanuel Macron. Al Jazeera est une chaîne de télévision qui émet en plusieurs langues, dont l'arabe et l'anglais, et a une large audience dans les pays du Moyen-Orient et du Maghreb.

C'est la première interview accordée par le président depuis le début des manifestations anti-françaises. Des manifestations liées à ses déclarations défendant le droit à la caricature au nom de la liberté d'expression, après la décapitation il y a deux semaines de l'enseignant Samuel Paty qui avait montré à sa classe ces dessins.

"Contrer les contre-vérités"

Dans cet entretien de 55 minutes, le Président français a dénoncé les "manipulations" autour de ses propos sur les caricatures de Mahomet, venant "parfois de dirigeants politiques et religieux" qui ont laissé penser que ces dessins seraient "une émanation du gouvernement français" contre l'islam.

"Les réactions du monde musulman ont été dues à beaucoup de mensonges, et au fait que les gens ont cru comprendre que moi, j'étais favorable à ces caricatures, affirme le chef de l'Etat. Je suis favorable à ce qu'on puisse écrire, penser, dessiner librement dans mon pays parce que je pense que c'est important, que c'est un droit, ce sont nos libertés".

La France "n'a de problème avec aucune religion"

Emmanuel Macron est aussi revenu sur l'importance du principe de laïcité, "ce terme si compliqué qui donne lieu à tant de malentendus" et qui "fait de la France un pays où nous souhaitons que chacun soit citoyen quelle que soit sa religion". "Contrairement à ce que j'ai beaucoup entendu ces derniers jours, notre pays n'a de problème avec aucune religion", et notamment l'islam, a-t-il affirmé. 

Emmanuel Macron a également estimé que son homologue turc Recep Tayyip Erdogan avait un "comportement belliqueux avec les alliés de l'Otan". Il dit souhaiter que les "choses s'apaisent" et que le président turc "ne dise pas de mensonges". Le chef de l'Etat français a demandé "que le président turc respecte la France, respecte l'Union européenne, respecte ses valeurs, ne dise pas de mensonges et ne profère pas d'insultes".

Lors de l'hommage national à Samuel Paty, le 22 octobre dernier, il avait déclaré : "Nous défendrons la liberté (...) et nous porterons la laïcité, nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent". Des propos qui ont provoqué une vague d'indignation dans de nombreux pays à majorité musulmane. Des appels à boycotter les produits français ont été lancés et des manifestations ont eu lieu. Emmanuel Macron juge d'ailleurs "indigne" et "inadmissible" cette campagne de boycott.

Vendredi encore, des dizaines de milliers de personnes ont de nouveau manifesté au Bangladesh, au Pakistan et, dans une moindre mesure, au Moyen-Orient, au Maghreb et au Mali.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess