Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Emmanuel Macron "doit fixer un cap, qui a manqué jusqu'à présent", estime un expert en communication politique

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Emmanuel Macron doit s'adresser à la Nation ce lundi soir pour la quatrième fois depuis le début de la crise du Covid-19. Pour Arnaud Mercier, expert en communication politique, le chef de l'Etat doit "fixer un cap" qui "a manqué jusqu'à présent" et "donner une perspective sur les mois à venir".

Emmanuel Macron lors d'une visioconférence.
Emmanuel Macron lors d'une visioconférence. © Maxppp - LUDOVIC MARIN

Pour combien de temps encore serons-nous confinés ? Quelle stratégie le gouvernement va-t-il adopter concernant les masques de protection ? Pour la quatrième fois depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus, Emmanuel Macron doit s'adresser aux Français ce lundi soir. 

"L’important pour lui est qu’il arrive à fixer un cap" et des orientations, estime ce lundi matin sur France Bleu Paris Arnaud Mercier, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris II Panthéon-Assas. Un cap qui, selon l'expert en communication politique, "a manqué jusqu'à présent". 

Cette intervention télévisée est "importante" d'après Arnaud Mercier, "car elle arrive au milieu du gué et qu'elle doit redisposer les choses et donner une perspective, non pas à 15 jours, mais presque sur les trois mois à venir".

"Il ne faut pas leur donner un grand coup sur la calebasse tout de suite"

Si Arnaud Mercier admet que la gestion d'une telle crise sanitaire et économique "est difficile forcément, comme beaucoup d'autres pays et dirigeants", il déplore un discours parfois confus de la part du chef de l'Etat : "On nous a dit "allez on fait 15 jours minimum", puis après "bon, on en reprend pour 15 jours", alors qu'on a un conseil scientifique qui nous dit déjà que ce sera au minimum six semaines et qu’on a les exemples espagnol et italien qui nous font dire que ça va durer". 

Pour cet expert en communication politique, le discours adopté par le président de la République a été jusque-là "un choix tactique et psychologique consistant à dire qu’il faut habituer les gens progressivement, qu’il ne faut pas leur donner un grand coup sur la calebasse tout de suite". 

"La confiance était très largement érodée, on l'a bien vu avec la crise des Gilets jaunes"

Emmanuel Macron doit retrouver la confiance des Français

Selon Arnaud Mercier, la confiance des Français en Emmanuel Macron est "érodée" depuis le début des manifestations des Gilets jaunes, mais avec le coronavirus, des citoyens ont désormais "une bonne opinion du Président, avec cette idée qu'on se soude derrière la figure exécutive parce que, face à l’adversité, il faut que nous soyons un petit peu confiant dans la capacité de notre pays à s’en sortir avec nos dirigeants". 

D'autres citoyens sont toujours méfiants, manquant notamment "de confiance dans le type de paroles qui est énoncée". 

Pour Arnaud Mercier, on a été "pris pour des imbéciles sur la question des masques"

Avec cette nouvelle allocution présidentielle, "le véritable enjeu est de savoir comment on peut être protégé", une question qui a concentré les critiques des personnalités politiques, des soignants, des caissiers et des forces de l'ordre. 

"On a bien vu avec l’absence de masques et de perspective, et un certain nombre de freins à prendre en compte la gravité du problème, [que la gestion] n’a pas été très bonne", juge Arnaud Mercier. 

Le professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris II Panthéon-Assas regrette que l'on ait été "pris pour des imbéciles sur la question des masques". Arnaud Mercier considère que "l'exécutif s'est énormément fragilisé" sur cette question des moyens de protection. "C’est un vrai problème parce qu'il y a une majorité de Français qui ont le sentiment qu’une partie de la gestion repose sur un mensonge", indique-t-il. 

Pour Arnaud Mercier, le gouvernement n'a pas "privilégié les masques sur les gestes barrières tout simplement parce que nous n’en avions pas à distribuer, alors qu’on a essayé de nous expliquer que ce n’était pas utile voire contre productif".

La rencontre entre Emmanuel Macron et le professeur Didier Raoult est "un coup de communication et un coup politique"

Pour préparer cette allocution, Emmanuel Macron a consulté la semaine dernière les partenaires sociaux, les dirigeants européens de sa famille politique, des équipes impliquées dans la recherche clinique dans le Val-de-Marne et le professeur Didier Raoult à Marseille, médecin controversé qui défend l'usage de la chloroquine contre le coronavirus. 

"C’est un coup de communication et un coup politique", d'après Arnaud Mercier. "Le professeur Raoult est très populaire dans les milieux de la droite et c’est une partie de l’électorat qu’Emmanuel Macron vise très clairement depuis longtemps", explique l'expert en communication politique. 

Le chef de l'Etat "_veut montrer qu’il ne refuse rien, qu’il parle avec tout le mond_e, qu’il consulte", conclut Arnaud Mercier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu