Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Strasbourg, "symbole vivant" de l'Europe pour Emmanuel Macron, qui espère un retour des eurodéputés en juin

Emmanuel Macron était à Strasbourg ce dimanche 9 mai pour lancer la Conférence sur l'avenir de l'Europe. L'occasion d'aborder la question du retour des sessions du parlement européen à Strasbourg. Le chef de l'Etat ne donne pas de date mais espère une reprise lors de la session plénière de juin.

Le président espère un retour des eurodéputés à Strasbourg en juin.
Le président espère un retour des eurodéputés à Strasbourg en juin. © Radio France - Olivier Vogel

Pas d'avancée probante pour un retour des sessions du Parlement européen à Strasbourg. Cela fait désormais plus d'un an que la capitale alsacienne est désertée par les eurodéputés en raison de la crise sanitaire, au profit de Bruxelles et au grand dam de le France. La venue d'Emmanuel Macron dans la capitale alsacienne ce dimanche 9 mai pour lancer la Conférence sur l'avenir de l'Europe donnait l'espoir d'une prise de décision. Le président de l'institution, l'Italien David Sassoli, a déclaré "ne pas dout(er) que le Parlement européen pourra revenir très bientôt à Strasbourg" mais sans avancer de date. Emmanuel Macron a lui déclaré souhaiter que la session plénière de juin soit l'occasion d'un retour des parlementaires à Strasbourg, comme l'Elysée l'avait indiqué en milieu de semaine

Le président français a cependant souligné face aux chefs des institutions européennes le "symbole vivant" représenté par Strasbourg dans l'histoire de la construction européenne. "C'est ici que bat le cœur de la démocratie européenne", a-t-il affirmé. Aux élus locaux, il a indiqué "taper du poing sur la table pour conforter les activités européennes de Strasbourg mais surtout faire venir de nouvelles activités, de nouveaux personnels, de nouvelles compétences", a précisé Jeanne Barseghian, maire EELV de Strasbourg.

Après avoir donné le coup d'envoi de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, le jour de la Fête de l'Europe, Emmanuel Macron a d'ailleurs signé un contrat triennal avec les collectivités territoriales pour renforcer la dimension européenne de Strasbourg.

Emmanuel Macron veut une Europe qui décide "plus vite et plus fort"

Ce déplacement a été l'occasion pour le chef de l'Etat de plaider pour une Union européenne plus agile. "Face à l'autoritarisme, la seule réponse qui vaille est l'autorité de la démocratie" qui "ne se gagne que par l'efficacité et la vitesse", a avancé le chef de l'Etat. "Notre démocratie européenne est une démocratie de compromis, d'équilibre, ce qui est une vertu que nous devons protéger, mais c'est aussi une faiblesse quand elle s'étouffe dans ses propres procédures", a-t-il reconnu. Pour Emmanuel Macron, l'Europe doit "décider plus vite et plus fort", notamment pour renforcer "la souveraineté" du continent dans des secteurs stratégiques comme la santé, alors que l'UE a été vivement critiquée pour sa gestion de la crise sanitaire. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Avec cette Conférence sur l'avenir de l'Europe, Emmanuel Macron appelle "au retour des grands projets" et "des grandes ambitions". Elle représente "un exercice inédit" pour "envisager notre avenir" dans les dix prochaines années. Cette consultation démocratique, avec une plateforme en ligne qui doit permettre aux citoyens européens de partager leur vision du futur de l'Europe et être complétée en France par des "consultations citoyennes", doit s'étendre sur une année et rendre ses propositions au moment où la France assumera justement la présidence tournante de l'UE. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess