Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron fait le bilan de sa visite à Amiens et dans la Somme

-
Par , France Bleu Picardie

Retour sur la visite d'Emmanuel Macron dans la Somme pendant deux jours, jeudi et vendredi 21 et 22 novembre 2019. Pas de grandes annonces, mais le chef de l'Etat a réaffirmé un certain nombre d'engagements ... sur une multitude de sujets.

Le président a tenu une conférence de presse vendredi soir à Nesle, dans l'est du département
Le président a tenu une conférence de presse vendredi soir à Nesle, dans l'est du département © Radio France - Adrien Beria

Somme, France

Programme (très) chargé pour Emmanuel Macron, en visite à Amiens et dans sa Somme natale, jeudi 21 et vendredi 22 novembre 2019. Etudiants, jeunes, ex-salariés de Whirlpool, SNCF, canal Seine-Nord Europe, "Maisons France services" ... le président de la République a abordé un nombre conséquent de sujets pendant ces deux jours. Il a fait le bilan de cette venue, vendredi soir, lors d'une conférence de presse à Nesle, dans l'est du département. 

Les ex-salariés de Whirlpool

Sur le site de l'ancienne usine Whirlpool, vendredi matin à Amiens, Emmanuel Macron a eu des échanges assez musclés avec les ex-salariés, qui se sentent "bernés" après l'échec du projet de reprise soutenu par le gouvernement. 

"C'était un rendez vous que j'ai souhaité", précise le président. Il a réaffirmé son "engagement" vis-à-vis des ex-salariés de Whirlpool, et a promis que l'Etat serait "là dans la durée pour aider à leur reclassement et à leur avenir" - évoquant la cellule de suivi du dossier. Emmanuel Macron a de nouveau affiché sa volonté de "revitaliser" le site. 

La SNCF 

Au menu de cette visite également : l'amélioration du trafic SNCF dans le département, et notamment la question du fameux "barreau Roissy-Picardie" - cette ligne qui permettrait de faire arriver le TGV en gare d'Amiens. "L'horizon 2025 sera tenu", a assuré Emmanuel Macron, confirmant les propos de sa ministre de la transition écologique et des transports, Elisabeth Borne. "Les premiers travaux démarreront avant la fin de ce mandat", a rajouté le président - soit avant 2022. 

Après sa rencontre avec le patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, Emmanuel Macron a également évoqué la création d'un "centre opérationnel à la gare Paris-Nord" pour mieux réguler le trafic, et réduire le nombre de retards sur la ligne Amiens-Paris. 

Le Canal Seine-Nord Europe 

Cette conférence de presse s'est tenue à Nesle, dans l'est de la Somme, car c'est là que se tenait un comité stratégique pour le projet de canal Seine-Nord Europe. Trois ministres ont signé une convention vendredi après-midi : l'Etat s'engage à investir un peu plus d'un milliard d'euros dans le projet. "C'est une étape importante que nous vivons aujourd'hui", s'est félicité le président. Un projet, explique-t-il, "qui va créer de l'emploi : 5.000 emplois directs, 8.000 à 10.000 emplois indirects". 

Pour le calendrier, les premiers travaux devraient commencer en 2020, avant un lancement du chantier fin 2021 et une livraison prévue en 2028. 

Son rapport à Amiens 

Pendant ces deux jours, le président, à plusieurs reprises, a affiché son identité picarde et sa joie d'être là. "Il se trouve que quand je viens dans cette région et à Amiens, ça prend un tour un peu plus personnel et ... charnel je le confesse, et je l'assume, peut-être un peu plus qu'avant"

Peut-on y voir une stratégie, de la part d'un président souvent taxé par ses détracteurs d'être déconnecté des territoires ? Il s'en défend : "J'ai d'abord eu à cœur, à un moment du quinquennat où il fallait mener des réformes importantes, de m'occuper de tout le pays, concède le président. On est maintenant dans cette phase où il faut remettre aux territoires cet engagement"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu