Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le dialogue renoué en Corse entre Emmanuel Macron et la majorité territoriale

-
Par , , France Bleu RCFM

Les deux dernières visites d’Emmanuel Macron en Corse n’avaient pas permis d’améliorer les relations avec la majorité territoriale. Souvent tendue, cette relation semble prendre aujourd'hui le chemin d'un nouveau dialogue constructif.

Emmanuel Macron et Gilles Simeoni à Bonifacio
Emmanuel Macron et Gilles Simeoni à Bonifacio © Maxppp - IAN LANGSDON / POOL

« Fructueux », « constructif », « positif »,  voilà les adjectifs utilisés ce jeudi matin par les deux présidents de l’Assemblée de Corse, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni pour qualifier les échanges qu'ils ont eu dans la matinée avec le chef de l'Etat.

Une réaction très loin des tensions entre la majorité territoriale et Paris, qui avaient prévalu lors des deux précédentes visites d'Emmanuel Macron en Corse. Personne n'a oublié, en février 2018, la fouille au corps des élus insulaires avant la prise de parole du président de la République au centre culturel l'Alb'Oru, à Bastia. Personne n'a oublié, un an plus tard, la venue du président à Cozzanu, boudée par Gilles Simeoni et les autres élus nationalistes.

Une nouvelle phase dans les relations entre la Corse et l'Etat

Cette fois le président de l’exécutif était bien présent pour cette visite présidentielle. Il était présent mercredi soir au dîner républicain mais aussi ce jeudi matin lors d'une entrevue en tête à tête avec Emmanuel Macron, puis avec Jean-Guy Talamoni à ses côté. "Il y a eu, dans tous les domaines, une volonté d'écoute dans un climat de respect mutuel", a constaté Gilles Simeoni qui a évoqué une nouvelle phase dans les relations entre la Corse et l'Etat. 

"Nous jugerons sur pièces, on attend des actes" pour Jean-Guy Talamoni

Le sentiment est partagé par Jean-Guy Talamoni, le président de l'Assemblée de Corse qui parle d'ouverture sur la forme,  même s'il reste prudent. "Nous jugerons sur pièces, on attend des actes", a insisté Jean-Guy Talamoni. « On attend que Paris rompe avec la politique du déni, avec le mépris des institutions corses » conclut le président de l’Assemblée de Corse. 

Les prochaines semaines seront déterminantes pour savoir quelle traduction dans les faits aura cette visite,  mais indéniablement le fil du dialogue a été renoué. Un dialogue apaisé après 3 années de friction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess