Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron propose un "partenariat" à la Turquie, plutôt qu'une adhésion à l'Union européenne

vendredi 5 janvier 2018 à 19:34 Par Julien Baldacchino, France Bleu

A l'occasion de la visite en France du président turc Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron a proposé ce vendredi à la Turquie de conclure un "partenariat" avec l'Union européenne, à défaut d'une adhésion. Objectif d'un tel accord : préserver "l'ancrage" de la Turquie en Europe.

Recep Tayyip Erdogan et Emmanuel Macron, vendredi à l'Elysée
Recep Tayyip Erdogan et Emmanuel Macron, vendredi à l'Elysée © AFP - Ludovic Marin

"Ma volonté, c'est que nous fassions davantage ensemble", a déclaré Emmanuel Macron ce vendredi, lors d'une conférence de presse à l'occasion de la venue en France du président turc Recep Tayyip Erdogan. Le président français a proposé que soit conclu "un partenariat" entre la Turquie et l'Union européenne, à défaut d'une adhésion du pays.

"Il est clair que les évolutions récentes et les choix de la Turquie ne permettent aucune avancée du processus engagé", a prévenu Emmanuel Macron, appelant à "sortir d'une hypocrisie qui consiste à penser qu'une progression naturelle" des négociations "est possible", a-t-il expliqué, disant avoir eu avec son homologue turc une discussion "très franche" à ce sujet. 

La Turquie "fatiguée" d'attendre 

"Il faut regarder si on ne peut pas repenser cette relation non pas dans le cadre du processus d'intégration mais peut-être d'une coopération, d'un partenariat, avec une finalité : _préserver l'ancrage de la Turquie et du peuple turc dans l'Europe_, et de faire que son avenir se construise en regardant l'Europe et avec l'Europe", a précisé Emmanuel Macron.

De son côté, le chef d'Etat turc a déploré le fait que "ça fait 54 ans que la Turquie attend dans l'antichambre de l'UE", rappelant que 16 chapitres de négociation avaient été "ouverts et jamais clos" : son pays est "fatigué" d'attendre une adhésion, a-t-il déclaré.