Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron répond sur l'affaire Benalla, le carriérisme en politique et croise Jean-Luc Mélenchon à Marseille

samedi 8 septembre 2018 à 7:50 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence et France Bleu

Le chef de l'Etat a fait une sortie à l'improviste vendredi soir sur le Vieux-Port à Marseille après un dîner avec la chancelière allemande Angela Merkel. Emmanuel Macron a également croisé le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

Emmanuel Macron à son arrivée vendredi au palais du Pharo à Marseille
Emmanuel Macron à son arrivée vendredi au palais du Pharo à Marseille © Maxppp -

Marseille, France

Alors que le quartier du Vieux-Port à Marseille (Bouches-du-Rhône) était fermé à la circulation en raison du mini-sommet entre Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, le chef de l'Etat a fait un bain de foule d'environ trois quarts d'heure sur le quai du Port.

"Il faut démanteler les réseaux" (Emmanuel Macron)

Emmanuel Macron dont la côte de popularité est au plus bas s'est prêté durant de longues minutes aux jeux des selfies. Entouré d'un important dispositif de sécurité, le président de la République a répondu à des questions sur l'affaire Benalla, le carriérisme en politique ou encore les règlements de comptes alors qu'un jeune venait d'être tué quelques heures auparavant devant un commissariat du 16e arrondissement. "Il faut mettre des moyens pour la sécurité, démanteler les réseaux et déployer la police de sécurité du quotidien" a affirmé le président.

Le carriérisme en politique

A un jeune homme qui accusait les politiques de carriérisme, Emmanuel Macron a répondu : "moi je gagnais beaucoup mieux ma vie avant. Je ne le fais pas pour moi, président, mais parce que je crois dans mon pays." "Si je pensais avant tout à ma carrière je n'aurais pas fait ce que j'ai fait. _Ce n'est pas le meilleur moyen de protéger ma famille_, de mettre de  l'argent de côté, de vivre tranquille et d'être considéré", a répondu le chef de l'Etat.  

"Alexandre Benalla a été sanctionné" (Emmanuel Macron)

Emmanuel Macron est également revenu sur l'affaire Alexandre Benalla. A un passant qui estime que l'ancien collaborateur du président de la République est "_protégé par l'Elysée_" puisque "le ministre de l'Intérieur n'a pas saisi la justice" pour les violences commises, Emmanuel Macron réfute avec énergie : "il a été sanctionné par l'Elysée dès le lendemain. Il n'a pas été protégé (...) Au vu du contexte, il n'y avait pas matière à saisir la justice, car Alexandre Benalla était invité par la préfecture de police." La commission d'enquête du Sénat va auditionner mercredi son chef de cabinet.

"Au Petit Nice, ils cherchent 10 serveurs" (Emmanuel Macron à un jeune)

Quand un autre jeune lui explique qu'il ne trouve pas de travail, le chef de l'Etat lui propose d'"aller en apprentissage". "Où êtes-vous prêt à aller bosser ?", lui demande Emmanuel Macron avant de lui conseiller d'aller au restaurant le Petit Nice où il a dîné avec Angela Merkel. "Tu sais quoi ? Demain matin tu vas au Petit Nice. Ils cherchent 10 serveurs. _Tu dis que c'est moi qui t'en ai parlé_. Et tu seras exemplaire" conclut Emmanuel Macron alors que le jeune acquiesce. 

Une rencontre avec Jean-Luc Mélenchon

Au cours de sa déambulation, Emmanuel Macron a rencontré Jean-Luc Mélenchon avec qui il a bavardé quelques minutes en souriant. "J'ai toujours du plaisir à discuter avec Monsieur Mélenchon. On n'a pas toujours les mêmes idées"... "Pas souvent", a coupé le leader de la  France Insoumise. "Mais c'est toujours respectueux et intéressant. On a des confrontations politiques mais ce n'est pas mon ennemi", a poursuivi le président. "Je suis content que vous soyez dans ma  circonscription", a conclu l'élu de Marseille. "Pourquoi n'avez vous pas emmené Madame Merkel se promener un peu ?" ironise le député des Bouches-du-Rhône.

Avec AFP