Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron s'en prend à "ceux qui pensent que le summum de la lutte, c'est les 50 euros d'APL"

lundi 7 mai 2018 à 16:42 - Mis à jour le lundi 7 mai 2018 à 17:09 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Une phrase issue d'un documentaire sur Emmanuel Macron diffusé ce lundi soir sur France 3 provoque une polémique. Le président de la République y critique notamment "ceux qui pensent que le summum de la lutte, c'est les 50 euros d'APL", et les oppose à l'héroïsme du gendarme Beltrame.

Emmanuel Macron, le 2 mai 2018.
Emmanuel Macron, le 2 mai 2018. © AFP - Ludovic Marin

Une séquence tirée d'un documentaire sur Emmanuel Macron diffusé en soirée sur France 3 lui attire de vives critiques, ce lundi. Le président de la République, interrogé par Bertrand Delais, s'en prend "à ceux qui pensent que le summum de la lutte, c'est les 50 euros d'APL".

La France, "une espèce de syndic de copropriété"

"Le colonel Beltrame (le gendarme mort lors des attaques terroristes dans l'Aude en mars, ndlr) est mort parce que la France, ce sont des idées, des valeurs, quelque chose d'une guerre qui le dépasse", estime le chef de l'État dans l'extrait. Or, selon lui, "les gens qui pensent que la France, c'est une espèce de syndic de copropriété où il faudrait défendre un modèle social qui ne sale plus (sic), une république dont on ne connaît plus l'odeur", et où "l'on invoque la tragédie dès qu'il faut réformer ceci ou cela, et qui pensent que le summum de la lutte c'est les 50 euros d'APL, ces gens-là ne savent pas ce que c'est que l'histoire de notre pays".

"Nous sommes la France, et la France est un pays qui ne se réforme pas, on est un pays qui se cabre", ajoute Emmanuel Macron, en faisant observer "qu'il y a en nous un goût romantique pour la lutte qui fait que, quand bien même ces statuts ne sont pas pour nous, on vit dans l'idée de pouvoir un jour les obtenir, on aime la lutte de celui qui les protège".

Le chef de l'État qualifié de méprisant

L'extrait, initialement diffusé sur France Inter le 4 mai dans l'émission "L'instant M", provoque de nombreuses réactions dans les rangs de l'opposition "Emmanuel Macron méprise les gens qui se sont indignés pour la baisse des APL", s'offusque le député LFI Alexis Corbière.

"Se servir de la magnifique figure du colonel Beltrame pour salir ceux qui luttent pour leurs droits est misérable", a tweeté de son côté le PCF. Le député Les Républicains David Lorion a pour sa part estimé "qu'il est des familles pour qui 50 euros n'est pas une petite somme et notamment pour se loger". "Qu'il est petit d'opposer les héros des plus pauvres", a déploré le socialiste Boris Vallaud.

Un marqueur de l'an I d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron, dans l'extrait, fait référence à la baisse des APL décidée à l'automne dernier. Les 6,5 millions de ménages bénéficiaires avaient vu leurs aides diminuer de 5 euros par mois. Cette décision avait été vivement critiquée par les associations de défense des mal-logés, certains syndicats, les bailleurs sociaux et de nombreux opposants politiques. 

Dimanche, le secrétaire d'État à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, a reconnu que cette baisse avait été une "mauvaise décision" et a promis qu'il n'y "aurait plus aucun perdant" en matière d'APL.