Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron, six mois après : "une organisation de séduction"

mardi 7 novembre 2017 à 6:11 Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque

Six mois après l'élection d'Emmanuel Macron, certains de ses soutiens ont déjà abandonné En Marche, pour cause de droitisme. Le président fait l'unanimité sur sa politique étrangère, mais dans le département, on dénonce la mise sous tutelle par le MoDem de François Bayrou.

Nathalie Niel et Etienne Boutonnet, pendant la campagne électorale
Nathalie Niel et Etienne Boutonnet, pendant la campagne électorale © Radio France - Nathalie Bagdassarian

Pays Basque, Pyrénées-Atlantiques, France

Il y a 6 mois, les Français élisaient Emmanuel Macron Président de la République. Aujourd'hui, sa popularité est au plus bas. Parmi ses soutiens de la première heure, il y a ceux qui ont choisi d'abandonner le mouvement. C'est le cas de Nathalie Niel, référente et numéro un départementale, durant toute la campagne. Depuis juillet, elle n'est même plus adhérente.

Trop de lignes rouges franchies

Suppression de l'impôt sur la fortune, ou des emplois aidés, augmentation de la CSG sur les retraites, baisse des APL "trop de ligne rouges ont été franchies" pour Nathalie Niel. Mais elle s'étonne surtout d'un étrange sentiment: "Je me pose des questions sur la séduction. Qu'est-ce qui a fait qu'il y a eu une telle séduction et un tel engouement? En tous cas je pense qu'il y a eu de la part d'une équipe une organisation de séduction".

Une entreprise de séduction organisée

Si cette opération a aussi bien marché, selon l'ancienne référente départementale, "c'est à cause du système politique actuel, et la façon dont on avait vécu les quinquennats de Hollande et de Sarkozy (qui avaient été une sorte de trahison)". Emmanuel Macron a suscité un espoir; mais "_quand je vois la confusion entre autorité et autoritarisme, ça pose question. La façon dont Macron fait de la politique et parle de "monde nouveau"... le monde nouveau c'est un ancien monde qui a été ripoliné_".

Nathalie Niel: "la déception c'est qu'on voit des pratiques qui ne sont pas celles qu'on nous avait annoncées"

Le mouvement "En Marche" est devenu "La République En Marche" - Aucun(e)
Le mouvement "En Marche" est devenu "La République En Marche" -

Il faut laisser du temps au Président Macron

L'adjoint au maire de Biarritz, François Amigorena, lui, reste fidèle au mouvement. Il applaudit des deux mains la politique européenne, et la relance du couple franco-allemand. Mais sur la politique intérieure, "c'est forcément plus en demi-teinte. En temps que chef d’entreprise la loi travail va dans le bon sens, mais la baisse des APL est une maladresse insigne que je ne m’explique pas, tout ça pour réaliser une économie assez ridicule en terme de montant, mais avec une force symbolique assez dévastatrice".

François Amigorena: "Les mesures de gauche et de droite sont assez équilibrées"'

Les anciens soutiens d'Emmanuel Macron durant sa campagne sont en tous cas d'accord sur un point: le tropisme local qui fait que le mouvement est sous le joug du MoDem dans le département, une tutelle qu'ils regrettent profondément.