Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron souhaite un service national "avec une partie obligatoire" d'au moins trois mois

mardi 13 février 2018 à 21:22 - Mis à jour le mercredi 14 février 2018 à 8:19 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Emmanuel Macron s'est dit, ce mardi soir, pour un service national universel "avec une partie obligatoire" autour du trimestre, "voire de trois à six mois". Le Président a fait cette déclaration lors d'une rencontre avec l'Association de la presse présidentielle.

Emmanuel Macron souhaite un service national avec une partie obligatoire d'au moins trois mois.
Emmanuel Macron souhaite un service national avec une partie obligatoire d'au moins trois mois. © AFP - John MACDOUGALL

Le président Emmanuel Macron a dit souhaiter, ce mardi, que le service national universel soit "obligatoire" et dure "autour du trimestre", voire de "trois à six mois", lors d'une rencontre avec l'Association de la presse présidentielle. Pour le Président, la durée de ce service national pourra dépasser un trimestre "si l'on intègre un service civique" a-t-il dit, évoquant "une partie obligatoire, entre 3 et 6 mois, ce n'est pas encore établi".

Un service obligatoire pour les hommes et les femmes 

Ce service, qui pourra avoir une partie "civique", "aura un coût mais je ne pense pas qu'il soit prohibitif. Il ne s'agit pas de recréer des casernements massifs", a déclaré le chef de l'Etat. "Je souhaite un service obligatoire, ouvert aux femmes et aux hommes" pouvant avoir "une ouverture sur la chose militaire",  mais "dont la forme pourra être civique", a-t-il précisé.

Le rapport parlementaire sur le service national universel, dont la présentation avait été repoussée au 21 février, sera finalement présenté mercredi, a pour sa part annoncé mardi la commission de la Défense de l'Assemblée nationale.

Coût estimé à au moins deux milliards d'euros 

Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, l'instauration d'un service national universel obligatoire, nécessairement coûteux, a suscité la méfiance de l'armée et la perplexité du monde éducatif, ainsi que l'hostilité des syndicats étudiants. 

C'est notamment le caractère obligatoire de ce service national qui avait posé question, en raison de son coût, estimé entre deux et trois milliards d'euros par an et des capacités réduites d'accueil des armées.