Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron : "Je suis à Marseille parce que c'est une ville que j'aime"

-
Par , France Bleu Provence

Le candidat à l'élection présidentielle Emmanuel Macron était l'invité de France Bleu Provence ce jeudi, à l'occasion de sa visite dans les Bouches-du-Rhône.

Emmanuel Macron était en visite ce jeudi à Marseille et en réunion publique aux Pennes-Mirabeau.
Emmanuel Macron était en visite ce jeudi à Marseille et en réunion publique aux Pennes-Mirabeau. © Maxppp -

Marseille, France

Le candidat à l'élection présidentielle 2017 Emmanuel Macron était de passage dans les Bouches-du-Rhône ce jeudi, à Marseille et aux Pennes-Mirabeau.

Sur France Bleu Provence, il a expliqué le choix de Marseille pour faire ses premiers pas en tant que candidat officiel : "

Je suis à Marseille parce que c'est une ville que j'aime, c'est une région que j'aime. Et qui est un des visages de la France auxquels nous sommes attachés. C'est une ville qui a cette belle histoire méditerranéenne. Et en même temps c'est une ville qui est confrontée à des défis qu'on connait, celui de la délinquance, du chômage, de l'éducation.

"Je crois qu'il n'y a aucune fatalité car il y a dans cette ville cette énergie formidable qui me rend très optimiste pour le pays."

Emmanuel Macron a été interpellé lors de son arrivée à la gare Saint-Charles de Marseille par des enseignants de lycées en ZEP qui craignent de perdre le statut de zone d'éducation prioritaire.

"Je ne suis pas en situation de leur apporter une réponse, et je ne vais pas faire des promesses en l'air" a expliqué l'ancien ministre de l'Economie. "Mais ce qui est sûr, et je l'ai mis au cœur de ma campagne, en le disant dès mon annonce de candidature : l'éducation, la formation, c'est l'un des axes principaux pour relever le défi qui est le nôtre."

Marine Le Pen présidente ? "Je ne veux pas le croire et je ferai tout pour l'éviter"

Quand à la victoire de la candidate du FN Marine Le Pen, jugée "possible" par le Premier ministre, Emmanuel Macron répond : "Je ne veux pas le croire, et je ferai tout pour l'éviter. Si le Front national est si haut aujourd'hui, c'est bien que les partis traditionnels ne sont plus en situation de répondre aux défis qui sont les nôtres. Ils ne voient plus le monde tel qu'il est et n'ont pas eu le courage d'avoir fait les réformes."

Emmanuel Macron espère se démarquer en se présentant comme "le candidat anti-système" .

Choix de la station

France Bleu