Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron veut une loi contre les "fake news"

jeudi 4 janvier 2018 à 11:41 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le gouvernement présentera "probablement avant la fin de l'année" un projet de loi pour lutter contre les "fake news", les "fausses informations", en période électorale a confirmé le porte-parole du gouvernement ce jeudi, au lendemain d'une annonce faite par le président Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron lors de ses vœux à la presse à Paris, le 3 janvier 2018.
Emmanuel Macron lors de ses vœux à la presse à Paris, le 3 janvier 2018. © Maxppp - LUDOVIC MARIN

Le gouvernement présentera "probablement avant la fin de l'année" le projet de loi pour condamner les "fake news" en période électorale, a déclaré vendredi le porte-parole du Gouvernement, Benjamin Griveaux. Lors de ses vœux à la presse, mercredi, Emmanuel Macron a fait part de sa volonté de lutter contre "ces fausses nouvelles"  pour "protéger la vie démocratique".

Les plates-formes Internet bloquées

Victime de piratages attribués à des hackers russes, et cible de nombreuses rumeurs sur Internet durant la campagne présidentielle, le chef de l'Etat a fustigé "cette propagande articulée avec des milliers de comptes sur les réseaux sociaux" qui, "en un instant, répandent partout dans le monde, dans toutes les langues, des bobards inventés pour salir un responsable politique, une personnalité, une figure publique, un journaliste".

Concrètement, Emmanuel Macron souhaite qu'en période électorale, les plates-formes Internet qui propageraient de "fausses nouvelles" soient bloquées et l'identité des annonceurs rendue publique. La loi permettrait "de saisir le juge dans une action en référé, de supprimer le contenu, de déréférencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné" a-t-il précisé.

Jusqu'à 50 millions d'euros d'amende en Allemagne

Une initiative vivement critiquée par Lydia Guirous, porte-parole de LR : "Emmanuel Macron souhaite-t-il faire des journalistes des attachés de presse au service de son story-telling? Cette proposition est dangereuse pour la liberté de la presse", a-t-elle commenté sur son compte Twitter.

La France ne sera pas le premier pays à légiférer contre les "fake news": l'Allemagne a adopté cette année une loi permettant d'imposer de fortes amendes (jusqu'à 50 millions d'euros) aux réseaux sociaux s'ils ne retirent pas rapidement les fausses informations de leurs plateformes.