Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emplois fictifs présumés : le patron de la fédération mayennaise du Rassemblement National évoque un coup de force

lundi 9 juillet 2018 à 15:15 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

Jean-Michel Cadenas a réagi, sur twitter, à la saisie de 2 millions d'euros dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs présumés au Parlement Européen (avec AFP).

illustration
illustration © Radio France

Le patron de la fédération mayennaise du Rassemblement National parle d'un coup de force des juges : "2 juges décident sans aucune condamnation d’un tribunal de confisquer notre dotation publique ! Face à ce coup de force destiné à nous faire taire, nous devons nous battre" écrit-il sur twitter.

Le parti d'extrême droite fait l'objet d'une saisie de 2 millions d'euros dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs présumés au Parlement Européen. 

L'eurodéputé RN Nicolas Bay et le garde du corps de Marine Le Pen, Thierry Légier, rémunéré comme assistant parlementaire, et deux autres collaborateurs ont été récemment mis en examen. Nicolas Bay, dont le nom circule pour conduire la liste du Rassemblement National (RN, ex-FN) aux élections européennes, a été mis en examen le 8 juin pour "abus de confiance", le même chef de délit retenu à l'encontre de la présidente du RN Marine Le Pen en juin 2017 par les juges d'instruction.