Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élections régionales en Auvergne-Rhone-Alpes : les Verts appellent à une union de la gauche derrière eux

Après consultation interne, les militants écologistes ont demandé à leur candidate aux régionales en Auvergne-Rhône-Alpes, Fabienne Grébert, de négocier une alliance avec toute la gauche. Avec une condition : que l’union se fasse derrière elle.

 La candidate aux régionales en Auvergne Rhône Alpes, Fabienne Grébert, a été mandaté par les militants écologistes pour négocier une alliance avec toute la gauche.
La candidate aux régionales en Auvergne Rhône Alpes, Fabienne Grébert, a été mandaté par les militants écologistes pour négocier une alliance avec toute la gauche. © Maxppp - Maxime Jegat

Les militants d'EELV ont tranché : dans un vote interne, 55% ont dit oui à une alliance avec toute la gauche pour les régionales en région Auvergne Rhône Alpes. Mais avec une condition : que leur candidate, Fabienne Grébert, soit tête de liste de ce rassemblement. Deux tiers des militants souhaitent en effet garder Fabienne Grébert comme tête de liste après résultats de cette consultation en interne. 

Une décision qui tombe alors qu'un récent sondage Harris, commandé par les écologistes, assure que 45 % des personnes interrogées estiment que ce serait « une bonne chose » que la Région Auvergne-Rhône-Alpes soit présidée par un ou une écologiste. Et c'est donc encouragée par ce sondage que Fabienne Grébert lance un appel aux forces de gauche à s'allier toutes derrière elle.

"On y va ensemble mais sous conditions !" - Fabienne Grébert, tête de liste EELV en Auvergne-Rhône-Alpes 

La candidate EELV aux régionales en Auvergne-Rhône-Alpes Fabienne Grébert lance un appel aux forces de gauche à s'allier toutes derrière elle.

"On ne va pas faire une alliance à tout prix : nous on fera une alliance sur nos valeurs, sur un projet écologiste. Ecoutons ce que nous disent nos concitoyens, l'écologie est une attente aujourd'hui et c'est à ça qu'ils aspirent et donc on a besoin d'une tête de liste écologiste pour défendre ces valeurs. On y va ensemble mais sous conditions, c'est une des conditions et nous la ferons respecter. J'ai eu Najat-Vallaud-Belkacem au téléphone, elle doit revenir auprès de son groupe et nous devons nous revoir dans les jours qui viennent. Moi, je pense que le bon timing serait de se donner un mois pour conclure cette décision. Je pense que nos militants ont choisi majoritairement donc moi je me mets au service de ce projet-là et nous allons tout faire pour gagner cette région". 

Une décision bien sûr regardée du côté des socialistes. Le PS se réjouit de cette ouverture à une alliance mais fixer une condition d'emblée entrave le dialogue selon Jean-François Debat. Pour le président du groupe socialiste de la région Auvergne-Rhône-Alpes, cela empêche de mener des négociations sereinement.

"Celui qui pose des oukazes ne cherche pas le rassemblement, il cherche la soumission du partenaire !" - Jean-François Debat, président du groupe socialiste de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Pour le président du groupe socialiste de la région Auvergne-Rhône-Alpes Jean-François Debat, fixer une condition d'emblée entrave le dialogue.

"Au-delà de ce vote qui est une porte ouverte, il ne faudrait pas la refermer tout de suite. Celui qui pose des oukazes ne cherche pas le rassemblement, il cherche la soumission du partenaire, ça n'est pas possible cela ! Nous pouvons envisager que cela puisse être une tête de liste écologiste comme une tête de liste socialiste. Ce que nous disons simplement, c'est qu'il faut aussi que les autres l'envisagent. Si ce qui nous est proposé aujourd'hui, c'est de se rallier derrière eux pour quelques places, c'est non !" 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess