Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le directeur de campagne de François Fillon démissionne, l'UDI retire son soutien et veut un autre candidat

vendredi 3 mars 2017 à 20:40 - Mis à jour le vendredi 3 mars 2017 à 21:47 Par Tifany Antkowiak, France Bleu

L'UDI a décidé de retirer son soutien à François Fillon, a annoncé vendredi soir son président Jean-Christophe Lagarde, par ailleurs le directeur de campagne du candidat a remis sa démission. Elle sera effective dimanche.

Patrick Stefanini et François Fillon, à Sablé-sur-Sarthe en août 2016.
Patrick Stefanini et François Fillon, à Sablé-sur-Sarthe en août 2016. © Maxppp - Vincent Isore

L'essentiel :

21h20 : Dans sa lettre de démission, mise en ligne par lejdd.fr, Patrick Stefanini explique quitter son poste de directeur de campagne pour raison "personnelle" et "politique". Il explique se sentir "minoritaire" au sein de l'équipe de campagne depuis l'annonce mercredi du maintien du candidat malgré une probable mise en examen à la mi-mars. Il écrit aussi que, même s'il juge que François Fillon "peut encore gagner l'élection présidentielle", cette "victoire n'est pas certaine pour autant".

21h : Selon un communique de l'équipe de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini a bien envoyé sa lettre de démission vendredi matin au candidat de la droite, démission qui sera effective dimanche soir après le rassemblement du Trocadéro. "Patrick Stefanini a présenté ce matin sa démission a François Fillon qui l'a acceptée. Patrick Stefanini sera en responsabilité jusqu'à l'issue du grand rassemblement populaire de dimanche place du Trocadéro. Il sera remplacé lundi matin à la direction de campagne par Vincent Chriqui", a annoncé l'équipe de François Fillon dans un communiqué à l'AFP.

20h37 : Patrick Stefanini aurait affirmé au quotidien Libération que sa "démission" de la campagne de François Fillon "est irrévocable", et sera effective "dimanche soir". Le quotidien a ajouté le nom du directeur de campagne de François Fillon à sa la liste des défections dans le camp du candidat.

20h20 : François Fillon indique à l'AFP que son directeur de campagne a voulu démissionner, avant de se rétracter. Le candidat LR précise que Patrick Stefanini lui a remis sa lettre de démission vendredi matin mais qu'il est revenu sur sa décision dans la journée et travaille toujours à son QG parisien ce vendredi soir.

20h15 : Nouvelle défection d'un proche de François Fillon, celle du député-maire d'Ajaccio, Laurent Marcangeli. Il annonce ce vendredi soir sur Twitter qu'il se retire de la campagne, "tant au niveau national que local".

20h : Plusieurs médias annoncent la démission du directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, notamment le JDD.

19h50 : François Bayrou, lui, reste rangé derrière Emmanuel Macron. Le président du Modem, allié au candidat d'En Marche! pour l'élection présidentielle, assure que dans l'éventualité d'un retrait de François Fillon et de son remplacement par son ancien rival à la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé, il "ne changera pas de position". Il avait soutenu Alain Juppé lors de la primaire de la droite et du centre.

19h : L'UDI décide de retirer son soutien à François Fillon. Son président Jean-Christophe Lagarde demande "solennellement aux Républicains de changer de candidat", dans une interview à Ouest France. "Nous demandons solennellement aux Républicains de changer de candidat, faute de quoi nous ne saurions poursuivre cette alliance dans un tel aveuglement", déclare Jean-Christophe Lagarde. "Chacun sait, qu'à son corps défendant, François Fillon est devenu un danger pour l'alternance et donc pour la France", ajoute le président du parti centriste.Invité vendredi soir sur BFMTV, Jean-Christophe Lagarde réitéré ces propos, expliquant que "d'autres candidats sont possibles". Le président de l'UDI a notamment cité les noms de Jean-Pierre Raffarin et Jean-Louis Borloo.

18h25 : Nouvel appel à "résister" de François Fillon. Le candidat LR à l'élection présidentielle a posté vendredi soir une vidéo sur son compte Twitter, dans laquelle il appelle ses partisans à venir le soutenir "très nombreux" dimanche à Paris, lors du rassemblement organisé place du Trocadéro, en leur demandant de "résister", avec "la force calme".