Politique

LIRE ET REECOUTER - Jean-Jacques Urvoas invité spécial de la matinale de France Bleu Breizh Izel

Par Benjamin Bourgine, Tudi Crequer, Régis Hervé et Axel Perret, France Bleu Breizh Izel vendredi 20 janvier 2017 à 7:14

Jean-Jacques Urvoas en studio avec Régis Hervé et Axel Perret
Jean-Jacques Urvoas en studio avec Régis Hervé et Axel Perret © Radio France - Benjamin Bourgine

Le Garde des Sceaux est ce matin en direct sur France Bleu Breizh Izel. Inauguration de la nouvelle Cité Judiciaire de Quimper, primaire du PS et de ses alliés, on aborde avec le ministre tous les sujets d'actualité. Et vous pouvez lui poser vos questions

8h25. QUESTION DES AUDITEURS

Questions des auditeurs

Sylvie. "L'auteur de la gifle, des syndicalistes ont été condamnés et dans le même temps Christine Lagarde s'en sort sans aucune condamnation. Pourquoi il y a t-il une justice de classe ? " (répondeur) : "Je ne comprends pas ce que veut dire cette dame. Sur la gifle, c'était une procédure de "plaider-coupable" et l'auteur a été condamné à des travaux d'intérêt général et à 3 mois avec sursis. Pour ce qui est de madame Christine Lagarde, la Cour de Justice de la République n'est pas l'institution qui a ma préférence. Pour le reste, ce sont des magistrats indépendants ".

Eric. "Quel est le dossier le plus important avant la fin du mandat ?" (standard) : "Le dossier de la surpopulation carcérale. On ne doit pas être condamné à vivre dans l'indignité et la violence. Je fais tout pour redonner à la France le rang qu'elle doit avoir" Est-ce une fuite en avant ? "Non le débat était d'ailleurs plutôt bien troussé ce jeudi soir. Nous avons créé des mesures alternatives à la prison mais aujourd'hui il faut aussi ouvrir 33 nouveaux lieux. Notamment en Bretagne. Je vais bientôt annoncer deux établissements supplémentaires en Bretagne ".

Yves-Marie. "Bien peu de résultats pour les langues dites régionales, lui qui était si prompt à se saisir du sujet étant député ? Quelles actions ? Quel résultat ? Bien peu, pour ne pas dire rien ! (Facebook)" : "Sur la charte des langues régionales nous avions une majorité écrasante, nous avions réussi à convaincre des députés de toutes les sensibilités, et c'est le Sénat, dans un jacobinisme exacerbé qui a enterré cette révision ".

8h10. Son soutien à Manuel Valls. "Je trouve que Manuel Valls est le seul candidat qui puisse redresser le pays. Il connait la dureté du pouvoir. On ne peut pas affronter la période avec le nez en l'air". La candidature d'Emmanuel Macron ? "Ça heurte ma conception du combat politique. Ce n'est pas courageux de ne pas venir dans la primaire." Le socialiste finistérien Richard Ferrand le soutient pourtant. Doit-il choisir ? "Je ne suis pas directeur de conscience. Mais moi, je suis fier d'être socialiste et d'être candidat dans la 1ere circonscription du Finistère. Très sincèrement, si je pensais que les vieux partis ne servaient à rien, je ne demanderais pas leur investiture".

Jean-Jacques Urvoas

7h46. Interview "Ils sont fous ces bretons". Etes vous un garde des sceaux heureux ? "Je n'emploierai pas ce terme-là. J'ai la responsabilité de l'administration pénitentiaire, par exemple. Tous les français qui se rendent au tribunal n'y vont pas par plaisir, mais parce qu'ils cherchent de la protection. Malgré tout la Justice, marche en France. On manque de moyens mais ça marche aussi parce que le personnel a beaucoup de dévouement".

7h44. Interview "Ils sont fous ces bretons". Qu'avez-vous fait de plus fou dans votre passion pour la musique ? [Jean-Jacques Urvoas est fan de Mylène Farmer, ndlr]. "Je suis allé la voir en concert à Brest, alors que j'étais prof de Droit. J'y avais croisé mes élèves, qui ne comprenait pas ce que je faisais là ! (rires...)".

Le garde des Sceaux en studio ce matin - Radio France
Le garde des Sceaux en studio ce matin © Radio France - Laurent Le Troadec

J'ai été "inculpé" comme on disait à l'époque en 1981, puis amnistié

7h42. Interview "Ils sont fous ces bretons". Vous avez déjà subi une descente de police... racontez-nous. [Le ministre animait une radio considérée comme pirate en 1981, à l'époque de l'ORTF]. "Nous avions installé une radio dans les locaux de la mairie de Brest. Francis Le Blé était maire. Nous avions même interviewé le candidat Mitterrand. Les policiers étaient venus, nous avaient confisqué le matériel, et j'avais été "inculpé," pour atteinte au monopole de la radio. J'ai ensuite été amnistié avec l'élection de François Mitterrand".

Il est fou ce Garde des Sceaux

Il manque 450 magistrats en France

7h25. La rénovation du palais de Justice de Quimper. "Dans la ville, on était très éclaté, entre les prud'hommes, le tribunal d'Instance, etc... ça correspond à notre projet de Justice du XXIe siècle". Les mètres carrés, c'est bien, mais les moyens humains ? "Il manque 450 magistrats en France. D'abord parce qu'il y a plus de contentieux judiciaires, donc il faut y répondre. Ensuite parce que, sous le mandat précédent, celui de Nicolas Sarkozy, on a réduit le nombre de places à l'école de la magistrature, à Bordeaux. Nous avons au contraire augmenté ce nombre. Et puis il n'y a pas que les magistrats, il y a aussi besoin de greffiers, là, l'école est à Dijon et nous lui avons aussi fourni plus de moyens".

Jean-Jacques Urvoas

Pas d'enthousiasme pour la Primaire ? "Si, dimanche, il y aura du monde, et ce sera une surprise !"

7h07. Sur la primaire du PS et de ses alliés. Question : Y a-t-il réellement un engouement autour de scrutin, on peut se poser la question, même de jeunes militants rencontrés hier à Quimper ne semblent pas très enthousiastes ? "Je ne me reconnais pas dans ces commentaires. De quoi parle-t-on ? De la personne qui va incarner la gauche à la Présidentielle. Je ne voulais pas de course à l’échalote ni de foire d'empoigne. Le débat a été de bonne tenue. Et dimanche, il y aura du monde, ce sera ça la surprise".

7h04. A propos de la victoire d'Armel Le Cléac'h, dans le Vendée Globe, le Garde des Sceaux salue la performance : "je suis évidemment admiratif comme tous. Il est de Saint-Pol, il est de chez nous, et je me suis demandé quelle nuit il avait bien pu passer [hier aux Sables]. J'ai aussi une pensée pour le dernier de la course, qui est encore en plein milieu du Pacifique".

Ce matin, Jean-Jacques Urvoas, le Garde des Sceaux, est l'invité spécial de la matinale de France Bleu Breizh Izel. Il réagit dans les journaux, et au fuil de l'antenne et des chroniques du 6/9.