Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Grenoble : dernier conseil avant le premier tour, échanges musclés

-
Par , , France Bleu Isère

Dernier conseil municipal de Grenoble avant les élections au mois de mars. Alain Carignon siège à nouveau, dans l'optique de se placer comme le meilleur opposant au maire sortant Eric Piolle.

Le conseil municipal de Grenoble, dans les locaux de la Métropole
Le conseil municipal de Grenoble, dans les locaux de la Métropole © Radio France - Benjamin Bourgine

18h00. Un deuxième vœu est voté par le Conseil à propos des retraites. Il demande de surseoir au projet de réforme des retraites qui présente "un danger de paupérisation des 4000 agents de la ville, et surtout des femmes. Le Conseil Municipal demande une large concertation pour arriver à une réforme qui apporte plus d'égalité et de solidarité."

17h30. Le Conseil Municipal vote un premier vœu, porté par le conseiller Paul Bron, dans le cadre de la vente du Groupe Hospitalier Mutualiste (GHM) pour que toutes les offres privées non lucratives soient étudiées, et que la candidature finale retenue émane du privé non lucratif et s'engage à rester un ESPIC (établissement de santé public d'intérêt collectif).

16h25. Sur ce thème, Pascal Clouaire, de la majorité, répond aux remarques. "Si aujourd'hui tout le monde semble pour les budgets participatifs, ce n'était pas du tout le cas en 2014 ! Ce sont les grenoblois qui décident, les élus garantissent les conditions de la participation. Ce sont toujours les mêmes publics qui votent ? Non, contrairement aux conseils municipaux, où on a beaucoup d'hommes autour de 60 ans, dans les votes des budgets participatifs, une catégorie ressort beaucoup : les femmes actives de 29 à 39 ans".

16h15. Guy Tuscher fustige lui aussi cette délibération sur les budgets participatifs. En égratignant tout d'abord Alain Carignon : "c'est dur de prendre la parole après le conseiller municipal précédent, on a l'impression qu'il était en tête des manifs des Gilets Jaunes, ou à Porto Alegre, mais je ne l'y ai pas vu. C'est hallucinant de voir des partis politiques s'intéresser à ces questions quand ils ne sont pas au pouvoir. Non, (reprenant cette fois en direction de la majorité) pour vous, les budgets participatifs, c'est à la marge, c'est la politique des tous petits pas, et de la communication".

16h00. C'est la deuxième délibération du jour, approuver les principes des budgets participatifs. Mathieu Chamussy fait part de ses réserves. Paul Bron, élu de gauche, mais hors majorité, revient sur ces budgets participatifs en notant quelques limites auxquels ils se heurtent. Alain Carignon, lui, assène : "les budgets participatifs sont un leurre, c'est une délibération tout à fait secondaire, qui ne trompe plus personne. Vous affirmez adhérer à des principes que vous ne respectez pas".

15h45. La réponse du maire de Grenoble aux longues attaques d'Alain Carignon sur deux dossiers récurrents (Fête des Tuiles et bâtiment du Crédit Agricole) du débat public grenoblois : "Monsieur Carignon, il n'y a pas d'amendement sur un rendu-acte, il ne s'amende pas. Par rapport aux courriers envoyés à la mairie, on va y répondre, il n'y a pas de difficultés. Quant au fond du propos, on voit bien que vous allez vers une instrumentalisation de la Justice, cela m'inspire un proverbe anglais *ne vous battez pas avec un cochon, vous finirez tou les deux dans la boue, mais lui il aime ça*".

15h44. Mireille d'Ornano intervient à son tour pour rappeler que Grenoble est aussi très mal placée dans le classement des villes les plus sujettes aux bouchons automobiles, entre autres.

15h30. Alain Carignon revient dans un premier temps sur la Fête des Tuiles et le marché public à la société Fusée, dossier qui remonte au début du mandat d'Eric Piolle et qui fait l'objet d'une enquête. Il y a dans ce dossier "d'éventuels délits, qui sont punis par l'institution judiciaire" fait remarquer Alain Carignon, qui cite longuement des passages des rapports de la chambre régionale des comptes, pas tendres à ce sujet. Il souhaite amender un rendu acte (acte administratif) et demande par ailleurs au conseil municipal de se porter partie civile dans cette affaire.

15h22. Guy Tuscher, dissident de la majorité, et cheville ouvrière de la possible liste "La commune est à nous" choisit de poser une question orale sur les subventions en direction du monde associatif et culturel, en prenant l'exemple du licenciement d'un directeur de MJC. Il le compare aux subventions maintenues à TéléGrenoble "qui ne sert qu'à votre communication". Réponse d'Eric Piolle : "votre question est terriblement simplificatrice ! Croyez-vous vraiment que nous pourrions soutenir tout le milieu associatif en ne soutenant pas TéléGrenoble ? Sur l'éducation populaire, nous devons nous mobiliser collectivement pour que l'ensemble des partenaires publics travaillent sur les moyens".

15h15. A l'extérieur du conseil municipal, des avocats se rassemblent et souhaitent faire entendre leur voix, toujours à l'occasion de la réforme des retraites.

15h10. Le maire Eric Piolle ouvre la séance avec un mot pour le personnel du CHU de Grenoble "qui travaille dans des conditions difficiles, et qui en ce moment veille sur une famille de patients anglais, pour certains touchés par le coronavirus. Je salue leur immense professionnalisme et leur grande humanité". Eric Piolle enchaîne sur des sujets du quotidien à Grenoble, notamment sur les "transformations de Grenoble". Notamment sur les sujets environnementaux. Alain Carignon, en appart ironise "tout va bien !". Le maire ajoute également un mot pour Mathieu Chamussy et Marie-Jo Salat pour qui c'est à coup sûr le dernier rendez-vous.

C'est le dernier conseil municipal de Grenoble avant les élections du mois de mars. Les 15 et 22 mars prochains. A Grenoble, la campagne se déroule aussi en partie dans l'enceinte du conseil, qui depuis l'incendie se tient dans les locaux de Grenoble Alpes Métropole. Comme lors du précédent conseil, Alain Carignon siège dans l'opposition.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu