Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Albi : revivez les temps forts du débat organisé par France Bleu Occitanie

-
Par , France Bleu Occitanie

Les cinq candidats à la mairie d'Albi se sont affrontés ce mardi soir lors d'un débat organisé par France Bleu Occitanie depuis la Brasserie le Vigan, place du Vigan. Les échanges étaient ouverts au public.

 Les cinq candidats à la mairie d'Albi
Les cinq candidats à la mairie d'Albi © Radio France - Julien Corbière

La campagne des municipales 2020 à Albi s'accélère. Les cinq candidats à la mairie débattaient ce mardi soir depuis la Brasserie le Vigan, place du Vigan. Pendant près d'une heure et demie et en public, ils ont échangé sur les questions liées aux commerces, à la qualité de vie ou aux transports. 

Parmi les candidats qui participaient à ce débat ouvert au public, il y avait :

  • Pascal Pragnère, candidat EELV, liste "Albi Verte 2020"
  • Nathalie Ferrand-Lefranc, candidate de gauche,  soutenue par le PS, PCF, la France Insoumise et le PRG. Liste "Collectif pour Albi démocratique, solidaire et écologique"
  • Frédéric Cabrolier, candidat Rassemblement National, soutenu par la Droite Populaire. Liste "Rassemblement pour les Albigeois"
  • Stéphanie Guiraud-Chaumeil, maire sortante SE, soutenue par LR. Liste "Avec vous pour Albi"
  • Muriel Roques-Etienne, candidate LREM, soutenue par le MRSL et l’Alliance Centriste liste "Au Cœur de l’Albigeois"

Réécoutez le débat des municipales à Albi

Le positionnement politique des candidats

Muriel Roques-Etienne, candidate LREM, elle est revenue sur ses distances prises avec Stéphanie Guiraud-Chaumeil depuis la précédente mandature. Elle évoque son désaccord sur sa gestion. 

Pour la maire sortante, Stéphanie Guiraud-Chaumeil, elle fait remarquer qu'en 2014 elle était partie sans étiquette. Selon elle, si LREM n'a pas souhaitait la soutenir c'est qu'elle n'a pas souhaité s'engager pleinement avec eux.  Elle défend sa "liberté".

Du côté de la gauche, la tête de liste d'EELV, Pascal Pragnère, explique ne pas avoir été satisfait du programme et des "relations humaines", avec le "collectif pour Albi démocratique, solidaire et écologique" qu'il a quitté. Quant à la question d'un possible ralliement au second tour, "on repart à zéro mais pour l'instant il y a une infinité de possibilités donc pas de réponses". 

De son côté, Nathalie Ferrand-Lefranc, tête de liste du collectif partage son "regret" face au départ de Pascal Pragnère. Elle dit cependant sa "fierté" de créer un rassemblement de la gauche et d'avoir porté la démocratie participative. Elle rappelle que c'est le collectif qui l'a désignée. 

Frédéric Cabrolier, du Rassemblement National, s'amuse de ces différentes divisons. Il précise que sa liste est faite de moitié avec des personnes qui n'ont jamais fait de politique.

Vie à Albi

  • Sur la question du quartier difficile de Cantepau

Stéphanie Guiraud-Chaumeil, défend son action sur la rénovation urbaine portée avec les associations et les habitants, selon elle. Elle précise que le quartier de Cantepau fait partie de ce projet et qu'il a bénéficié d'énormes investissements qui vont se poursuivre.

Pour Pascal Pragnère, d'EELV, le quartier Cantepau souffre du manque de commerces partis vers la périphérie de la ville. Selon lui, le problème majeur est la pauvreté ainsi que le manque d'activité. Il précise que la police nationale et municipale doivent réinvestir ce quartier. 

Frédéric Cabrolier, du RN, reproche le manque de sécurité dans ce quartier et le manque de réactivité de la maire sur ces questions lors de son début de mandat. Il veut augmenter les effectifs de la brigade de nuit et affirme qu'elle tournera dans toute la ville s'il est élu. Il veut "remettre de l'ordre dans les quartiers". Il veut installer un système de "vidéo surveillance" pour avoir tout le temps un policier derrière les écrans.

Nathalie Ferrand-Lefranc, candidate de gauche du "collectif pour Albi démocratique, solidaire et écologique", dénonce le manque de concertation avec les habitants pour la rénovation du quartier. Elle veut multiplier les conseils citoyens si elle est élue. 

Muriel Roques-Etienne, LREM, souhaite des projets de renouvellement urbain réfléchis avec la population. Elle propose par exemple l'isolation thermique des bâtiments en lien avec les bailleurs sociaux pour permettre d’améliorer le pouvoir d'achat des locataires tout en respectant l'environnement.

  • Albi ville touristique 

Nathalie Ferrand-Lefranc, candidate de la gauche, déplore qu'Albi se transforme en ville saisonnière. Elle prend l'exemple du manque de soins. Elle veut accès son programme sur le quotidien des Albigeois.

Muriel Roques-Etienne, LREM, fait remarquer que le tourisme fait vivre l'économie locale mais elle reconnait que les Albigeois ont été oubliés. 

Stéphanie Guiraud-Chaumeil, maire sortante sans étiquette, annonce la création d'une structure inclusive de petite enfance. Elle veut faire d'Albi une ville "bienveillante ouverte à tous"

Frédéric Cabrolier, du RN, déplore certains investissements. Il prend l'exemple de la passerelle au dessus du Tarn dont le budget est passé de 5 à 10 millions d'euros et qui ne s'adresse pas forcément aux Albigeois. Il fait remarquer que les rues et surtout les trottoirs sont en mauvais état. Il veut s'occuper d'abord des habitants avant les touristes.

Pascal Pragnère, d'EELV, déplore que le patrimoine municipal soit bradé. Il voudrait que l'argent investi dans le circuit automobile de la ville qui pose des problèmes de bruit, soit investi ailleurs.

Les commerces

Pascal Pragnère, d'EELV, il veut mettre fin à l’extension des zones commerciales. Il veut racheter des locaux pour réinstaller des commerces en villes avec des loyers à bas prix. 

Stéphanie Guiraud-Chaumeil, maire sortante sans étiquette, défend sa taxe "commerces vacants", la gratuité de deux heures le samedi dans deux parkings de la ville. Elle propose un moratoire sur les grandes surfaces, un dispositif pour accompagner les repreneurs de commerces vacants. Selon elle, le problème n'est pas les commerces en périphérie mais le e-commerce. 

Muriel Roques-Etienne, LREM, assume le projet de la Renaudié et le Leroy Merlin. Elle veut créer veut une coopérative du centre-ville avec un manager.

Nathalie Ferrand-Lefranc, candidate de la gauche, veut d’abord faire revenir les habitants dans le centre. Elle veut valoriser les associations dans le cœur de ville. 

Frédéric Cabrolier, du RN, veut améliorer le stationnement avec une première heure gratuite en semaine et les deux premières le weekend. Il veut se porter locataire des locaux commerciaux vides pour les proposer moins chers pendant trois ans aux commerçants qui souhaiteraient s'y installer. 

Les transports  

Muriel Roques-Etienne, candidate LREM, se dit favorable à un quatrième pont inter-quartier sur le Tarn dont la localisation doit encore être précisée. Elle veut réduire la voiture dans le centre-ville. Sur la question de la RN88 et d'une autoroute, elle veut faire une étude d'opportunité.

Nathalie Ferrand-Lefranc, candidate de la gauche, veut revoir la circulation à Albi. Elle veut des transports en commun gratuit le weekend. Quant à l’autoroute, elle doit inclure les habitants dans la réflexion selon elle et cet axe doit passer hors de la ville.

Pascal Pragnère, d'EELV, suit Nathalie Ferrand-Lefranc sur la question de l'autoroute. Il veut favoriser les modes de déplacements doux pour accéder au centre-ville. Il veut augmenter la cadence des bus, créer une navette gratuite dans le centre-ville. Il souhaite aussi une passerelle pour mieux relier les communes de l'agglomération.

Frédéric Cabrolier, du RN, est pour un quatrième pont mais pas sous la forme d'un grand axe routier. Il veut rénover l'ancienne voie ferrée entre Albi et Saint-Juéry pour mieux desservir plusieurs quartiers.

Stéphanie Guiraud-Chaumeil, maire sortante sans étiquette, annonce que des études d'opportunités ont été lancées sur la question d'un quatrième pont routier mais doute de l'utilité de ce projet.

Dix débats jusqu'aux élections

France Bleu Occitanie organise des débats chaque mardi soir, à partir de 19h, jusqu'aux élections municipales. Il y en a dix au total, à vivre en direct et en public dans des cafés ou des lieux publics sur l'ensemble du territoire midi-pyrénéen :

  • le 11 février à Colomiers
  • le 18 février à Pamiers
  • le 25 février à Saint-Gaudens
  • le 3 mars à Rodez
  • le 10 mars à Montauban
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu