Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Bordeaux : revivez l'émission spéciale de France Bleu Gironde avec Sud Ouest et TV7

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gironde

France Bleu Gironde, Sud Ouest et TV7 se sont à nouveau associés pour une émission spéciale ce jeudi soir sur les municipales à Bordeaux, alors qu'un dernier sondage Ipsos-Sopra-Steria annonce un duel qui se resserre entre le maire sortant Nicolas Florian et l'écologiste Pierre Hurmic. Analyse.

Emission spéciale de France Bleu Gironde avec Sud-Ouest et TV7 sur les municipales à Bordeaux;
Emission spéciale de France Bleu Gironde avec Sud-Ouest et TV7 sur les municipales à Bordeaux; © Maxppp - David Thierry

Pour la seconde fois avant les élections municipales 2020 à Bordeaux, France Bleu Gironde a proposé avec Sud Ouest et TV7 une émission spéciale, diffusée ce jeudi soir. Selon un nouveau sondage Ipsos-Sopra-Steria dévoilé ce jeudi, l'écart se resserrerait au 1er tour entre Nicolas Florian et Pierre Hurmic. Le mairie sortant obtiendrait 34 % des voix (contre 33 % au premier sondage) et l'écologiste 33 % (contre 30 % au premier sondage). 

Pour analyser cette enquête, une émission spéciale était organisée ce jeudi entre 18h15 et 18h45 sur TV7 avec France Bleu Gironde et Sud Ouest, en présence de : 

  • Yves Maugue, rédacteur en chef de France Bleu Gironde
  • Xavier Sota, journaliste à Sud Ouest
  • Jefferson Desport, journaliste à Sud Ouest
  • Jean Petaux, politologue à Sciences-Po Bordeaux
  • Animée par Bastien Lauqué de TV7

"Il n'y a pas grand chose qui change"

L'émission a débuté par un rappel des chiffres sur les intentions de vote : l'écart se resserre nettement entre Nicolas Florian (34 %) et Pierre Hurmic (33 %), le candidat Thomas Cazenave fait du "sur place" (16 %), et la nouvelle tête de liste Philippe Poutou obtiendrait 9 % des voix. Cependant par rapport au premier sondage,"il n'y pas grand chose qui change en deux mois de campagne, avec quasiment les mêmes pourcentages", observe Yves Maugue, rédacteur en chef de France Bleu Gironde, même si "Pierre Hurmic, a vraisemblablement récupéré une partie de l'électorat de Vincent Feltesse" analyse de son côté Xavier Sota de Sud Ouest. Quant à Nicolas Florian : "Peut-être que son plafond de verre c'est arriver à élargir jusqu'au centre voire jusqu'à la gauche, ce que faisait remarquablement Alain Juppé dans les précédentes élections" ajoute Xavier Sota.

Déficits de notoriété ?

Autre point soulevé : la notoriété des différents candidats. Philippe Poutou serait connu par 91 % des sondés, les autres candidats à la traîne. "La situation de Thomas Cazenave aujourd'hui est très problématique, et les questions vont commencer à se poser de manière très forte sur sa situation au second tour" remarque Jefferson Desport journaliste à Sud Ouest. 64 % des sondés déclarent connaître le marcheur. Pour Yves Maugue, c'est en revanche Pierre Hurmic qui semble le plus souffrir d'un déficit de notoriété : "Il est dans le paysage politique depuis 1995 (1992 pour les régionales) et aujourd'hui 42 % des Bordelais seulement le connaissent". Crédité pourtant de 33 % des voix, le candidat pourrait donc profiter d'un effet "vert" selon les participants, du fait de l'importance des sujets liés à l'écologie dans la campagne. 

Enfin, presqu'un Bordelais sur deux (49 %) estime qu'il faut poursuivre l'action municipale en cours, 37 % qu'il faut changer en profondeur la politique actuelle, et 14 % ne se prononcent pas, selon les résultats du sondage. "Qui va être le plus à même de porter l'alternance ?" interroge le politologue Jean Petaux. Tout reste donc possible, par exemple une triangulaire ou une quadrangulaire. Et un second tour à Bordeaux, qui n'est pas arrivé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, serait en tout cas un "moment historique, inédit", ont conclu les participants.

Revivez l'émission spéciale France Bleu Gironde, Sud Ouest et TV7 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu