Politique

Présidentielle : ce qu'il faut retenir de la journée de lundi

Par Tifany Antkowiak, Marina Cabiten et Géraldine Houdayer, France Bleu lundi 24 avril 2017 à 6:23 Mis à jour le lundi 24 avril 2017 à 22:21

La campagne pour le deuxième tour a débuté ce lundi, au lendemain de la qualification d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen.
La campagne pour le deuxième tour a débuté ce lundi, au lendemain de la qualification d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen. © Maxppp - Bruno Levesque

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont qualifiés dimanche pour le second tour de l'élection présidentielle. La campagne de l'entre-deux-tours débute dès ce lundi pour les deux candidats. Résultats actualisés, réactions, retrouvez tous les moments forts de la journée de lundi.

L'essentiel :

  • Emmanuel Macron est arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle avec 23,75% des voix selon les résultats définitifs. Le candidat d'En Marche! termine devant la candidate du Front national, Marine Le Pen (21,53% des suffrages).
  • Juste derrière, François Fillon engrange 19,91% des voix et Jean-Luc Mélenchon, 19,64%.
  • Le taux de participation définitif s'établit à 78,69%.
  • Les candidats éliminés Benoît Hamon et François Fillon ont appelé dès dimanche soir à voter pour Emmanuel Macron au second tour, comme plusieurs personnalités politiques de gauche et de droite. Jean-Luc Mélenchon n'a pas donné de consigne de vote.
  • Le Parti socialiste appelle officiellement à voter pour Emmanuel Macron.
  • Il y aura bien un débat d'entre-deux tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le 3 mai.
  • François Hollande annonce qu'il votera pour Emmanuel Macron face au "risque" Marine Le Pen.
  • François Fillon estime qu'il n'a plus "la légitimité pour livrer le combat" des législatives.
  • Les Républicains appellent à voter "contre Marine Le Pen pour la faire battre au second tour".
  • Marine Le Pen se met en congé de la présidence du Front national et lance un appel à Nicolas Dupont-Aignan.

Retrouvez tous les résultats du premier tour près de chez vous :

Les faits marquants de la journée :

22h : Christine Boutin officialise dans Le Figaro sa préférence pour Marine Le Pen. Dans une série de tweets, plus tôt dans la journée, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy prônait "le vote révolutionnaire" en faveur de la candidate Front national. "Je veux faire comprendre aux Français de droite que voter Le Pen, ce n'est pas adhérer au Front national. C'est simplement un vote contre Emmanuel Macron", précise l'ancienne présidente du Parti Chrétien-Démocrate au Figaro.

21h50 : En Seine-Saint-Denis, c'est Jean-Luc Mélenchon qui est arrivé en tête du premier tour, avec 34% des voix. Un vote d'adhésion aussi bien que de rejet du quinquennat de François Hollande, explique France Bleu Paris. Dans certaines communes, le score du candidat de la France insoumise dépasse même les 40% : 43% à Bobigny, 41% à Aubervilliers, ou encore 40% à Bagnolet et Montreuil.

21h45 : en Moselle, à la frontière avec le Luxembourg, Emmanuel Macron a fait le plein de suffrages. le secteur est pourtant traditionnellement ancré à droite, raconte France Bleu Lorraine Nord. Pour beaucoup, les affaires ont pesé lourd. Mais les positions pro-européennes d'Emmanuel Macron rassurent aussi les frontaliers, comme Virginie, qui habite Mondorff : "Les frontières doivent rester ouvertes pour pouvoir continuer à vivre, faire nos achats, aller chez le médecin au Luxembourg," affirme cette frontalière.

21h : Plusieurs centaines de personnes manifestent à Paris et dans plusieurs villes de France, pour dire "non au FN" et appeler à se mobiliser au second tour de la présidentielle. Un rassemblement à l'appel de SOS Racisme. Plusieurs syndicats étudiants et lycéens ont rejoint la manifestation, comme l'Unef, Fage, Fidl et UNL. la CFDT, dont le siège a été vandalisé après son appel à voter Emmanuel macron, est aussi sur place.

20h40 : Marine Le Pen a également estimé, sur le plateau du 20H de France 2, que le FN "pouvait gagner, aller gagner la Présidentielle". Pour elle, "c'est parfaitement faisable", d'autant que "rien dans le projet de Monsieur Macron ni dans son comportement ne dénote la moindre preuve d'amour pour la France", a-t-elle ajouté.

20h35 : Invitée du 20h de France 2, Marine Le Pen lance aussi un appel du pied à Nicolas Dupont-Aignan, qui a obtenu 4,7% des suffrages dimanche. "Nicolas Dupont-Aignan a un projet qui est extrêmement proche du notre", déclare la candidate. "Nous pourrions engager une conversation, je le souhaite, je souhaite un rassemblement le plus large des patriotes".

20h30 : Marine Le Pen annonce qu'elle se met en congé de la présidence du Front National. "Ce soir je ne suis plus la présidente du FN, je suis la candidate à l'élection présidentielle", a expliqué au 20 heures de France 2 la candidate. "Je serai au dessus des considérations partisanes" , assure-t-elle.

20h : On vous a montré, un peu plus tôt, les cartes de France du vote et de ses fractures, qui éclairent les résultats de ce premier tour. La démographie et la sociologie des votants permet aussi de regarder les résultats sous un angle intéressant, comme le montre cette infographie. Le fait d'être un homme, une femme, un jeune ou un vieux tracent aussi des lignes de fracture quand au choix de son candidat.

  - Visactu
© Visactu

19h40 : C'est Christian Jacob, le président des députés Les Républicains, qui a été chargé d'établir une direction de campagne pour les législatives. Le député Eric Woerth chargé du projet.

19h16 : A l'issue de leur bureau politique, Les Républicains appellent à voter "contre Marine Le Pen pour la faire battre au second tour" de la Présidentielle, a déclaré Bernard Accoyer, le secrétaire général du parti. "Face au Front national, l'abstention ne peut être un choix", affirme le texte définitif adopté par le bureau. "Nous appelons à voter contre Marine Le Pen pour la faire battre au second tour de l'élection présidentielle, et nous engagerons dès demain la campagne des législatives avec notre projet d'alternance, le seul capable de redresser la situation en France", affirme encore le parti.

19h10 : Le problème quand un candidat totalise moins de 5% des scores au premier tour d'une Présidentielle, c'est que ses frais de campagne ne sont pas remboursés. C'est ce qui arrive à Nicolas Dupont-Aignan, qui a réuni 4,70 % des voix dimanche. Du coup, il lance un appel aux dons pour"finir de payer" sa campagne. Son parti, Debout la France, doit combler un déficit de 300.000 euros.

18h49 : Avec la publication des résultats définitifs, il est intéressant de se pencher sur les écarts de voix. L'écart entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen est de 977.833 voix. François Fillon a obtenu 465.696 voix de moins que Marine Le Pen. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il totalise 618.608 voix de moins que Marine Le Pen.

18h13 : Le ministère de l'Intérieur publie les résultats définitifs du premier tour. Emmanuel Macron arrive en tête avec 24,01% des voix, Marine Le Pen arrive en seconde position avec 21,30% des suffrages. François Fillon arrive troisième avec 20,01% des voix. Jean-Luc Mélenchon termine quatrième avec 19,58% des voix. Benoît Hamon obtient 6,36% des suffrages.

  - Visactu
© Visactu

18h : Les anciens partisans de Nicolas Sarkozy multiplient les réunions en vue des législatives. Ils doivent se réunir à nouveau mardi matin pour un petit déjeuner à Paris, dans le restaurant "Chez Françoise", près de l'Assemblée nationale, d'après franceinfo. Le petit-déjeuner doit se tenir sans Nicolas Sarkozy. Ce lundi, les soutiens de l'ancien Président ont déjeuné ensemble.

17h15 : François Fillon confirme aux élus Les Républicains qu'il ne mènera pas la bataille des législatives : "Je n'ai plus la légitimité pour mener" le "combat" des législatives, a-t-il annoncé lors du bureau politique du parti. "Je vais redevenir un militant de cœur parmi les autres. Je vais devoir penser ma vie autrement, panser aussi les plaies de ma famille", a déclaré l'ancien Premier ministre et actuel député de Paris.

17h10 : C'est au tour d'Arnaud Montebourg d'appeler à voter pour Emmanuel Macron. Le candidat malheureux à la primaire de la gauche et soutien de Benoît Hamon a pris note du "désir profond de renouvellement du système politique" des Français. Mais Arnaud Montebourg appelle Emmanuel Macron à "prendre en considération la France des oubliés et des perdants". Il fait même cinq propositions à Emmanuel Macron, de "la fin de l'austérité en Europe et en France", à "la VIème République".

17h00 : Dans un tweet, Emmanuel Macron a remercié François Hollande pour son soutien républicain.

16h35 : On vous parlait tout à l'heure des fractures géographiques du vote. Cette infographie met bien en avant la préférence des départements de l'ouest pour Emmanuel macron, et celle de l'est pour Marine Le Pen. Cette carte met aussi en avant une nouveauté : la candidate du Front national arrive en tête en Corse, qui lui résistait jusqu'à présent.

  - Visactu
© Visactu

16h20 : On a repéré pour vous les bulletins de vote les plus drôles de ce premier tour. "Céline Dion", Osez José", "La vérité sort de la bouche du canard enchaîné" ou encore le fameux billet de 50 euros "Pour Pénélope"... certains électeurs qui souhaitaient voter nul ont eu pas mal d'imagination.

16H : François Hollande votera pour Emmanuel Macron. Il s'est exprimé solennellement depuis l'Elysée. "La présence de l'extrême droite fait une nouvelle fois courir un risque à la France", estime l'actuel Président. "Face à un tel risque, il n'est pas possible de se taire. La mobilisation s'impose, également la clarté des choix. Pour ma part, je voterai Emmanuel Macron. Emmanuel Macron est celui qui défend les valeurs de rassemblent des Français, dans ces périodes si graves que connaissent le monde et la France", estime François Hollande.

15h37 : C'est officiel, il y aura bien un débat d'entre-deux tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. En 2002, Jacques Chirac avait refusé de débattre avec Jean-Marie Le Pen, son concurrent pour le deuxième tour. Le candidat d'En Marche a officiellement accepté de participer à la confrontation, qui aura lieu mercredi 3 mai. "On sera front à front avec l'adversaire qu'on a désigné tout au long dans cette campagne", a ajouté un proche d'Emmanuel Macron, rappelant au passage que le candidat avait "demandé un débat avec Marine Le Pen en février, qu'elle avait refusé".

15h30 : Si Jean-Luc Mélenchon termine quatrième de ce premier tour, il réalise une percée spectaculaire avec 19,62 % des voix au niveau national. Dans l'Hérault, il arrive même en seconde position avec 23 % des voix, derrière Marine Le Pen, raconte France Bleu Hérault. Le candidat de La France insoumise arrive même en tête à Montpellier avec 31 % des voix.

15h15 : Dans notre article, on vous explique le phénomène #SansMoiLe7Mai, un hashtag apparu dès dimanche soir sur les réseaux sociaux. Certains électeurs, notamment ceux qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon, refusent de faire barrage au Front national et annoncent qu'ils n'iront pas voter le 7 mai prochain, ou bien qu'ils voteront blanc pour le deuxième tour. Ils ne veulent ni du Front national, ni d'Emmanuel Macron à la tête du pays.

15h10 : Pour allerplus loin sur cette question des fractures géographiques du vote, vous pouvez écouter l'analyse des intervenants de France Culture.

15h : Le journal Le Monde daté de mardi 25 avril est disponible dans de nombreux kiosques. En Une du quotidien, une carte qui symbolise "Les deux France" et la géographie du vote. En gris, un grand quart nord-est, une frange qui longe la Méditerranée et des zones rurales qui ont porté Marine Le Pen en tête au premier tour. En jaune, les zones qui ont placé Emmanuel Macron en tête du vote : la Bretagne, Paris et de nombreuses zones d'Île-de-France, ainsi qu'une partie du sud-ouest.

14h50 : L'absence de la gauche au deuxième tour de la présidentielle est une troisième dans l'histoire de la Vème République. C'est déjà arrivé en 1969 et en 2002.

  - Visactu
© Visactu

14h45 : Pour la droite, le résultat de ce premier tour est un "21 avril à l'envers". Depuis le début de la Vème République, c'est la première fois, comme le montre cette infographie, que le candidat de la droite est absent du deuxième tour de l'élection présidentielle.

  - Visactu
© Visactu

14h10 : Le syndicat de police Alliance appelle, dans un communiqué, à voter contre la candidate du Front National. Un texte intitulé "Le choix républicain".

14h : À l'issue du comité politique des Républicains, Nicolas Sarkozy a réuni pour déjeuner plusieurs ténors du parti dont Brice Hortefeux, Christian Jacob, Eric Woerth, François Baroin ou encore Laurent Wauquiez.

13h45 : Le PRG appelle à voter Emmanuel Macron le 7 mai et "propose de construire une coalition autour de lui pour gouverner la France".

13h40 : Un compromis a été adopté chez Les Républicains en comité politique au sujet de la position à adopter pour le second tour de l'élection présidentielle, qui exclut l'abstention. Les dix-neuf membres du comité ont décidé de faire voter lors d'un bureau politique prévu à 17h, un texte qui affirme : "face au FN, l'abstention n'est pas un choix. On appelle à voter pour battre Marine Le Pen au second tour et pour notre projet d'alternance aux législatives". Dans un communiqué signé Gérard Larcher, le parti indique qu'il engagera _"_dès demain, en accord avec l'UDI, la campagne des législatives pour le projet d'alternance".

12h51 : Le PS appelle officiellement à voter pour Emmanuel Macron au second tour. "Nous appelons à battre l'extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c'est suffisamment rare pour que ce soit souligné", a précisé Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, au micro de BFMTV.

12h48 : Le bureau national de Debout la France, parti de Nicolas Dupont-Aignan, se réunit ce lundi après-midi dans son siège parisien, afin de décider de la suite à donner à la qualification de Marine Le Pen pour le second tour de la présidentielle. Le candidat n'a pour le moment pas donné de consigne de vote.

12h12 : Pour Alain Juppé, l'échec de Républicains s'explique par deux causes. "La première, et il l'a lui-même reconnu, c'est évidemment la personnalité de notre candidat", a estimé le maire de Bordeaux. "La deuxième, c'est aussi la ligne politique". Les Républicains réunissent leurs instances politiques, ce lundi à Paris.

12h : Le siège de la CFDT à Paris a été vandalisé dimanche après l'appel du syndicat à voter pour Emmanuel Macron au second tour. "Des vitres ont été brisées et un tag a été inscrit", a précisé un porte-parole de la CFDT, qui a évoqué la présence d'une centaine de manifestants. Le tag indique "Mort aux collabos". Dimanche soir, dès l'annonce des résultats du premier tour, la CFDT a appelé à "battre la candidate du Front national" et "donc à voter Macron" au second tour de l'élection présidentielle, le 7 mai.

11h30 : Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont tous les deux été invités par François Hollande à assister à l'hommage national qui sera rendu mardi au policier tué lors de l'attentat sur les Champs-Élysées jeudi dernier. Cet hommage est prévu à 11h à la Préfecture de police de Paris. Marine Le Pen a indiqué sur Twitter qu'elle s'y rendra.

11h28 : "Le vieux front républicain tout pourri, dont plus personne ne veut, que les Français ont dégagé avec une violence rare, essaie de se coaliser autour de M. Macron", a déclaré Marine Le Pen en déplacement à Rouvroy (Pas-de-Calais) pour lancer sa campagne de second tour. La candidate FN a par ailleurs annoncé la date de sa première réunion publique d'entre-deux-tours : ce sera le jeudi 27 avril à Nice.

11h : 5,7 millions de personnes en moyenne ont suivi la soirée électorale sur TF1 hier soir. Ils étaient 5,5 millions sur France 2, selon les données de Médiamétrie lundi. La Une a été la plus suivie à l'annonce des résultats vers 20h, avec 8,8 millions de téléspectateurs, et a également enregistré un pic à 9,1 millions de téléspectateurs à 20h30, selon un communiqué de la chaîne. En cumulé, 10 millions de téléspectateurs ont suivi les résultats à 20h sur France 2 et France 3. Et ils étaient 1,99 million à regarder BFMTV, 1,9 million sur M6 et 299.000 sur LCI.

10h50 : L'ancien ministre et actuel président du Conseil départemental de Charente-Maritime Dominique Bussereau assure : "pendant ces deux semaines, je vais m'efforcer de me battre contre Madame Le Pen". Il appelle à voter pour Emmanuel Macron au second tour.

10h35 : À Marseille, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête du premier tour, avec 24,82% des voix, devant Marine Le Pen (23,66%) et Emmanuel Macron (20,44%).

10h30 : Alors qu'une partie de la presse étrangère donne déjà Emmanuel Macron vainqueur dans quinze jours, pas question de fanfaronner ce lundi matin dans les rangs d'En Marche!. "Il ne faut surtout pas considérer que le second tour est joué", prévient Serge Lepeltier, ancien maire de Bourges et soutien d'Emmanuel Macron. La représentante d'En Marche! en Moselle, Béatrice Agamennone, appelle également à la prudence. D'autant que dans son département, la candidate du Front national est arrivée en tête hier soir. "C'est à nous de retourner sur le terrain, de convaincre les électeurs de voter pour une autre alternance que Marine Le Pen." Cette mise en garde a été lancée aussi ce matin par Nathalie Kosciusko-Morizet : "On a tort de faire comme si c'était joué", a lancé celle qui a soutenu François Fillon, mais appelle désormais à voter Emmanuel Macron.

10h20 : Après avoir évoqué un peu plus tôt quelques unes de la presse en ce lendemain de premier tour, voici notre revue de presse française et internationale.

10h10 : Qu'en est-il des votes blancs, qui ont été décomptés à part des votes nuls pour la première fois lors d'une élection présidentielle ? Plus de 900.000 personnes se sont déplacées dans leur bureau de vote pour ne se prononcer pour aucun candidat à l'occasion du premier tour.

Premier tour : un peu moins de votants, un peu plus de blancs et nuls - Visactu
Premier tour : un peu moins de votants, un peu plus de blancs et nuls © Visactu -

10h : Nouvel appel du pied du Front national au camp de Nicolas Dupont-Aignan, cette fois signé David Rachline, sur franceinfo. Le sénateur-maire FN estime que le candidat de Debout la France est "un véritable patriote" et que "ses électeurs sont proches des positions de Marine Le Pen".

9h52 : "Je pensais la victoire de Mélenchon possible, je suis déchiré", a confié de son côté Alexis Corbière, également porte-parole du candidat de La France insoumise.

9h45 : La mise au point d'Eric Coquerel, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon : "Nous n'avons jamais imaginé voter FN", a-t-il affirmé sur France Inter, répondant à une question sur l'absence de consigne de vote pour le second tour de la part du candidat de La France insoumise. "Marine le Pen ne passera jamais. Je peux vous le dire à l'avance, elle sera battue. Vous savez que nous sommes les adversaires irréductibles du Front national, l'antithèse du Front national", a expliqué Eric Coquerel, ajoutant "vous n'entendez pas le "ni-ni". Vous entendez que ce sont les Insoumises et Insoumises qui décideront et en même temps vous entendez (...) :+pas une voix pour le FN+ (...). Mais ne nous poussez pas et ne nous acculez pas".

9h35 : "La droite française doit se regarder en face" après l'arrivée du FN au second tour, a déclaré ce lundi matin Jean-Pierre Raffarin qui juge que son camp a fait "une terrible erreur avec les primaires". "Je pense que des erreurs il y en a, elles sont collectives, quand on est dans une défaite on l'assume tous", a ajouté l'ancien Premier ministre qui avait soutenu Alain Juppé lors de la primaire de la droite. Jean-Pierre Raffarin a appelé dimanche soir à voter pour Emmanuel Macron au second tour, dans quinze jours.

9h30 : Voici l'évolution des scores réalisés par le Front national lors des derniers élections. Le FN a battu son record hier soir, avec plus de 7,5 millions de suffrages pour Marine Le Pen.

Nouveau record de voix pour le Front national - Visactu
Nouveau record de voix pour le Front national © Visactu -

9h15 : Le Front national estime qu'il a "d'énormes réserves" de voix en Bretagne, région où Marine Le Pen a réalisé un score bien inférieur aux autres régions.

9h05 : La Bourse de Paris bondit de 4,1% lundi matin à l'ouverture, dopée par la première place d'Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle. Les banques grimpent de près de 8%.

9h : Des manifestations "antifascistes" ont éclaté dimanche soir à Paris après le premier tour de l'élection présidentielle. La préfecture de police de Paris annonce ce lundi matin que 29 personnes ont été placées en garde à vue sur les 143 qui avaient été interpellées dans la soirée. Six policiers et trois manifestants ont été légèrement blessés, lors de ces heurts qui ont rassemblé plusieurs centaines de jeunes "contre" Emmanuel Macron et Marine Le Pen qualifiés pour le second tour de la présidentielle. Il y a quelques dégradations à déplorer.

8h55 : Pour Gérard Collomb, maire de Lyon et soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, le second tour est "un référendum pour ou contre l'Europe". Pour mieux comprendre cette allusion, retrouvez notre décryptage vidéo sur la position des candidats à l'élection présidentielle vis-à-vis de l'Europe.

8h50 : Il fait partie des personnalités politiques qui ont appelé à voter pour Emmanuel Macron au second tour, le 7 mai : "sans hésiter", a précisé dès hier soir Alain Juppé.

8h40 : "La manière dont ont été traitées les pseudo-révélations (sic) sur Fillon nous ont empêché de porter le débat sur le fond", a regretté ce matin le maire de Bourgon-Jallieu Vincent Chriqui, promu directeur de campagne de François Fillon au coeur de l'affaire des emplois présumés fictifs des proches du candidat LR.

8h35 : Il est grand temps de faire un petit récap'. Résultats, consignes de vote, forces en présence : découvrez tout ce qu'il faut retenir du premier tour de l'élection présidentielle.

8h30 : Pour le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Luc Mélenchon commet une "faute" en ne donnant pas de consigne de vote pour le second tour de l'électionprésidentielle, malgré la qualification de la candidate du FN Marine Le Pen.

8h20 : Le vice-président du Front national, Florian Philippot, "tend la main" à Nicolas Dupont-Aignan pour le second tour.

8h15 : François Hollande va officiellement appeler à voter pour Emmanuel Macron, affirme l'AFP.

8h : Lui aussi a visiblement envie de démarrer une autre histoire... pour Luc Chatel, porte-parole de François Fillon, il faut tourner la page et penser aux prochaines élections les législatives, que "la droite peut gagner" selon lui.Il a par ailleurs déclaré qu'au second tour de l'élection présidentielle, il votera "sans problème pour Emmanuel Macron", et a demandé à ceux qui ont voté pour François Fillon au premier tour de ne pas "jouer avec le feu" au second, allusion à la tentation du vote Marine Le Pen.

7h55 : Le faible résultat du Parti socialiste à ce premier tour signifie "la fin d'une histoire", a estimé sur France Inter Manuel Valls,. L'ancien Premier ministre et ancien rival de Benoît Hamon lors de la primaire gauche, se dit "triste pour le PS", mais "satisfait" du score d'Emmanuel Macron.

7h50 : L'élimination au premier tour de François Fillon est une immense déception pour Les Républicains de la Sarthe. Dans son fief, le candidat de la droite arrive toutefois en tête avec 28% des voix.

7h48 : Les deux qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ont respectivement 39 et 48 ans. Et pour connaître les principales étapes de leurs carrières politiques, voici le résumé de leurs parcours en quelques dates :

  - Visactu
© Visactu -

7h45 : Et une carte de plus qui va vous permettre de comparer les résultats département par département (précisons toutefois qu'il s'agit de résultats partiels).

  - Visactu
© Visactu -

7h30 : Que dit la presse ce matin des résultats de ce premier tour de l'élection présidentielle ? Plusieurs journaux ont choisi de se concentrer sur l'absence des partis traditionnels de gauche et de droite au second tour : un "saut dans le vide", pour Les Échos, un "séisme" selon la Croix. Selon le Figaro, ces résultats laissent "la droite K.-O", quand Libération choisit le jeu de mot sur le mouvement d'Emmanuel Macron pour sa Une, "à une marche".

7h15 : On continue de confronter les résultats dans les régions. Si le Front national réalise un record historique partout en France, la Bretagne fait figure d'exception avec un score bien en-deça des résultats dans le reste du pays : 15,3% des suffrages pour Marine Le Pen. Voici d'ailleurs la carte des résultats obtenus par la candidate du Front national département par département (résultats à 3h30) :

  - Visactu
© Visactu -

7h10 : Pour comparer les résultats du premier tour région par région, ça se passe ici (appuyer sur les touches Ctrl+F5 pour rafraîchir la carte) :

7h : 31,03% des voix, c'est le score obtenu par Marine Le Pen dans les Hauts-de-France. La candidate du Front national confirme son ancrage dans la région où se trouve son fief, Hénin-Beaumont.

Dans les Hauts-de-France, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont obtenu le plus de voix.  - Radio France
Dans les Hauts-de-France, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont obtenu le plus de voix. © Radio France -

6h55 : Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste, éliminé hier soir, déclare ce matin que le NPA et lui "ne veulent pas chosir" entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, "un choix qui n'en est pas un" selon lui.

6h45 : Le parti Les Républicains a prévu de se réunir dès ce lundi matin en comité, avant une réunion de son bureau politique en fin de journée, au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle et l'élimination du candidat LR François Fillon, arrivé en troisième position.Bernard Accoyer, secrétaire général de LR, précise ce matin que le comité se réunit à 10h30.

6h30 : Selon François Bayrou, soutien d'Emmanuel Macron, "les Français veulent tourner la page". Le maire de Pau a réagi dès 20h30 dimanche soir aux résultats du premier tour.

6h10 : "Je veux être le président des patriotes face à la menace des nationalistes", a lancé Emmanuel Macron dimanche soir, quand Marine Le Pen s'est engagée à "libérer le peuple français". Que faut-il retenir des déclarations des candidats dimanche soir après la publication des premiers résultats ? On vous a concocté un résumé en vidéos.

5h10 : les résultats définitifs du premier tour de l'élection présidentielle sont tombés. Emmanuel Macron a rassemblé 23,75% des suffrages, Marine Le Pen 21,53%. Derrière les deux candidats qualifiés, François Fillon totalise 19,91% des voix et Jean-Luc Mélenchon 19,64%.