Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Fonctionnaires, IVG, Pays Basque : ce qu’il faut retenir du débat Brisson - Arostéguy

jeudi 24 novembre 2016 à 17:53 - Mis à jour le vendredi 25 novembre 2016 à 9:35 Par Oanna Favennec, France Bleu Pays Basque

Ce vendredi matin France Bleu Pays Basque organisait, en partenariat avec Sud Ouest, un débat entre deux figures de la droite biarrote. L'un, Max Brisson, soutient Alain Juppé, l'autre, Maider Arosteguy, soutient François Fillon. Du Pays Basque aux questions de société, découvrez ce qui s'est dit.

Les deux candidats dans le studio de France Bleu Pays Basque ce vendredi matin.
Les deux candidats dans le studio de France Bleu Pays Basque ce vendredi matin. © Radio France - France Bleu Pays Basque

Ils ont fait candidature commune aux départementales et se sont retrouvés ce vendredi matin face à face dans les studios de France Bleu Pays Basque. Max Brisson et Maider Arosteguy se sont affrontés deux jours avant le deuxième tour de la primaire de la droite et du centre, et au lendemain du débat Juppé-Fillon.

►►► LIRE AUSSI | Primaire de la droite : si vous avez manqué le débat Juppé - Fillon

Vous pouvez revoir ci-dessous le débat entre les deux élus d'opposition de Biarritz. Ils sont interviewés par Yves Tusseau, rédacteur en chef de France Bleu Pays Basque et Pierre Sabathié, Chef d'agence Sud-Ouest dans le Pays Basque. Les questions au programme : l'austérité, les relations franco-russes, les sujets de société (avortement, droits des homosexuels...), sans oublier les enjeux locaux.

L’austérité

Les deux élus basques défendent fermement les positions de leurs deux candidats. Pour Maider Arosteguy, François Fillon a toutes les raisons d’être radical, notamment sur la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires : "La France est en faillite, nous sommes endettés à hauteur de 100%. Nous sommes l’un des rares pays européens à ne pas avoir fait nos réformes, aujourd’hui, c’est une question de survie."

Max Brisson a, sur ce point, une position plus mesurée, à l’image d’Alain Juppé. Prenant l’exemple du Conseil départemental, il explique : "On ne remplace pas un médecin de la PMI par un cuisinier de collège." "On ne peut pas lancer des chiffres dont on sait qu’ils ne seront pas réalisables. On crée ensuite de la déception. De l’ambition avec Alain Juppé, mais dans le champ du possible."

Quand on pense qu’on ne peut pas faire les choses, on laisse la place à ceux qui pensent qu’ils peuvent — Maider Arosteguy

Sur le système social actuel, où est la différence entre les deux candidats ? Pour Max Brisson, c’est sur le rythme de mise en œuvre des réformes. Il est contredit fermement par Maider Arosteguy : « Quand on pense qu’on ne peut pas faire les choses, on laisse la place à ceux qui pensent qu’ils peuvent. »

La vision de la famille

Maider Arosteguy veut faire taire la polémique d’entrée de jeu : "François Fillon n’est absolument pas contre l’avortement, il ne le remettra pas en question." Quant à Max Brisson, il tient à faire un rappel, et les mots qu’il utilise ne sont pas innocents : "Je suis attaché à la loi Veil, à l’égalité entre les droits et les femmes, et parmi les droits fondamentaux, se trouve l’avortement. » Et le Biarrot précise : "S'il y a une différence sur le sujet de la famille entre les deux candidats, c'est sur l’adoption, plénière ou simple." NDLR : pour les couples homosexuels.

Vladimir Poutine et François Fillon

Vladimir Poutine ne tarit pas d’éloge sur François Fillon. Le chef d’état russe qui, allié à Bachar Al Assad, bombarde en ce moment des civils en Syrie.

Réponse de la filloniste, pour qui la fin justifie les moyens : "Est-ce que ça a été un problème en 1942 de s’allier avec Staline pour combattre Hitler ? […] Il faut qu’on puisse arrêter cette guerre."

A l’image de son candidat, Alain Juppé, Max Brisson est plus mesuré : "Nous ne sommes pas en 1942. Ce que j’ai appris du Général de Gaulle, c’est que face aux Etats-Unis et à la Russie, il faut avoir une diplomatie propre. La voix de la France est attendue, en particulier au Proche-Orient."

Politique locale

Michèle Alliot-Marie n'est plus présidente de la fédération des Pyrénées-Atlantiques du parti Les Républicains. Elle prend aussi ses distances avec les instances nationales du parti. Comment vivent-ils cela ? Les deux conseillers départementaux ne veulent pas s’étendre sur le sujet, et surtout pas sur la question d’une future candidature de MAM à la présidentielle : "Pour dimanche, cela ne va pas faire de différence", élude l’un d’eux.

Max Brisson et Maider Arosteguy sont tous deux candidats à l’investiture pour les législatives dans la 6e circonscription. Maider Arosteguy rappelle que "la Commission nationale d’investiture décidera qui est le meilleur d’entre nous pour défendre le programme du candidat désigné dimanche", sous-entendant un lien naturel entre le résultat de dimanche et l'investiture.

Le Pays Basque

Qui de Fillon ou Juppé est le moins centralisateur, le moins parisien ? "Alain Juppé est Girondin, il est décentralisateur", selon Max Brisson. "La Loi Nôtre n’est pas une loi de décentralisation. L’EPCI est une formidable occasion d’expérimenter une autre de gouvernance. Je suis pour, et Alain Juppé est très favorable à ce type d’expérimentation."

Sur ce point, Maider Arosteguy, celle pour qui l’EPCI ne va pas assez loin (notamment sur la forme), répond : "François Fillon autant qu’Alain Juppé ne souhaitent pas revenir sur la Loi Nôtre mais seraient favorables à du suffrage universel direct, ce qui améliorerait la représentation."

Sa maman est basque — Maider Arosteguy

Qui sera le meilleur défenseur du Pays Basque ? François Fillon, évidemment, pour Maider Arosteguy qui argumente :" Sa maman est basque." Son contradicteur renchérit sur Alain Juppé le Landais : "Sa maman est morte à Bayonne, il a des liens très forts avec le Pays Basque."

Enfin, sur le processus de paix, un peu bloqué. Maider Arosteguy : "François Fillon a confirmé qu’il suit de très près le processus de la conférence d’Aiete. Quitte à accompagner Madrid dans ce qu’il faut faire." Max Brisson voit, lui, une urgence : "J’ai eu l’occasion d’en parler avec Alain Juppé. Il faut absolument régler la question des prisonniers. Il est temps que Madrid et Paris fassent un geste."