Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Mort de Jacques Chirac

EN IMAGES - Jacques Chirac et Orléans, une longue histoire

-
Par , France Bleu Orléans

L'ancien Président de la République Jacques Chirac est mort, ce jeudi à l'âge de 86 ans, "paisiblement au milieu des siens". Il est souvent venu dans le Loiret et à Orléans au cours de sa longue carrière politique. La dernière fois, c'était en 2011, lors de l'inauguration du CERCIL à Orléans.

Jacques Chirac à Orléans, le jour de son discours sur "l'écologie humaniste"
Jacques Chirac à Orléans, le jour de son discours sur "l'écologie humaniste" © AFP -

Orléans, France

Le sénateur socialiste du Loiret, Jean-Pierre Sueur, ancien maire d'Orléans et ex secrétaire d'Etat sous François Mitterrand, a réagi au décès de Jacques Chirac, à la mi-journée lors d'une émission spéciale sur France Bleu Orléans. "J'ai souvent rencontré Jacques Chirac. Et au-delà des différences politiques, c'était un homme très chaleureux", retient Jean-Pierre Sueur. 

Bain de foule interminable lors des fêtes de Jeanne d'Arc 1996 à Orléans

L'ancien maire d'Orléans poursuit : "ce qui me revient à l'esprit, c'est sa présence aux fêtes de Jeanne d'Arc [à Orléans le 8 mai 1996] : on craignait beaucoup que le cortège prenne beaucoup de retard car, comme vous le savez, Jacques Chirac aime serrer les mains. Donc on avait négocié avec lui qu'il y ait quelques serrages de mains à des moments précis".

Jean-Pierre Sueur et Jacques Chirac, le 8 mai 1996, à l'Hôtel Groslot d'Orléans - Aucun(e)
Jean-Pierre Sueur et Jacques Chirac, le 8 mai 1996, à l'Hôtel Groslot d'Orléans - Droits réservés

Au bout de 20mn avec Chirac, on avait avancé de 50 mètres seulement !

Mais cela ne s'est pas passé comme prévu avec Jacques Chirac, élu Président depuis un an : "naturellement, il s'est passé exactement le contraire : il a commencé à serrer des mains rue Jeanne d'Arc, et au bout de vingt minutes, on avait fait cinquante mètres ! On lui a dit "Monsieur le Président, il faut aller en quinconce de l'autre côté. Alors, il est allé en quinconce, mais en marche arrière parce que les gens de l'autre côté des barrières n'étaient pas contents ! Il avait cette présence physique avec les gens et il avait célébré Jeanne d'Arc comme grande héroïne de la nation et de Jeanne d'Arc"

Jacques Chirac, candidat à la présidentielle, en meeting à Orléans le 25 avril 1995 - AFP
Jacques Chirac, candidat à la présidentielle, en meeting à Orléans le 25 avril 1995 © AFP - Georges Bendrihem

Un autre ancien maire d'Orléans a bien connu Jacques Chirac. Serge Grouard a travaillé à partir de 1993, comme conseiller technique au cabinet de celui qui était alors maire RPR de Paris, et a ensuite fait partie de son équipe de campagne lors de la présidentielle victorieuse de 1995. "C'est une page de notre Histoire qui se tourne, c'est un homme pour lequel j'avais une grande affection", a réagi Serge Grouard sur France Bleu Orléans.

Jacques Chirac, le 27 janvier 2011 à Orléans, au Cercil (devant une baraque de l'ex camp d'internement de Beaune-la-Rolande). Avec Simone Veil, Serge Grouard, Jean-Pierre Sueur, Serge Klarsfeld... - AFP
Jacques Chirac, le 27 janvier 2011 à Orléans, au Cercil (devant une baraque de l'ex camp d'internement de Beaune-la-Rolande). Avec Simone Veil, Serge Grouard, Jean-Pierre Sueur, Serge Klarsfeld... © AFP -

Serge Grouard veut aussi "retenir l'image de Jacques Chirac en 2011 à Orléans". L'ancien chef de l'Etat était venu inaugurer les nouveaux locaux du CERCIL (Centre d'étude et de recherche sur les camps d'internement du Loiret), le 27 janvier 2011 à Orléans. "Il était déjà fatigué lorsque je l'avais sollicité pour qu'il vienne inaugurer le nouveau CERCIL avec Simone Veil", se souvient celui qui était alors maire. 

Il m'a dit, sans même regarder son agenda : "Serge, je viens!"

"J'étais allé le voir dans son bureau à Paris, j'allais le voir de temps en temps parce que j'avais travaillé avec lui. Il m'a dit "Serge, je viens !" sans même regarder l'agenda. Et aussitôt il a appelé Simone Veil et lu a dit "c'est important, on y va ensemble". C'était le cœur qui parlait avec Chirac. Il vous mettait tout de suite à l'aise, y compris dans la coulisse, les premières fois où j'ai travaillé pour lui."

Jacques Chirac, Simone Veil, Serge Karsfeld (avec François Bonneau et Jean-Pierre Sueur) lors de l'inauguration des locaux du CERCIL, en janvier 2011 - Maxppp
Jacques Chirac, Simone Veil, Serge Karsfeld (avec François Bonneau et Jean-Pierre Sueur) lors de l'inauguration des locaux du CERCIL, en janvier 2011 © Maxppp -

Jacques Chirac restera lié à Orléans pour ce discours lors d'un banquet républicain, devant 1300 sympathisants et militants du RPR, au parc des expos d'Orléans, le 19 juin 1991. Ce jour-là, après un bon repas, celui qui était alors maire de Paris lâche sa phrase qui fera polémique sur "le bruit et l'odeur". La gauche le taxe alors de racisme, et Edith Cresson, alors Premier ministre (PS) se dit "choquée" 

La phrase de Jacques Chirac sur "le bruit et l'odeur"

"Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte d'Or (...) qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM , entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur, eh bien le travailleur français sur le palier, il devient fou."

De nombreux déplacements à Orléans

Jacques Chirac est venu à de nombreuses autres reprises à Orléans. Nous pouvons retenir : sa venue au régiment de cuirassiers d'Olivet en 2004, en tant que Président chef des armées, ou encore sa présence en mai 2001 pour prononcer un discours que certains décrivent comme fondateur sur "l'écologie humaniste" (aux côtés de Serge Grouard).

Sous la conduite du chef d'état-major de l'armée de terre, Jacques Chirac, alors Président de la République, visite les 6ème et 12ème régiment de cuirassiers d'Olivet - Maxppp
Sous la conduite du chef d'état-major de l'armée de terre, Jacques Chirac, alors Président de la République, visite les 6ème et 12ème régiment de cuirassiers d'Olivet © Maxppp -
Jacques Chirac, devant la mairie d'Orléans en 2001, avec Serge Grouard - AFP
Jacques Chirac, devant la mairie d'Orléans en 2001, avec Serge Grouard © AFP -
Choix de la station

France Bleu