Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDÉO - Christophe Castaner, chef de file d'En Marche : "Je ferai tout pour combattre la montée des populismes"

samedi 15 septembre 2018 à 15:45 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne et France Bleu

Le patron du parti présidentiel et secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement, Christophe Castaner, est venu en Mayenne ce samedi 15 septembre. Les élections européennes de mai prochain seront le premier scrutin intermédiaire du quinquennat d'Emmanuel Macron.

illustration
illustration © Radio France

Une balade sur le marché de Laval et une rencontre, en plein air, avec les militants et sympathisants de la République En Marche. Christophe Castaner a passé plusieurs heures dans le département pour faire de la pédagogie sur l'action et les réformes du gouvernement. 

►► Regardez l'entretien qu'a accordé le leader macroniste à France Bleu Mayenne : rentrée politique musclée, inquiétudes des Français, élections européennes. 

Interrogé sur les élections européennes de mai prochain, Christophe Castaner est plutôt optimiste malgré un sondage qui place son parti et le Rassemblement National de Marine Le Pen au coude-à-coude : "Aujourd'hui, la République En Marche est dans les sondages, et il ne faut pas vivre qu'avec les sondages, le premier parti politique du pays. Il y a deux ans, nous n'existions pas. Que de chemin parcouru ! Partout dans le monde on voit la montée des populismes, pas seulement en France. Le combat contre le populisme et pour le progressisme, c'est l'ADN de notre mouvement. Je ferai tout pour expliquer aux Français que le repli sur soi n'est pas la bonne réponse. L'Europe, nous devons la changer plutôt que de la critiquer et de la refuser".