Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

En Isère, des gilets jaunes pas convaincus par le discours d'Emmanuel Macron

mardi 27 novembre 2018 à 18:53 Par Antonin Kermen et Céline Loizeau, France Bleu Isère

Après plus de dix jours de mobilisation des gilets jaunes contre les taxes sur les carburants et plus largement pour un meilleur pouvoir d'achat, ce matin, discours du président de la République.

Emmanuel Macron a présenté sa stratégie pour une transition écologique "acceptable" ce matin à l'Elysée
Emmanuel Macron a présenté sa stratégie pour une transition écologique "acceptable" ce matin à l'Elysée © Maxppp - .

Grenoble, France

Après deux week-ends de mobilisation, le président de la République s'est exprimé sur le prix des carburants et la transition écologique. On retiendra trois annonces principales. D'abord, la taxe sur les carburants qui sera adaptée aux prix du marché afin de limiter les hausses du cour du pétrole.

Il y aussi une rencontre entre des gilets jaunes et le ministre de l'écologie, François de Rugy. Elle est prévue dans la soirée. Et enfin, une concertation dans les trois mois sur la transition écologique et sociale, autrement dit des rencontres sur le terrain avec des élus, des associations et des gilets jaunes.

"Monsieur Jupiter, il est bien gentil, mais non, juste non !"

Au rond-point du Minautaure à Voreppe, où des gilets jaunes se sont installés ce week-end, pour Matt, le geste pour limiter les hausses des carburants "c'est un simple coup de com' pour nous faire taire, pour qu'on ait un os à ronger. C'est juste pour faire taire les polémiques (...) Cela veut dire 'vous avez votre avis, mais je ne l'écoute pas'. Donc, à un moment donné, Monsieur Jupiter, il est bien gentil, mais non, juste non !" 

Pour Jean-Claude, le chef de l'Etat n'a pas compris qu'au-delà du prix de l'essence, il y a le pouvoir d'achat : "le peuple il a faim. Cela fait 30 ans qu'on nous vide nos frigos. On a envie de les remplir. Changer de bagnole (...) On travaille pour donner des sous à l'Etat, même plus pour nourrir nos enfants."

A Chimilin, au nord du département, Didier, autre gilet jaune, indique : "on va être franc. Il reste notre roi de France. Il reste dans sa politique. Il dit qu'il nous entend, mais on n'a pas le même langage je pense (...) Il nous écoute, de loin, mais il nous entend pas. Il a rien compris du tout. On n'a plus confiance en ce que le gouvernement actuel nous dit."

Julien Terrier, l'un des huits porte-paroles des gilets jaunes dit "être boycotté" 

Vers 19 heures, l'entourage du ministre de l'écologie indiquait que dans la soirée François de Rugy allait recevoir deux des huit porte-paroles désignés lundi. Mais pas Julien Terrier, l'Isérois

Sur une vidéo qu'il a postée sur sa page Facebook dans l'après-midi, il affirme alors "qu'aucun des huit n'a reçu d'invitation (...) On est méprisé par ce gouvernement." Il dénonce "une mascarade, une manipulation politique pour nous disperser". Il dit personnellement être "boycotté au même titre que vous tous." Il invite à participer à des nouvelles actions ce samedi 1er décembre.

Dans la journée, la députée LREM de la 6e circonscription, Cendra Motin, a reçu une délégation de gilets jaunes à sa permanence de Morestel.