Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Limousin ces maires soulagés après avoir fait deux mois de prolongation

-
Par , France Bleu Limousin

C'est la quille pour de nombreux maires. Les nouveaux conseils municipaux sont installés entre ce samedi et jeudi prochain. Et donc beaucoup de maires qui avaient décidé de mettre fin à leur mandat vont le quitter deux mois plus tard que prévu et après avoir dû gérer une crise exceptionnelle.

La mairie de Davignac en Corrèze que Daniel Caraminot quitte après 43 ans de mandat plus 2 mois imprévus
La mairie de Davignac en Corrèze que Daniel Caraminot quitte après 43 ans de mandat plus 2 mois imprévus © Radio France - Philippe Graziani

Aucun maire en Limousin ne dira qu'il a rechigné à jouer les prolongations. Mais il y a tout de même du soulagement dans l'air. Car pour tous ceux qui n'avaient pas souhaité se représenter, c'est maintenant la vraie fin. Les conseils municipaux élus le 15 mars dernier au 1er tour doivent être installés entre ce samedi et jeudi prochain 28 mai. Et surtout ces maires ont non seulement fait deux mois de plus que prévu mais ils se sont retrouvés à devoir gérer la crise du Covid-19 dans leur commune.

Ce n'est pas comme ça que j'aurais souhaité finir" Jean-Marie Rougier, ancien maire de Rochechouart

Et c'est surtout ça d'ailleurs qui a rendu ces deux mois supplémentaires difficiles à vivre. "Ce n'est pas les deux mois supplémentaires qui m'ont gêné, explique Jean-Marie Rougier, ancien maire désormais de Rochechouart en Haute-Vienne. Ce sont les conditions et cette crise tout à fait inattendue. J'ai trouvé ça angoissant, frustrant. Parce que ce n'est pas comme ça que j'aurais souhaité finir". Même chose pour Alain Delhoume, maire sortant de Saint-Gence toujours en Haute-Vienne. Mais s'il est soulagé que cette période s'arrête c'est surtout pour sa commune elle-même, totalement à l'arrêt depuis 2 mois, rappelant que c'est la nouvelle municipalité qui devait porter désormais tous les projets. "Certaines opérations ont été reportées, d'autres n'ont même pas été étudiées" souligne-t-il. 

Tranquillité et vie de famille enfin au programme

Mais Alain Delhoume estime aussi qu'il valait mieux depuis deux mois que les maires en place soient les anciens pour pouvoir gérer la crise du coronavirus. "Nous avions connaissance du fonctionnement de la structure. C'était beaucoup plus facile pour nous que pour une nouvelle équipe qui aurait rencontré pas mal de difficultés de par sa méconnaissance de la collectivité". En Corrèze à Davignac, Daniel Caraminot a de même pris à bras le corps la gestion de cette crise imprévue. "C'est vrai que ça a été un peu particulier mais bon, on s'adapte" indique-t-il. Tout en avouant qu'il n'est pas mécontent que ça s'arrête lui qui rêvait depuis deux mois déjà de tranquillité et de vie de famille. "Il était temps oui, grand temps". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu