Politique

En Lorraine, Bernard Cazeneuve met en garde les travailleurs frontaliers et les ouvriers de l'automobile contre le FN

Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine lundi 6 mars 2017 à 22:51

Bernard Cazeneuve visite la Sovab à Batilly, ici dans la chaîne de montage
Bernard Cazeneuve visite la Sovab à Batilly, ici dans la chaîne de montage © Radio France - Cécile Soulé

A sept semaines de l'élection présidentielle, le Premier ministre Bernard Cazeneuve s'est rendu ce lundi en Lorraine pour dénoncer "l'illusion du Front national", à l'usine automobile Sovab à Batilly, qui exporte 75% de sa production, puis à Longwy, où un salarié sur deux travaille à l'étranger.

Discours très politique de Bernard Cazeneuve ce lundi en Lorraine, dans le Pays haut meurthe-et-mosellan. Le Premier ministre est monté à l'offensive, très directement, contre le Front national dans cette région frontalière, ouverte sur l'Europe. A sept semaines du premier tour de l'élection présidentielle, Bernard Cazeneuve a mis en garde contre le FN, parti selon lui "du mépris des institutions", des "mensonges dissimulés" et "messages simplistes". Il a souhaité le démontrer à deux reprises lors de sa visite, d'abord à l'usine Sovab de Batilly, puis à Longwy, dans ce bassin de vie où la moitié des salariés passe la frontière pour aller travailler.

En mairie de Longwy, Bernard Cazeneuve parle d"'une terre où l'on mesure plus concrètement qu'ailleurs ce que représente l'Europe". Mais pour le Premier ministre, si on ferme les frontières comme le souhaite le Front national, l'avenir des 75.000 Lorrains qui travaillent au Luxembourg serait compromis: "Que seraient ces emplois sans les facilités d'échange du marché européen?".

Si demain il y a de nouveau des frontières, où exportera-t-on ce que vous fabriquez ici?"

"Le Front national, c'est le contraire de la France que nous aimons", ajoute Bernard Cazeneuve, qui cite l'exemple du Secours populaire d'Hayange menacé d'expulsion par sa municipalité FN: "Le Front national, c'est dans cette région, le parti dont un maire, non loin d'ici à Hayange, a refusé d'inviter les enfants des réfugiés à partager un goûter avec les autres enfants de la ville". La présidente du Secours populaire d'Hayange est d'ailleurs dans la salle, émue par le discours du Premier ministre qui lui serre la main en quittant son pupitre.

Un peu plus tôt, à la Sovab à Batilly, Bernard Cazeneuve s'est également interrogé :"Si demain il y a de nouveau des frontières, où exportera-t-on ce que vous fabriquer ici?". L'usine automobile, filiale de Renault, emploie 2.900 salariés et exporte les 3/4 de sa production.

LIRE AUSSI :