Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Mayenne, les urgences adaptent leur fonctionnement pour l'été, ce sera en mode dégradé pour FO-Santé

-
Par , France Bleu Mayenne

Aucun des trois services d'urgence mayennais, dans les hôpitaux de Laval, Mayenne et Château Gontier, ne fermera cet été expliquent les autorités sanitaires. Mais, en raison du manque de médecins urgentistes, le fonctionnement et l'organisation seront adaptés en juillet et en août.

Urgences - Illustration
Urgences - Illustration © Maxppp - Jean-Marc LOOS

Aucun des trois services d'urgence mayennais, dans les hôpitaux de Laval, Mayenne et Château Gontier, ne fermera cet été expliquent les autorités sanitaires. Mais, en raison du manque de médecins urgentistes, le fonctionnement et l'organisation seront adaptés en juillet et en août. Pour le syndicat FO-Santé c'est plutôt un service dégradé qui attend les patients du département.

La prise en charge des urgences 24/24, pendant l'été, est garanti, c'est ce qui écrit noir sur blanc dans le communiqué publié par les hôpitaux de la Mayenne. 24/24 ou presque : en fait, les urgences fonctionneront normalement de 8h30 à 18h30 à Laval et à Mayenne, de 9h à 18h à Château-Gontier. Et à Laval, par ailleurs, dès lundi 28 juin, on orientera les patients à la Polyclinique du Maine pour les petits traumatismes.

Mais, dans la soirée et en pleine nuit, après un appel au Samu, l'accueil sera réservé aux malades les plus graves, aux urgences sévères, quand le pronostic vital peut être engagé. Evidemment, si une personne de sa propre initiative se présente aux urgences à minuit par exemple, la porte ne sera pas fermée. Si son état de santé n'exige pas une prise en charge immédiate, les infirmiers lui diront de revenir plus tard.

On incite donc la population à ne pas encombrer les urgences, faute de médecins, un seul la nuit sur chaque site, à privilégier le recours aux médecins traitants et surtout à appeler le 15 pour bien vérifier qu'un transfert aux urgences est nécessaire.

FO-Santé et l’Association de Citoyens Contre les Déserts Médicaux dénoncent cette réorganisation, parlent non pas d'une adaptation mais bien d'un nouvel affaiblissement du service public hospitalier, potentiellement dangereux pour les usagers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess